Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment : -29%
Promo sur PC Ultra-Portable HP 14
Voir le deal
199.99 €

Partagez
 

 (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyMer 24 Aoû - 12:36



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

Lukas fulminait. Il avait vue la silhouette de la Monaci disparaître au coin du couloir, lors de la récepion qu'elle avait organisé pour la famille impériale, et il l'avait vue avec son frère. Oh, Lukas avait bien rongé son frein pour attendre le lendemain, attendre encore que les restes des festivités soient nettoyés pour pouvoir gagner d'un pas vif le bureau de son frère. Il avait peur, peur pour les siens, peur des autres, et il était complètement furieux que Luis ne fasse pas quelque chose. Contre ça. Pire, qu'il y participe. Les Monaci prenaient de plus en plus de place auprès du prince hériter, et c'était loin de plaire à Lukas. Il n'aimait pas cette famille, toujours dans les fastes, pour une simple et bonne raison : leur loyauté aurait dû revenir aux Löwewald. Ce que ces intrigants faisaient dans le lit de Luis, Lukas ne voulaient pas le savoir, il les voulait juste loin. Les décors du palais défilèrent alors qu'il marchait, vite, et le jeune médecin n'y faisait plus attention depuis longtemps. Il avait pour simple but de se rendre au plus vite dans le bureau de son frère et de lui changer les idées. Ou plutôt de les faire revenir à leur place attitrée, dans son cerveau. Il frappa à sa manière et ouvrit. Comme prévu, Luis était là, derrière son  bureau, calme dans le grand ordre qui régnait ici. Tout était trop à sa place et donnait au lieu une atmosphère de sérieux et de lourdeur. « Est-ce que je peu te parler ? » C'était à peine une question. Sa colère était affichée en lettres fluorescentes sur son front, lui qui ne savait rien cacher. Il ne prit pas la peine de s'installer, beaucoup trop sur les nerfs. Il avait choisi de ne pas aller travailler ce matin, juste pour cet entretien,  parce que c'était important. Bien plus important que son métier, oui : on parlait de sa famille, de leur dynastie et aussi de leur survie. Pour avoir vécu en retrait de la vie politique, pour avoir été élevé dans cet espoir qu'un jour, ils reviendraient ici à cette place qui leur revenait de droit, il était pour lui hors de question de tout perdre comme ça. Et même s'il savait que son frère n'était pas dupe, il devait être là et lui rappeler. Parce qu'il avait peur de tout perdre. « Luis, je me fiche de ce que tu fais et avec qui, mais je crois que je ferais un mauvais frère si je ne te disais pas à quel point tu devrais te méfier des Italiens. » Non, il ne les aimait pas, preuve en est qu'il ne leur accordait pas la faveur de prononcer leur nom de sa bouche princière. Il jetait sur son frère un regard plein de colère et de tout ce qu'il se refusait à dire tout haut. C'était son rôle, d'être là et de prévenir Luis. Alors, il l'exécutait, même si les sentiments aussi mauvais qu'il pouvait éprouver se mêlaient de la partie.

AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyMer 24 Aoû - 18:08


you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

Désormais plus détendu depuis la veille, le brun était rentré dans son bureau d’une meilleure humeur. Il avait posé son téléphone portable dans un coin, comme d’habitude, et avait attrapé une pile de dossiers qu’il n’avait pas encore étudié. Le premier dossier était ouvert sur son bureau quand Lukas frappa à sa porte. Il ne répondit pas, le laissa entrer et sourit avant de lever la tête. Mais quand il croisa le regard de son frère, son pâle sourire mourru sur ses lèvres et il le regarda approcher. « Est-ce que je peux te parler ? » Luis leva un doigt en signe de patience, et marqua la ligne où il était arrivé dans le dossier. Mais Lukas ne l’avait pas attendu, et avait continuer directement après. Son frère était visiblement énervé, il ressemblait à une bête sauvage que l’on gardait en cage et qui ne désirait qu’une chose : s’échapper. « Luis, je me fiche de ce que tu fais et avec qui, mais je crois que je ferais un mauvais frère si je ne te disais pas à quel point tu devrais te méfier des Italiens. » Luis cala son dos contre le dossier de sa chaise, et regarda un instant son frère. « Assied toi, Lukas. » dit-il doucement. Il attendit que son frère s’exécute, aussi longtemps que ça devait prendre, il voulait que Lukas s’installe. Alors ce n’est qu’une fois que son double l’eut fait qu’il se pencha un peu sur son bureau, posant ses avant-bras sur le bois de rose que constituait le mobilier. « Je sais parfaitement que je dois me méfier des Italiens, je sais aussi qu’ils sont proches des Löwewald. Et que les Löwewald veulent mon trône. » Le sien, parce que c’était lui qui allait s’asseoir dessus. « Tu connais l’adage : soit proche de tes amis, et plus proche de tes ennemis. » Une leçon que personne ne lui avait enseigné. Ce n’était pas la politique des Rosenwald, mais Luis voulait marquer son nom, et apporter une certaine paix. Ou du moins éviter que l’on traine les siens hors de leur palais, dans le sang et la boue. « Et puis je ne me suis jamais permis de te dire de te méfier des roumains, à ce que je sache, hm ? » Dit-il jetant un regard à son dossier, il attrapa un stylo et écrit quelques mots sur une feuille déjà teintée de son encre. Il laissa son stylo en suspension au-dessus de sa feuille un court instant. « Même si je pense que tu devrais le faire… » Il souffla, avant de refermer tout simplement son stylo et de le remettre exactement à sa place : sur un support spécial qu’il avait acheté avec le stylo à plume. Le brun glissa la feuille dans le dossier, et referma le classeur. Il ignorait pourquoi, mais Lukas avait toujours dégagé cette certaine hostilité à tout ce qui approchait un peu trop Luis. Sans doute était-ce simplement le désir primaire de le protéger, après tout Luis avait le même sentiment à propos de son double. Quoi qu’il en soit, le brun ne s’en offusquait pas, du moins pas pour l’instant. Mais la colère de Lukas… Elle était interpellante. « Ce n’est pas la peine de te mettre dans un état pareil pour quelques parties de jambes en l’air, cher frère. » Luis rangea le dossier sur la pile qui se trouvait à la gauche de son bureau, soit la pile de dossier qu’il avait déjà lu, étudier, classé. Il était méthodique, peut-être un peu trop et savait que cette discipline, cet ordre, dérangeait son double.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyJeu 25 Aoû - 11:48



