Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
-39%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
152 € 250 €
Voir le deal

Partagez
 

 (Micaëla) The patience is key of any things.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. EmptyLun 15 Aoû - 12:28


The patience is key of any things.
Micaëla & Alekseï
L’univers s’effondre, telle une avalanche des projets sombres, de rêves qu’on ne peut que frôler du doigt sans jamais réellement les toucher. Tu t’étais plongé dans ton travail, corps et âme, cherchant à ignorer cette douleur qui te tiraillait à la pensé de cet enfant mort-né. D’où venait le problème ? De toi ? D’elle ? Tu te posais tellement de questions. Si l’amour était une chose que tu n’avais pas encore ressentir pour ta femme, la pitié ou la rancœur, elles, étaient bien présente. Tu faisais ce que tu pouvais pour la mettre enceinte, partageant son lit assez régulièrement sans pour autant y éprouver un quelconque plaisir. Etais-ce cruel ? Sûrement. Aussi bien pour elle que pour toi. Enchaînés l’un à l’autre comme deux boulets, alors que vous vous trainiez mutuellement dans les abysses de cette vie bien compliquée. L’armée était devenue ton échappatoire, ton défouloir. Tu t’y accrochais désespérément, cherchant à tout prix une raison de ne pas montrer tes faiblesses actuelles. Qu’importe. Ton éducation est telle que ton corps réagissait de lui-même. Se fermant, reboutant une quelconque émotion visible qui pourrait attirer l’attention sur toi. L’heure est déjà bien avancée sur Berlin, laissant les nuages gris glisser au-dessus de vos têtes. Menace silencieuse et pourtant qu’à demi présente. Assis dans les jardins de cette demeure familiale, tu jouais simplement avec une feuille quelques minutes plus tôt arrachée d’un arbre trônant à tes côtés. Tu veux t’en éloigner. T’éloigner d’elle et de son regard brisé, d’elle et de cette façon qu’elle a de te déchiffrer sans préavis, sans efforts. Deux ans. Deux que tu partageais sa vie sans vraiment être présent. Tantôt travaillant, tantôt aux côtés de ton frère ou de ton père, tu n’avais jamais été un mari digne de ce nom. Cela t’avait-il dérangé ? Non, pas jusqu’à aujourd’hui.

Te mentir à toi-même ne servirait à rien, tu doutais, même si les apparences sont souvent trompeuses. Tu paraissais sûre de toi, indéchiffrable, mystérieux. En soit, c’était une force que tu t’étais octroyé avec les années, préférant être ainsi que de puer les émotions. Et si on te punissait pour ne pas avoir été présent pour elle ? Pour espérer la mettre enceinte par pu intérêt personnel ? Après tout, tu avais été le premier marié dans la fratrie, avant Marius ton aîné. Déjà, tu aurais dû obtenir une descendante, vivante du moins ! Tes mâchoires se serrent douloureusement et un soupire s’échappe de tes lèvres, comme une plainte silencieuse et désespérée. Entre la politique, que tu laissais gracieusement à ton aîné, et tes problèmes personnels, tu étais gâté. Néanmoins, jamais il n’avait été dit dans la vie que porter ton nom de famille serait chose facile. Le vent se lève, faisant bouger tes cheveux foncés sans cesse en bataille. Héritage familiale sûrement. Un bruit de pas résonna au loin, échos lointains que tu parviens néanmoins à distinguer, ayant pour l’habitude d’être sans cesse sur tes gardes. Le danger rôde de partout, même dans cette demeure tu pouvais le trouver et ce, sous n’importe quel visage. Ton regard glisse sur l’horizon pour s’arrêter sur une silhouette approchante. Fine, élégante, cheveux sombre. Il ne fait aucun doute sur son identité. Ta belle-sœur, femme de l’héritier avec qui tu entretenais des relations assez confortables. Pas d’animosité, pas d’amertume, juste quelques conseils de ta part et un destin qui vous rapproches. Comme toi, comme ta femme, il n’y avait pas encore de descendance de son côté. Sauf que, disons-le clairement, sa situation était sûrement plus compliquée que la tienne. Tu te lèves avec agilité, laissant tes pas te mener vers elle en silence, jusqu’à parvenir dans son champ de vision.