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

« Assied toi, Lukas. » Celui-ci regarda son frère en deux fois, avec un air qui lui disait Est-ce que je suis en état de m'asseoir tranquillement ? mais le fit tout de même, de mauvaise grâce, pianotant sur l'accoudoir. Luis prit bien son temps à lui répondre, posa ses avant-bras sur son bureau pour avancer le haut de son corsp, atténuant la distance entre eux. « Je sais parfaitement que je dois me méfier des Italiens, je sais aussi qu’ils sont proches des Löwewald. Et que les Löwewald veulent mon trône. » Lukas ouvrit la bouche pour lui répondre Mais qu'est-ce que tu fous alors ? mais Luis continua «  Tu connais l’adage : soit proche de tes amis, et plus proche de tes ennemis.
On peut dire que tu l'appliques à la lettre. » Au vu du nombre de leurs ennemis et des conquêtes de son frère, ça devait être à peu près équivalent. On ne pouvait pas faire plus proche... Lukas se demandait aussi souvent comment son aîné faisait pour en avoir autant. Il ne manquait pas de charme, évidemment, et le pouvoir qui émanait de sa personne y participait beaucoup. Peut-être que les propres orientations de Lukas le rendait plus méfiant et en quelques sortes plus fidèle. « Et puis je ne me suis jamais permis de te dire de te méfier des roumains, à ce que je sache, hm ?  » Lukas afficha un air surpris et blessé, le tapotement de ses doigts sur son accoudoir s'interrompant. Ca avait été sa seule incartade pendant cinq ans. Pour des raisons pratiques aussi, et parce que Lukas aimait avoir ses habitudes. « Même si je pense que tu devrais le faire…
Je ne me tape pas toute la famille, au moins. Et si tu veux savoir, je ne le vois plus. » Il ne lui en dit pas plus, les mots lui brûlant la langue. Parce qu'il n'avait pas besoin de le savoir, qu'il l'avait plus ou moins quitté, et que depuis Kristian avait quitté son service. Il n'en avait plus de nouvelles. « Ce n’est pas la peine de te mettre dans un état pareil pour quelques parties de jambes en l’air, cher frère. » Lukas fronça les sourcils, et décolla le dos du dossier pour avancer. « Des parties de jambes en l'air ? Parce que tu crois que c'est ça, mon problème ? » s'insurgea Lukas, après avoir eu cette petite pointe au coeur, traîtresse. « Je me fiche de ce que tu fais de tes fesses, tant qu'elle peuvent s'asseoir sur le trône et que personne ne cherche à les écarter de là. » Ce fut son tour de poser ses avant-bras sur le bureau trop net de son frère. Cet endroit si propre et bien rangé que ça le mettait mal à l'aise, et s'ajoutait à la colère qui assourdissait ses tempes, alimentée aussi par l'attitude nonchalante de Luis. « Luis, je suis sérieux, mais si tu veux qu'on compare nos tableaux de chasse, pas la peine : on sait tous les deux que tu as déjà gagné. Et haut la main. » Il accrocha son regard dans le sien, communicant son ire qui cachait ses faiblesses. Combien ça lui en coûtait de dire tout haut à quel point ça le blessait, combien ça le mettait en colère et ressassait plein de mauvaises choses. Combien Luis pouvait provoquer toutes ces choses et les rendre encore plus amères.
AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyJeu 25 Aoû - 22:08


you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

« On peut dire que tu l'appliques à la lettre. » répliqua son jumeau à l’adage qu’avait repris Luis. Le brun le regarda un instant. Il ne comprenait cette colère, pourquoi est-ce que ça le mettait dans un état pareil. Même sa propre femme – celle à qui il devait fidélité – ne s’était jamais insurgée de la sorte. Elle lui avait déjà fait quelques piques, certaines qu’il avait comprises comme étant une légère jalousie mais le brun n’avait jamais subi une réelle colère quant à ses infidélités. Même sa mère, qui était forcément au courant, ne lui avait jamais interdit de continuer d’aller voir ailleurs. Oh, bien sûr Helmina lui avait déjà plusieurs fois fait remarquer qu’il devait avoir ses secrets et qu’il devait faire attention à bien les garder, et Luis avait bien compris de quoi elle parlait, mais jamais elle n’avait été en colère, et encore moins comme l’était Lukas. Luis ne répondit pas, cependant, et attaqua plutôt sur l’amant de son frère. Celui-ci, qui tapotait son accoudoir de ses doigts, stoppa net. « Je ne me tape pas toute la famille, au moins. Et si tu veux savoir, je ne le vois plus. » Luis arqua un sourcil en le regardant. Quelque chose déformait son regard, sans que Luis ne sache mettre le doigt dessus. Il ne comprenait pas assez bien les émotions, trop diverses et variées, de son frère, que pour le savoir. « C’est donc vrai ? » Il était surpris, le prince, parce qu’il ne voyait pas pourquoi son frère avait soudainement décider d’arrêter de voir son amant. Finalement, la conversation pris un autre ton. Luis conclut que ce n’était pas la peine de se mettre dans un tel état pour quelques ‘parties de jambes en l’air’. Ce qui sembla agacer son jumeau plus encore. « Des parties de jambes en l'air ? Parce que tu crois que c'est ça, mon problème ? » Luis attendit la suite en le regardant, répondant implictement que si ce n’était pas ça son problème, il n’attendait qu’une chose : qu’il éclaire sa lanterne. « Je me fiche de ce que tu fais de tes fesses, tant qu'elle peuvent s'asseoir sur le trône et que personne ne cherche à les écarter de là. » Luis le regarda intensément. Il était surpris par tant de soutien de ce frère, qui il y a encore peu de temps lui disait dans ce même bureau qu’il ne ferait pas un bon empereur. Il était surpris que ce même frère tenait désormais ce discours. Lukas s’avança, appuyant ses bras sur le meuble, en miroir à Luis. Le brun le regarda faire. « Luis, je suis sérieux, mais si tu veux qu'on compare nos tableaux de chasse, pas la peine : on sait tous les deux que tu as déjà gagné. Et haut la main. » Luis eut un léger rire, quelque chose de rare venant de lui. Un sourire amusé étirait ses lèvres. « Est-ce que tu penses vraiment que je me compare à toi, Lukas ? » Il ne voulait pas le dire d’une manière blessante, et ne s’était pas rendu compte que ça l’était. « Je ne regarde pas avec qui tu couches ou non pour faire mieux par après. » il haussa les épaules : il n’en avait réellement rien à faire… Même si toutes les fois où il avait vu son frère s’éloigner avec un homme, il avait presque instantanément détesté l’homme en question. Mais c’était son instinct de frère, il ne voulait que protéger son autre, il ne voulait qu’être sûr que personne ne désirerait se servir de lui par un moyen aussi bas que le sexe. Luis, lui, cherchait ardemment quelque chose. C’est pour ça qu’il changeait si souvent de partenaire, qu’il en charmait toujours plus, sans barrière de sexe. Il reprit contenance, doucement et pinça doucement les lèvres. « Pour quelqu’un qui pense que je ferai un mauvais empereur, tu sembles me vouloir sur le trône encore plus ardemment que je le veux, Lukas. » Souffla-t-il. « Fait moi confiance. » Il posa son regard dans le sien, tendit la main et vint la poser sur celle de son frère. Par un contact physique, il voulait le détendre. Comme il arrivait à le faire il y a des années, dans son lit, alors que Lukas se blottissait contre lui pour échapper à ses cauchemars. Les doigts de Luis jouèrent contre ceux de son frère, pour ouvrir son poing, venir se glisser contre sa paume. « J’aurai les italiens, et les Löwewald. Il est temps que ces tensions cessent, pour que Lena puisse avoir un règne sans dangers. » Car elle était sa motivation la plus forte, il ferait de cet empire un empire de paix, pour qu’elle puisse y régner longtemps et sans se faire assassiner. Et il était conscient que Helmina tentait de faire la même chose pour lui. Le clan avant tout, après tout.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyVen 26 Aoû - 8:31