« Ma chère belle-sœur, aurais-tu également eu besoin de prendre l’air ? » Tu jettes un coup d’œil vers les alentours, espérant y voir ton aîné non loin. Raté…tu aurais dû t’en douter. Où était-il encore ? Sûrement ici ou ailleurs, tu te renseigneras plus tard, il faut que tu lui parles. Heureusement pour toi, ta relation avec Marius était d’une grande fraternité. Tu le soutenais dans sa position d’héritier, l’aidant à décompresser quand le poids des responsabilités devenait trop lourd à porter. D’ailleurs, tu étais tout aussi proche de ton frère et de ta jeune sœur, bien que celle-ci soit marié et que ton autre frère lui soit déjà père. Contradiction flagrante. Les deux aînés, incapables de donner un enfant à la famille… Merveilleux.
(c) light of the seven

   

Revenir en haut Aller en bas

Micaela Löwewald
impérialiste du Lion

Micaela Löwewald
(Micaëla) The patience is key of any things. Tumblr_o4c1ovuGDD1um8xzao1_250
‹ MESSAGES : 476
‹ PSEUDO : VOYOU. Mais si vous préférez, vous pouvez m'appeler Elodie, ou tout simplement Elo.
‹ FACE & CREDITS : Avatar @Bacaclava| Signature @Solosand | Citation @Slimane-Adieu
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six années que l'univers gravite autour de ce monstre d'égoïsme.
‹ STATUT CIVIL : mariée. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
‹ STATUT DU SANG : Fleuve écarlate, aussi pur que royal.
‹ COMPÉTENCES : uc



(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: Re: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. EmptyMer 17 Aoû - 0:54


THE PATIENCE IS KEY OF ANY THINGS.
feat Aleksei Löwenwald

La tanière du lion était devenue ta demeure. Elle n'était pas comparable au domaine des Monaci, dont le simple nom suffisait à sublimer la magnificence des lieux. Les pièces semblait bien terme et inhabitée à coté de la superbe des pièces italiennes qui décorait les pièces de ton enfance. Tu e te sentais que comme une vulgaire étrangère, sas que personne ne puisse y faire quoi que ce soit, l'idée était bien trop gravée dans ton cœur pour que tu puisses en changé. Tu étais têtue, tu n'avais pas laissé l'ombre d'une chance à la demeure des Lions pour conquérir ton cœur qui ne pensait qu'à cet ailleurs. Ta belle mère t'avais acculé dans ses appartement pour t'offrir un breuvage de sa confection, qui devait aider ton corps à fournir un héritier. La rage s'était immiscer dans tes veines, empoisonnant ton sang d'une violence que tu ne pouvais te permettre d'exposer, pas devant celle qui avait donné naissance à celui que tu appelait ton époux. Tu prenais délicatement le flacon entre tes doigts fins, enserrant le verre avec une force insoupçonnée. Tu te confondus en remerciement, rêvant de lui balancer à la gueule la réalité de ton incapacité à enfanté... C'était son fils qui se refusait de te prendre comme bon nombre d'homme l'avait fait avant lui. Son fils qui refusait de céder à tes délices de femme. Elle ne pensait pas à mal, mais tu te sentais insultée par ses insinuations. Et la colère dépassait la mère pour s’abattre sur son fils. En se refusant à s'abandonner à toi, il te mettant dans une position inconfortable. Tu inclinais la tête, faussant compagnie à la mère lionne pour calmer les torrents de fureur qui t’étreignaient les entrailles. Le souffle court et la respiration haletante, ton regard se recouvrait d'un voile obscure, l’emprunte du monstre féroce qui s'éveillait en toi. L'extérieur. L'air frais. Une inspiration profonde qui vint nourrir la pulsion dévastatrice. le flacon quittait ta main pour venir se heurter contre le sol. La violence de l'impacte propulsa des morceaux de verre ici et là. Une inspiration profonde. Tu t'éloignais de la matérialisation de ton impulsivité, trouvant refuse dans les jardins calmes et paisibles. Jusqu'à cette voix qui vint t'extraire de tes songes. Ma chère belle-sœur, aurais-tu également eu besoin de prendre l’air ? Aleksei. Une moue de circonstance vint se plaquer sur tes traits, dissimulant à la perfection la contrariété qui t'habitait. Tes joues étaient d'une rouge rosée, que l'on pouvait attribué au froid. Tu haussais vaguement les épaules. Encore et toujours ces mêmes discussions. Je ne les ferrais taire que lorsque je leur offrirais un lion... Un soupire venait fendre tes lèvres alors que tu secouais ta frimousse à la négative, te débarrassant des idées sombres qui te broyait l'esprit. Je suppose qu'il me faut juste un peu plus de temps... malheureusement, le temps ne semble pas satisfaire leur impatience... Et pour cause, l'héritier de la rose, lui, avait déjà procréé une héritière.