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

Le rire de son frère fit froncer les sourcils de Lukas, le rendant incertain et méfiant. Et puis, quand il prit la parole, le cadet s'insurgea en silence : c'est qu'il se moquait de lui ! Le  Est-ce que tu penses vraiment que je me compare à toi, Lukas ?  resta dans la gorge de ce dernier comme une insulte et il n'osa pas en répondre davantage. Par ces simples mots, Luis disait qu'il n'y avait rien à comparer entre eux et, venant de la part de son jumeau, cela avait beau être réaliste, il n'en était pas moins que c'était douloureux. Comme s'ils ne partageaient rien d'autre que leur physique. Comme si Luis ne voyait aucun danger en son cadet, car son cadet était bien inférieur à lui, et c'était sans doute vrai, il  n'empêche que l'entendre comme ça était brutal et faisait bien mal à son ego déjà malmené. « Je ne regarde pas avec qui tu couches ou non pour faire mieux par après. » Le désintérêt dont faisait preuve Luis à son égard, haussant nonchalamment des épaules, était incroyablement douloureux, lui aussi, et Lukas détacha son regard de son frère pour le porter derrière son dos, fixant un point derrière lui pour s'empêcher de sombrer. Dans la colère avivée par le mal d'une ancienne blessure, ouverte à nouveau. Jamais refermée de toute façon. « Pour quelqu’un qui pense que je ferai un mauvais empereur, tu sembles me vouloir sur le trône encore plus ardemment que je le veux, Lukas. » Il allait répondre qu'évidemment, il le voulait sur le trône, mais son frère continua et plaqua son regard dans le sien, l'attirant à y revenir, deux regards identiques jusque dans leurs miroitements : « Fais moi confiance. » Luis alla chercher sa main pour glisser ses doigts jusque dans sa paume, passant la barrière du poing, étendant les doigts de son frère pour qu'ils fassent de même dans sa propre main. Lukas était attaché aux gestes, aux touchers, et y accordait sans doute un peu trop d'importance. Les doigts de son frère dans le creux de sa paume, touchant le plissement de sa ligne de vie, et sa main dans un exact reflet donnait à voir une image de confiance absolue l'un dans l'autre. « J’aurai les italiens, et les Löwewald. Il est temps que ces tensions cessent, pour que Lena puisse avoir un règne sans dangers. » Il ne dit rien, Lukas, resta figé pendant quelques secondes, les yeux accrochés dans les prunelles de son aîné et, parce que c'était trop, parce qu'il avait l'impression d'être redevenu ce gamin sans défense et sans arme devant ce frère bien meilleur et trop parfait, il interrompit le geste en reprenant sa main. Après avoir laissé son affection transparaître une brève seconde pour caresser la paume de Luis, serrer ses doigts en se retirant, et casser leur échange visuel. Parce qu'il savait que ses yeux le vendaient beaucoup plus facilement que sa bouche et qu'il n'avait pas envie que Luis y lise tout ce qui s'y jouait. Parce que lui-même n'avait aucune envie d'accorder plus d'attention à tout ça. Tout ce que Luis pouvait lui faire ressentir en quelques minutes était éreintant, le mettant en colère pour le blesser et, d'un simple geste, venir lui dire à quel point il lui faisait confiance. Luis le perdait, tout bêtement, et ne s'en rendait même pas compte. Ou peut-être Lukas ressentait trop de choses qui s'entrechoquaient sans arrêt en son âme pour le laisser à fleur de peau, sans arrêt. Peut-être mettait-il trop d'importance dans les mots de son aîné, dans ces gestes, dans tout ce qu'il faisait. « Tu sais que je te fais confiance, Luis. » Lukas croisa les bras sur son torse et croisa les jambes, se remettant dans son dossier, au fond, inatteignable. « Même mauvais, tu serais toujours meilleurs que ces imbéciles de Löwewald qui revendiquent le trône sans savoir ce qu'il représente réellement. Et je ne te parle même pas des Wolffhart qui n'ont même pas réussi à le garder, parce que soyons réalistes, nos ancêtres étaient plus démocratiques qu'eux. » Incapable de rester en place, il décroisa les jambes pour appuyer ses paumes sur ses genoux. Ses doigts y reprirent leur manège en pianotant comme un musicien nerveux. « Mais Luis, les Italiens seraient prêts à tout pour récupérer leur pays. Peut-être que tu crois les tenir, mais qu'est-ce qui te dit qu'il ne vont pas profiter de ta petite mort pour t'égorger ? Est-ce qu'ils t'ont tout dit ? Est-ce qu'ils ne sont pas en train de manigancer pour nous abattre de l'intérieur? » Lukas avait peur, se sentait vulnérable et pas du tout à l'abri. Surtout depuis l'anniversaire de leur mère et ce qui s'y était passé. Il avait l'impression que n'importe quel être qui l'approchait pouvait en vouloir à son nom, et même en ayant grandi avec cette méfiance ancrée dans les tripes en seconde nature, cette angoisse était devenue si lourde qu'il fallait à tout prix qu'il l'évacue. « Nous sommes les plus à-mêmes à régner, parce que nous représentons l'Aînée et parce que nous avons su retrouver notre trône, mais tout le monde n'est pas de cet avis. Et je n'ai aucune envie de te retrouver mort parce que tu n'as pas assez tenu en laisse ces paradeurs. » Pour l'instant, accuser les Monaci de tous ses maux, c'était parfait : il n'avait aucun besoin de se remettre en question. Aucun besoin de s'insurger contre ce frère qui le malmenait sans s'en rendre compte, et beaucoup plus que les Italiens.
AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyVen 26 Aoû - 11:59