A nous deux, au passé
Je n'aimerais pas être à ta place quand tu seras en pleurs, devant ta glace en pensant à moi, à tout ce que je t'ai aimé  écœurée de tes amants, ceux qui t'ont abandonnée  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: Re: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. EmptyVen 19 Aoû - 8:40


The patience is key of any things.
Micaëla & Alekseï
Cette pression tu ne la connais que trop bien. Comme un poids sur nos épaules, perpétuelle menace qui vous rappelle que qu’au final, vous n’aviez pas encore fait votre devoir. L’héritage est un acte important dans toute famille de sang pur, les Löwewald ne faisaient absolument pas abstractions à la règle. Ils étaient là, tournant autour de toi, cherchant un signe de procréation alors que l’évidence même aurait dû leur sauter au visage. Ta femme n’est peut-être pas faite pour engendrer une quelconque descendance. « Encore et toujours ces mêmes discours. Je ne les ferais taire que lorsque je leur offrirais un lion… » Tu souris légèrement, te voulant réconfortant, alors qu’un soupir s’échappe de ses lèvres. Leur offrir un lion. Un enfant n’est pas un cadeau que l’on offre sans contrefaçon, c’est ce que tu avais toujours pensé malgré ton jeune âge. Marié avant Marius, vous étiez néanmoins dans la même galère. Tu passes une main dans tes cheveux. Que pourrais-tu répondre face à ses paroles ? Tu sais tes parents étouffants, ayant faits de même avec ton épouse. Encore aujourd’hui, ta mère semblait éprouver le besoin d’offrir des « remèdes » qu’elle pensait efficace pour aider celle-ci à tomber enceinte. Tu y avais cru au départ, te disant que bien vite, tu serais en paix avec toi-même. Puis elle avait donné naissance à votre premier fils, mort-né. Ça arrive de temps en temps, malgré la peine, tu ne t’en étais pas formalisé. Malheureusement, ça c’était reproduit, te laissant un gout amer dans la gorge. Piqure violente dans l’âme. « Je suppose qu’il me faut juste un peu plus de temps…malheureusement, le temps ne semble pas satisfaire leur impatience. » Tu retiens un ricanement dans le tréfonds de ta gorge. La patience n’est pas une qualité donnée à tout le monde. Autant tu en avais hérité, autant tes parents semblaient quelques fois en être dépourvus.

« Ne sois pas trop dur envers eux. Entre moi qui ne semble engendrer que la mort et Marius, qui lui, tarde à donner un héritier, ils craignent pour la descendance. » Bien que ta sœur aille déjà engendrée une petite fille, eux, ce qu’ils attendaient, c’était un fils. Un mâle héritier pour faire concurrence aux Rosenwald. « Marchons un peu veux-tu. » Tu lui offre ton bras, te mettant à marcher calmement, ton regard vagabondant sur l’horizon. Tu gardes le silence l’espace de quelques secondes, laissant le vent caresser to, visage telle une caresse subtile et sucrée. « Comment cela se passe-t-il avec mon cher frère ? Je le connais, je sais qu’il peut se montrer…distant dirons-nous. » Et encore, le mot semblait faible. Tu n’es pas homme à te mêler de la vie des autres, non, mais tu étais surtout homme à aider ta propre famille. Marius peut avoir un sale caractère, tu en es conscient, ayant vécu toute ton enfance à ses côtés. Héritage du côté des mâles des Löwewald évident, alors que ta jeune sœur, elle, était plus subtile que vous, les hommes. Autant tu étais proche de ton frère depuis bien des années, autant avec ta cadette ce rapprochement ne fut que tardif et encore fragile. Mariée à un Fuchs, nos familles étaient liées aussi bien de son côté que tu tiens, ta femme étant également une Fuchs de naissance. Ironie, amusement, exaspération. « Enfin, disons que c’est de famille, ce petit caractère subtil que nous réservons à nos femmes. » Tu avais dit ses paroles plus pour toi-même que pour elle. Effectivement, une fois mariés vous aviez tendance à devenir plus farouche, plus distants avec celle que vous épousiez. La preuve en était, tu touchais ta femme que pour la forme. Cherchant à la mettre enceinte…Enfin, ça c’était avant.

(c) light of the seven

   

Revenir en haut Aller en bas

Micaela Löwewald
impérialiste du Lion

Micaela Löwewald
(Micaëla) The patience is key of any things. Tumblr_o4c1ovuGDD1um8xzao1_250
‹ MESSAGES : 476
‹ PSEUDO : VOYOU. Mais si vous préférez, vous pouvez m'appeler Elodie, ou tout simplement Elo.
‹ FACE & CREDITS : Avatar @Bacaclava| Signature @Solosand | Citation @Slimane-Adieu
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six années que l'univers gravite autour de ce monstre d'égoïsme.
‹ STATUT CIVIL : mariée. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
‹ STATUT DU SANG : Fleuve écarlate, aussi pur que royal.
‹ COMPÉTENCES : uc



(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: Re: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. EmptyVen 19 Aoû - 10:29


THE PATIENCE IS KEY OF ANY THINGS.
feat Aleksei Löwenwald

Ne sois pas trop dur envers eux. Entre moi qui ne semble engendrer que la mort et Marius, qui lui, tarde à donner un héritier, ils craignent pour la descendance. S'il n'y avait que les Löwewald qui te pressaient, tu en serais bien aise. malheureusement, les Monaci attendaient fermement que tu ne donnes un héritier à cet empire qui n'était conquis que dans les pensées et le cœurs de ceux qui croient. Il ne voulait pas un héritier à chérir, mais un pion a avancé sur l'échiquier, pour obtenir leur propre récompense : la couronne italienne. Ton frère lui avait déjà assuré la prospérité de votre famille... Maudit soit-il, à toujours être un concurrent que tu ne pouvais réellement combattre, que tu ne parvenais pas à haïr tant la puissance de l'amour que tu lui vouais était puissant. Marchons un peu veux-tu. Le poids de la colère n'était pas encore retombée et tes pensées oppressaient ton cœur, t'empêchant d'avoir un résonnement lucide et parfaitement cousu. Tu détestais te retrouver dans un tel état, même s'il n'y en avait aucune trace physique, cela t'arrivait bien trop souvent. Ta main se glissait distraitement sur le bras que te tendais ton beau frère, alors que tes orbes vagabondais, ici et là, aussi volatile que ton esprit. Comment cela se passe-t-il avec mon cher frère ? Je le connais, je sais qu’il peut se montrer…distant dirons-nous. Tes yeux roulent alors que tes lèvres laissent échapper un soupire. Son frère, ton époux, était irréprochable en tout point... Si ce n'est que toute votre relation semblait superficielle, froide malgré la pseudo intimité que vous sembliez vous offrir, c'était impersonnel et détestable. Tu ne trouvais pas les mots allemands pour l'exprimer sans paraître désagréable et exigente... Tu en l'étais pas... Pas tant que ça. Enfin, disons que c’est de famille, ce petit caractère subtil que nous réservons à nos femmes. Tu secouais finalement le menton à la négative. Non, ce n'est même pas cela. je ne sais pas. Honnêtement je ne sais pas. Il semble si insaisissable que je ne sais comment faire un pas vers lui, comme sortir de cette intimité qui ne fait qu'accentuer la distance qui nous sépare. Je ne sais pas comment être avec lui... j'ai l'impression de devoir sans cesse réfléchir. C'est usant. Usant, fatiguant et surtout inhabituel. Tu étais pourtant connue et reconnue pour ton attrait pour la gente masculine. ce n'était évidemment que des bruits de couloir, mais jusqu'ici, aucun autre homme ne t'avait résisté... Aucun autre homme ne s'était volatilisé face aux charmes déployés. C'était troublant... Troublant et vexant. Le seul homme que tu désirais possédant était celui que tu ne parvenais à toucher, d'une quelconque manière que ce soit. Ce ne sont que des apparences. Et pour qu'une Monaci s'en plaigne... Tu laissais la phrase en suspens, lourdes de sous entendu.