you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

Lukas éloigna sa main de la sienne, non sans y laisser une légère caresse sur la paume de l’ainé, au préalable. Luis le regardait toujours, mais Lukas fuit son regard également. Perdu, le prince héritier garde un instant son bras tendu, sa main là, prête à récupérer celle de son cadet à tout moment. Mais Lukas croise les bras, croise les jambes, et ne daigne plus le regarder. Alors Luis récupère sa main, ferme le poing et l’ouvre à nouveau dans un de ses uniques tics pour évacuer sa frustration. Il ne comprends pas pourquoi Lukas le repousse. Il ne comprends plus son frère, à vrai dire. Depuis des années, il ne comprends pas ce qu’il a fait de si mal pour que Lukas semble le haïr, et en même temps de si bien pour que son jumeau semble l’aimer autant. Il ne comprends pas ses émotions, ses sentiments qui semblent partagés. Luis n’a pas autant de nuances que Lukas, et ça s’en ressent cruellement aujourd’hui. « Tu sais que je te fais confiance, Luis. » Il se calla au fond de son siège, totalement hors de portée à cause de ce bureau qui semble être soudainement immense, aux yeux de l’ainé. Lukas a toujours eu le don de déclencher en lui les émotions qu’il ne ressent pas. Qu’il ne ressent jamais, si ce n’est quand Lukas le repousse, ou l’attire. On croit que Luis se joue de son cadet, mais son cadet a ses propres cartes dans son jeu. « Même mauvais, tu serais toujours meilleurs que ces imbéciles de Löwewald qui revendiquent le trône sans savoir ce qu'il représente réellement. Et je ne te parle même pas des Wolffhart qui n'ont même pas réussi à le garder, parce que soyons réalistes, nos ancêtres étaient plus démocratiques qu'eux. » Luis hocha la tête, il ne savait pas quoi faire de ses mains, alors il les pose sur ses cuisses, et croisa se calla dans son propre fauteuil, le dos contre le dossier. Adieu, belle proximité. Ils s’éloignaient à nouveau, et allez savoir quand est-ce que l’un d’eux ferait à nouveau le premier pas. « Mais Luis, les Italiens seraient prêts à tout pour récupérer leur pays. Peut-être que tu crois les tenir, mais qu'est-ce qui te dit qu'il ne vont pas profiter de ta petite mort pour t'égorger ? Est-ce qu'ils t'ont tout dit ? Est-ce qu'ils ne sont pas en train de manigancer pour nous abattre de l'intérieur? » Luis le dévisagea un instant, mais Lukas continua. « Nous sommes les plus à-mêmes à régner, parce que nous représentons l'Aînée et parce que nous avons su retrouver notre trône, mais tout le monde n'est pas de cet avis. Et je n'ai aucune envie de te retrouver mort parce que tu n'as pas assez tenu en laisse ces paradeurs. » L’affection de son frère, Luis la ressentait, malgré son éloignement. Ils s’aimaient depuis toujours, Luis ne savait pas trop à quel point, ne s’était jamais posé la question mais il savait que l’affection qu’il portait à son jumeau ne s’éteindrait jamais. Peu importe ce qu’il pouvait dire ou faire. Luis se leva, engourdi par cet éloignement qu’il n’avait pas prévu, frustré par cette position assise. Il rechercha son assurance et sa supériorité en se levant, en prenant de la hauteur sur son frère. Pour s’occuper les mains, il prit la pile de dossier déjà étudié, et se rendit près d’une armoire, qu’il ouvrit avant de ranger les dossiers dedans, faisant dos à son cadet. « Les Italiens peuvent et doivent récupérer leur trône. J’aimerais aussi que les Taborski récupèrent le leur mais ils n’en ont pas envie, je crois… La France devrait aussi être une monarchie, ainsi que la Suisse. » Est-ce que Lukas comprenait où il voulait en venir ? « Je ne veux pas d’idées républicaines aux portes de notre empire. » Sa voix était dure, sèche. Il termina de ranger ses dossiers, et ferma l’armoire avant de se tourner vers son double. « Lukas, tu me connais peut-être mieux que tout le monde, mais tu ne sais rien de moi dans l’intimité. » Il le regarda intensément. Luis était un amant dominant, qui contrôlait tout. Il n’était pas doux, ni tendre. Il contrôlait le moindre mouvement de son partenaire. Tenter de l’égorger pendant l’acte était probablement la pire idée à avoir, car Luis était sans cesse en contrôle de la situation. Il soupira, s’approcha du siège de son cadet et s’appuya à son bureau, près de Lukas. « Tu veux que j’arrête, Lukas ? » Il marqua une pause. « De toute manière Aloisia a besoin de moi, j’en suis conscient… Et Lena a besoin d’une fratrie qui saura l’épauler comme toi, Evanna et Mia le faites avec moi. » Voilà ce que Luis voulait vraiment : un frère, pour Lena. Ou une sœur, même si le prince désirait ardemment un fils, désormais.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyVen 26 Aoû - 15:59



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

Luis qui se leva attira son regard et Lukas observa ses mains, sûres, bouger sans geste inutile, jusqu'à ce qu'il lui fasse dos. Un dos droit, parfait de rectitude. Aucun pli dans la chemise qu'il portait, même si sa position assise aurait dû en faire. Lukas poussa un faible soupir. Il écouta d'une oreille attentive la voix calme de son frère reprendre : « Les Italiens peuvent et doivent récupérer leur trône. J’aimerais aussi que les Taborski récupèrent le leur mais ils n’en ont pas envie, je crois… La France devrait aussi être une monarchie, ainsi que la Suisse. » Lukas baissa les yeux sur un papier du bureau de Luis, aussitôt en train de réfléchir. « Je ne veux pas d’idées républicaines aux portes de notre empire. » Il hocha la tête, comprenant l'idée. Un cordon de sécurité autour de leur pays pour repousser au plus loin leurs ennemis. S'il parvenait à remettre les Monaci sur leur trône, en Italie, Luis pourrait obtenir un appui puissant. S'il parvenait à être celui qui l'offrait aux Italiens, il pourrait défaire la crédibilité de leur ennemi héréditaire. Luis se retourna vers lui de nouveau. « Lukas, tu me connais peut-être mieux que tout le monde, mais tu ne sais rien de moi dans l’intimité. » Il avait raison, et cette constatation vexa Lukas. Parce qu'avant, il n'y avait pas plus intime de Luis que lui. Il le regarda s'approcher de lui pour s'appuyer sur le bureau, proche de lui, gardant cette hauteur qui faisait lever les yeux de Lukas pour le regarder. Lever la tête entière, pratiquement dans un geste de soumission. « Tu veux que j’arrête, Lukas ?  » Sans comprendre, il inclina la têt sur le côté. «  De toute manière Aloisia a besoin de moi, j’en suis conscient… Et Lena a besoin d’une fratrie qui saura l’épauler comme toi, Evanna et Mia le faites avec moi. » Lukas soupira, lançant une main dans ses cheveux pour se gratter la tête. « C'est mieux que tu te soucies de ça oui… Lena a déjà trois ans, et même si Lili est déjà là...  » Avoir une famille grande et forte, c'était là ce qu'ils faisaient de mieux. Et c'était là leur plus grand atout, tous soudés autour de leur chef qu'était Helmina. Et que serait Luis, puis Lena. « Je sais pas Luis.  » Il évita son regard, encore, sachant pertinemment que celui de son frère était braqué sur lui. « C'est une bonne idée de retourner les Italiens, mais… Je n'ai pas confiance.  » Les images qu'il avait en tête, et que venait de faire émerger Luis, étaient déplaisantes, mais qui était-t-il pour empêcher ça ? Il était son frère. Si Lukas devait promettre ça à quelqu'un c'était sa femme, et pas lui. Comme lui-même l'avait fait. Mais là, dans l'instant, tout cela parut juste. La bonne chose à faire. Lukas chercha ses yeux de nouveau, posa la main sur le genoux de Luis, qu'il avait à sa portée, et finit par lui dire après avoir raclé sa gorge : « Il y a d'autres moyens que ça, tu crois pas ?  »
AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyVen 26 Aoû - 17:51