A nous deux, au passé
Je n'aimerais pas être à ta place quand tu seras en pleurs, devant ta glace en pensant à moi, à tout ce que je t'ai aimé  écœurée de tes amants, ceux qui t'ont abandonnée  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: Re: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. EmptySam 20 Aoû - 15:12


The patience is key of any things.
Micaëla & Alekseï
Si l’amour est un art, mon frère et moi n’étions pas vraiment des as dans la matière. Entre lui qui se refusait d’aimer pour faire passer ses obligations avant toutes choses, toi qui n’arrivait pas à pardonner à ta femme. Tu n’étais pas doué dans cet art, alors que le combat lui, brillait comme une étoile dans tes yeux. Mais l’amour n’était-il pas un combat en lui-même ? Si. Sauf que celui-ci, tu étais en train de le perdre, il te brisait tout simplement. La perte de ton deuxième fils avait été la défaite de trop. Tu invites ta belle-sœur à marcher en ta compagnie, cherchant peut-être un réconfort subtil en sa présence. Un soupire s’échappe de ses lèvres suite à tes paroles, alors que calmement, tu tournais les yeux vers elle. « Non, ce n’est même pas cela. Je ne sais pas. Honnêtement, je ne sais pas. Il semble si insaisissable que je ne sais comment faire un pas vers lui, comme sortir de cette intimité qui ne fait qu’accentuer la distance qui nous sépares. Je ne sais pas comment être avec lui…j’ai l’impression de devoir sans cesse réfléchir. C’est usant. » Un léger sourire s’affiche sur tes lèvres, laissant ton regard retourner vers l’horizon. Ton frère n’est pas un homme facile, à vraie dire, les hommes de ta famille sont tous assez compliqués d’une façon différente. Comme une marque de fabrique, une étiquette qui ne se voyait que dans cette douce intimité qu’était vos vies personnelles. Tu ne pouvais lire ce qui se tramait dans l’esprit de ton frère, tu ne pouvais que le soutenir du mieux que tu le pouvais. Néanmoins, Micaëla était également devenue une Löwewald par alliance, elle portait ton nom de famille et depuis son mariage, à tes yeux, elle était entrée dans ton cercle. Cercle que tu protégerais corps et âme sans jamais broncher.

« Ce ne sont que des apparences. Et pour qu’une Monaci s’en plaigne… » Tu poses ta main de libre sur la sienne, t’arrêtant près d’une petite fontaine que ta mère avait fait construire pour ta cadette, Cornélya, lors de sa naissance. « Marius n’a jamais été très facile à cerner, c’est évident. Il faut beaucoup de patience pour arriver à le subjuguer, mais étrangement, je pense que tu es dans le faux. Pour moi, il te prête plus d’attention que tu ne pourrais te l’imaginer…Si tu n’avais aucune importance à ses yeux, il se serait déjà jeté sur toi sans plus de retenues. » Tu relâches la jeune Monaci, prenant place sur le bord de la fontaine, passant une main dans tes cheveux courts et ébouriffés. « Les Monaci sont fières, certes, mais les Löwewald le sont tout autant ma chère. Il faut s’armer de patience. Laisse-le venir à toi, ne le brusque pas tu ne feras que le braquer. » Etais-tu seulement bien placé pour donner de tels conseils ? Toi qui fuyais ta femme ? Tu avais de bonnes raisons, certes, mais cela ne pouvait tout pardonner.

(c) light of the seven

   

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




(Micaëla) The patience is key of any things. Empty
MessageSujet: Re: (Micaëla) The patience is key of any things.   (Micaëla) The patience is key of any things. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(Micaëla) The patience is key of any things.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-