you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

La colère semblait s’être dissipée de son frère, et Luis en fut soulagé. Il n’aimait pas être en froid avec lui, surtout pas avec lui. Si, pour toutes les autres personnes, il n’épprouvait qu’une profonde indifférence en regard d’une quelconque colère, pour son jumeau c’était différent. Il tenait vraiment à lui. Avait besoin de lui. « C'est mieux que tu te soucies de ça oui… Lena a déjà trois ans, et même si Lili est déjà là... » Luis hocha la tête, il comprenait. Ils n’avaient que deux héritiers pour le moment, sur la prochaine génération. Deux, c’était trop peu. Ils n’étaient pas la famille pure la plus nombreuse, mais leur génération était déjà plus étendue que la précédente. « Je sais pas Luis.  » Ajouta son frère, visiblement perdu dans ses pensées. Luis le regardait toujours sans dévier le regard ailleurs. Lukas, lui, ne le regardait pas. « C'est une bonne idée de retourner les Italiens, mais… Je n'ai pas confiance. » Luis hocha à nouveau la tête, il dévia le regard un instant avant de sentir que Lukas cherchait ses iris. Il les posa alors sur les siennes, et sentit la main de son double sur son genou. Ce contact, couplé a ce qu’il lui dit, « Il y a d'autres moyens que ça, tu crois pas ?  », provoqua quelque chose en lui. Le brun inspira une grande fois, et haussa les épaules. Il ne savait pas. « Comment as-tu pu promettre ça à Liséa ? » Luis cherchait à comprendre, ils étaient si différents… « Tu l’aimes ? Elle te suffit ? » Luis qui parlait d’amour, c’était presque risible. La plupart des gens qui le connaissaient s’était probablement mis d’accord pour dire que le brun était incapable d’éprouver ce sentiment. En posant cette question à son frère, il savait qu'il mettait le point sur la vérité, car Luis savait que Lukas aimait les hommes depuis... Probablement avant même que Lukas ne s'en soit rendu compte lui-même. « Aloisia… Ce n’est pas comme disent les journaux. Je ne l’aime pas comme ça. » Il ne se rendit pas compte que ses doigts dessinaient des ronds sur la main de Lukas, toujours posée sur son genou. Son regard était perdu dans ces gestes effectués avec nonchalance, si il n’était pas perdu dans ses pensées, il ne serait pas en train de faire ça. « Je ne veux pas vivre toute ma vie en me contentant de… Ca. » Une amitié sincère, un couple uni et allié, certes, mais rien qui le faisait vibré. Rien qui donnait à son âme cette impression d’être entière, cette impression qu’il avait déjà touché du bout du doigt, quand le corps mince de son cadet venait se coller au sien, la nuit, entre ses draps. Luis leva les yeux à nouveau pour rencontrer le regard de Lukas, et il arrêta ses mouvements sur sa main. « Mais il y a surement d’autres moyens, oui. » Il hocha à nouveau la tête, comme pour s’en convaincre lui-même. « De toute manière Micaela est fidèle à son mari. » Il n’y avait que Marzia, chez les Monaci, qui était comme lui. Luis savait qu’il ne pourrait pas s’en défaire, la manière dont la jeune italienne se pliait à chacun de ses désirs était exquise. Il y avait aussi cette sang-mêlé de bonne famille, Isadora, une blonde qu’il savait que sa femme n’aimait pas.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptySam 27 Aoû - 17:36



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

Luis haussa les épaules, en signe d'ignorance. « Comment as-tu pu promettre ça à Liséa ?  Tu l’aimes ? Elle te suffit ? » Lukas soupira, n'ayant pas trop envie d'avouer le pourquoi il se privait. Beaucoup plus que de régulières heures d'oublis et de plaisir, perdu dans d'agréables bras. C'était un pacte qu'ils avaient passés tout les deux, dans la cave du cabaret de Liséa, un pacte pour leur nom et pour la place des Rosenwald. Pour que se débarrasser ensemble des démons qui menaçaient leur précieuse image, eux qui représentaient la famille impériale. Ils se juraient fidélité, évitant pour lui la chair et pour elle le sang. « Aloisia… Ce n’est pas comme disent les journaux. Je ne l’aime pas comme ça. » Lukas le savait très bien, et ce qui le surprit, ce n'étaient pas ses mots, mais ses doigts qui venaient danser sur la main de Lukas, toujours posée sur son genou. Des arcs de cercles et arabesques toutes simples, répétitives, dessinées par des doigts doux et s'oubliant sur la peau de son double. Se permettant d'y jouer à nouveau, comme si c'était normal, comme Luis le faisait tous les jours alors qu'ils ne se touchaient plus que de nécessaire depuis des années. Une intimité renaissait de cette danse, et qui donna à Lukas un sourire rêveur. De toute façon, lui, il savait que ce n'était pas vrai, même s'il l'avait cru. En tout cas il l'avait su lorsqu'il avait vu Luis avec d'autres personnes, se permettant des choses qu'un homme amoureux n'infligerait jamais à sa moitié. « Je ne veux pas vivre toute ma vie en me contentant de… Ca. » Lukas hocha la tête, compréhensif. Même s'il l'avait promis, il avait déjà plusieurs tentatives ratées derrière lui et la volonté d'aller coucher ailleurs que dans le lit conjugal le prenait souvent. Parce que ce n'était pas assez. Il manquait ce petit plus, cette excitation, cette plénitude. Les mouvements de ses doigts s'interrompirent alors que les yeux de Luis rencontrèrent de nouveau ceux de Lukas, hochant la tête en disant : « Mais il y a surement d’autres moyens, oui. De toute manière Micaela est fidèle à son mari. » Il n'était pas très expressif, Luis, à la différence de son cadet. Rien dans son visage ne permettait de discerner la palette d'émotions et toutes leurs nuances qu'on trouvait chez Lukas. Des traits identiques pour deux êtres complètements opposés. Lukas savait parfois y dénicher un sentiment et c'est là qu'il devina que son aîné était perdu. Alors, il se leva pour être à sa hauter et capter son attention, éviter que ses ambres ne se perdent et pour le convaincre de faire le bon choix. Ou en tout cas le choix qu'il avait fait lui, et qu'égoïstement, il aimerait que son frère fasse de même. « Elle doit être fidèle, parce qu'elle sait qu'elle risque gros si elle ne l'est pas. En Monaci, elle sait parfaitement gérer son image, et nous devons faire de même. » La main de Lukas trouva le bras de son jumeau, juste en-dessous de l'épaule, et le pressa. « Nous devons faire de même. C'est pour ça que j'ai promis ça à Liséa… Elle a une place particulière pour moi, mais de là à l'aimer comme ça, tu sais bien que non. » La main de Lukas remonta le long de l'épaule pour aller se loger dans le cou de son double, sans vraiment y penser, sachant pourtant que cet endroit était l'un des plus intimes et qu'un contact ici était risqué. Lui, dans l'intimité, adorait qu'on pose sa main sur ce morceau de peau fragile, recouvrant une zone dangereuse. Parce qu'il faisait confiance, qu'une seule bonne pression pouvait couper sa respiration voire pire, et ça lui foutait de l'adrénaline dans le sang. Et d'un autre côté, il trouvait ça rassurant que le geste se répète, preuve qu'on chérissait la confiance qu'il donnait. « Je suis pareil que toi, Luis. Ca ne me suffit pas, mais je ne sais pas si on a le droit à quelque chose d'autre. Je crois que c'est le prix à payer pour être là où nous sommes. » Il essayait de mettre de la volonté dans son regard, mais sans doute que seule son inquiétude transparaissait. Pourtant, il avait envie d'être fort pour Luis, comme lui l'était pour son cadet.

AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyDim 28 Aoû - 0:46

]

you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

Luis n’avait pas remarqué le sourire de Lukas, étant donné qu’il avait le regard dans le vide quand ses doigts caressaient doucement la main de son jumeau. Finalement, Luis revint à lui et s’arrêta. Après qu’il eut terminé de parler, Lukas se leva et se mit à sa hauteur. A vrai dire, étant donné que Luis était appuyé sur le bureau, Lukas était un peu plus grand que lui. « Elle doit être fidèle, parce qu'elle sait qu'elle risque gros si elle ne l'est pas. En Monaci, elle sait parfaitement gérer son image, et nous devons faire de même. » Luis le regarda longuement dans les yeux. Il avait raison. Le brun soupira, quand Lukas monta sa main dans son cou. Il ne se tendit pas, même si ça aurait du arriver. Au contraire, le brun sentit ses muscles tendus se relâcher un peu. Le calme revenait peu à peu en lui. « Nous devons faire de même. C'est pour ça que j'ai promis ça à Liséa… Elle a une place particulière pour moi, mais de là à l'aimer comme ça, tu sais bien que non. » Luis n’affichait pas ses émotions, parce qu’il n’en éprouvait que très peu. Pourtant, là, il ressenti quelque chose. Une sorte de douceur au cœur, qui le fit regarder son frère autrement pendant quelques secondes. L’ainé ne bougea pas. « Je suis pareil que toi, Luis. Ca ne me suffit pas, mais je ne sais pas si on a le droit à quelque chose d'autre. Je crois que c'est le prix à payer pour être là où nous sommes. » Il bougea un peu la tête, uniquement dans le but de chercher plus de contact avec la main de son cadet. Luis mourrait d’envie de plein de choses. De pleins de choses qu’il n’avait pas le droit de faire, ou d’avoir, surtout si il était en train de le promettre à son cadet. Il voulait le prendre dans ses bras, et… D’autres choses. Un désir inavouable lui brûlait les tripes, et quand il le comprit : ce fut trop tard. Le mal était fait. Luis s’écarta finalement de cette main presque avec trop de précipitation. Il dépassa son frère, le forçant à se retourner si il voulait toujours le regarder pendant qu’il s’exprimait. « J’en suis conscient… » Fit-il simplement, un peu trop froidement. Son ainé avait le même corps que lui, les mains plus expertes peut être. Faites pour soigner, quand les siennes condamnaient sur le papier des innocents qu’il ne défendait pas. L’ainé passa une main sur son visage, pour tenter de penser à autre chose, pour penser à ce qu’ils se disaient. « Je ne serai jamais fidèle, Lukas. » Il se résignait, mais c’était la vérité. Luis était Luis, et exiger ça de lui était idiot et absurde. « Mais les Monaci… Je t’écouterai. » Il lui fit savoir. Il pouvait bien s’éloigner des Monaci, tenter de convaincre Madame Löwewald que son fils à naître devait épouser Lena pouvait se faire sans devenir accidentellement le père de ce lion de fils.

Spoiler:
 


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyDim 28 Aoû - 12:25



you're on the brink of the point of no return

ft. Luis Rosenwald

Luis bougea la tête, offrant plus de place pour que la main de Lukas s'y étende, ce qu'il fit doucement, sans un penser. Un réflexe pour le détendre davantage, jusqu'à le sentir ses murscles durcir et Luis s'éloigner. Presque s'échapper, avec l'empressement qu'il donna à ses mouvements, faisant quelques longues enjambées pour se retrouver derrière son dos. Un instant en suspens, la main du cadet rejoignit sa propre nuque. Embarrassé, il laissa ses doigts courir dans ses cheveux, se gratta l'arrière de la tête pour se retourner. Le vit nerveux. « J’en suis conscient… » fit-il enfin. Le vit passer les mains sur son visage, en proie à une réflexion. Lukas n'aurait pas dû pousser sa chance, et le moment d'intimité qu'ils avaient partagé en était gâché. Luis n'avait juste pas apprécié, après tout quoi de plus normal ? Un geste que Lukas aimait n'était pas forcément apprécié par son jumeau. Jumeaux mais totalement différents. Ses doigts se portèrent à sa pince à cravate pour jouer avec, des tics pour ses mains en constante agitation et que sa mère détestait. « Je ne serai jamais fidèle, Lukas. » Ces mots firent bizarrement plus mal que sa fuite, aveu d'une inconstance inguérissable et d'une impossible promesse. Le sentiment de trahison qu'il ressentait régulièrement depuis ses quinze ans refit surface, et Lukas baissa les yeux sur ses pieds, regardant le cuir impeccable et hors de prix de ses chaussures luire sous la lumière de la pièce. Il n'aurait pas dû ressentir tout ça, et ne devrait pas y accorder de l'importance, sous peine d'être blessé encore. Sans que personne ne puisse le voir et sans qu'il ne puisse l'extérioriser autrement qu'en allant chercher une peau contre laquelle poser ses lèvres. Il devait devenir insensible aux mots de Luis. « Je vais essayer, moi. » dit-il d'une petite voix. Essayer de dompter ses maux, d'être plus forts qu'eux alors qu'ils poussaient contre les barreaux des cages où Lukas les enfermait. « Mais les Monaci… Je t’écouterai. » Lukas assentit silencieusement pour faire comprendre qu'il prenait note, les yeux cette fois fixés sur le pince cravate en forme de rose avec lequel il jouait. « Merci. » Si ça pouvait le rassurer pendant un moment et leurrer ses propres sentiments le temps qu'il prenne un peu de large… « Je te demande pardon pour… tout ce déballage de colère, j'ai du mal à faire dans la demie mesure, et les Italiens me tapent sur les nerfs. » Il leva ses ambres quelque part sur un point du front de Luis, donner l'impression qu'il le regardait. Mais si Lukas utilisait beaucoup cette astuce pour faire semblant qu'il écoutait, et que beaucoup s'y faisaient prendre, il savait que Luis n'était pas de ceux-là. Tant pis. Il ne chercha pas non plus à franchir la distance que Luis avait imposée entre eux, resta loin. A sa place, peut-être était-ce ça, l'expression. La place qu'il devait occuper en tant que frère. « Je sais que tu fais attention pour nous protéger, et je sais que tu es loin d'être sans défense, mais... » Il haussa les épaules. « Je préfère te parler de ce qui me taraude. Je pense que c'est plus honnête. »
AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald EmptyDim 28 Aoû - 19:05


you're on the brink of the point of no return
ft/Lukas Rosenwald

A l’aveu de son frère – qui ne devait cependant rien avoir de surprenant – Lukas baissa les yeux sur ses souliers. Luis le dévisagea, encore une fois, son estomac se noua lorsqu’il se demanda quelle douceur aurait sa peau sous ses doigts. Il était mal à l’aise, mal à l’aise d’avoir ce genre de pensées envers cet homme avec qui il partageait tout, et même le sang. Et surtout le sang, c’était bien ça le problème. Lui qui pensait n’avoir jamais été atteint de la malédiction de sa famille, s’en voyait désormais touché de plein fouet. Inconscient de sa légère sociopathie, Luis pensait seulement découvrir une nouvelle tare en découvrant une attirance qu’il devait réfréner envers l’être qui lui était physiquement identique. C’était mal, il ne devait pas penser comme ça, ne devait pas avoir envie de… Il inspira longuement, et Lukas recommença à parler. « Je te demande pardon pour… tout ce déballage de colère, j'ai du mal à faire dans la demie mesure, et les Italiens me tapent sur les nerfs. » Luis ne comprenait pas cette haine pour les italiens. Avaient-ils heurté son frère de quelconque manière ? « Si les Monaci te font quelque chose, tu me le dirais, hein ? » Il le savait que oui, les regards de Lukas le lui hurlait. Si il avait un seul élément contre les italiens, il le lui aurait lancé en premier. Donc ce n’était pas le cas. « Je sais que tu fais attention pour nous protéger, et je sais que tu es loin d'être sans défense, mais... » Luis essayait de plus trop le regarder, il retourna à son bureau, rangea quelques affaires puis Lukas continua. « Je préfère te parler de ce qui me taraude. Je pense que c'est plus honnête. » Luis hocha doucement la tête, avant de glisser sa chaise sous son bureau. Il contourna le meuble à nouveau, et résista à l’envie de toucher le bras de son frère pour l’accompagner jusqu’à la porte. « Je comprends Lukas. » Fit-il simplement avant d’ouvrir la porte, de laisser son frère et de sortir pour verrouiller la pièce. « Ca fait des jours que Lena me tanne pour aller voir les écuries avec Liliana… » Commença le jeune prince dans les couloirs, alors qu’il se dirigeait vers ses appartements en compagnie de Lukas. Continuer la journée avec leurs filles lui semblait être la meilleure idée pour oublier un peu ses pensées indécentes. Le jeune père ne pensait plus qu’à Lena, quand il était avec lui. Toutes autres pensées impures restaient éloignées de lui dans ces moments.

rp terminé


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty
MessageSujet: Re: (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald   (you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(you're on the brink of the point of no return.) ft. Luis Rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-