Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment : -54%
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
Voir le deal
59.99 €

Partagez
 

 — cold and lonely heart (ALEKSEÏ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




— cold and lonely heart (ALEKSEÏ) Empty
MessageSujet: — cold and lonely heart (ALEKSEÏ)   — cold and lonely heart (ALEKSEÏ) EmptyMar 23 Aoû - 15:50

COLD AND LONELY HEART
alekseï & siggy
Tu pris une grande respiration. Le soleil se levait alors, comme à chaque matin sur ton petit visage fin. Et pourtant, alors que les rayons de l’astre du jour auraient dû te glisser un sourire aux lèvres, il n’en fut rien. Tu étais seule, terriblement seule. Dans un lit qui n’était pas le tien, qui le ne serait jamais. Et cette solitude te faisait mal, te rongeait de l’intérieur. Car quand nul n’élève la voix, ce sont les voix intérieures qui prennent peu à peu le dessus. Tourbillon de pensée, tu aurais préféré retrouver le sommeil. Un sommeil éternel. Pourtant, la vie avait été autrefois si belle pour toi que tu ne pouvais l’oublier. Tu te disais que cela ne devait être qu’un mirage. Une pointe de noirceur avant les bons jours. Du moins, c’est ce que tu espérais au plus profond de toi. Lentement, tu glissas tes jambes hors du lit, avant de te lever. Réflexe inespéré, tes mains s’étaient malgré toi glissées sur son ventre qui avait repris sa forme initiale. Plus de rondeur, plus d’espoir, plus d’enfant. Pourtant, tu savais. Tu savais que ça ne tarderait pas. Que tu te trouverais bientôt de nouveau enceinte. Il te volerait une nuit, quelques minutes seulement. Pas plus. Et quand il repartirait, tu ne sais où en compagnie d’une autre, tu pleurerais. Seule, en silence. Mais les larmes couleraient. Bien malgré toi. Car si c’était un nouvel échec. Pour une troisième fois. Tu ne le supporterais pas.
Bien habillée, coiffée, tu avais l’intention de prendre un peu l’air. Soleil chaud sur ta peau porcelaine, tu daignas un petit sourire de bien-être. Parce que malgré la froideur de ton mari ces derniers temps, il n’en restait pas moins que les jardins de sa famille avaient toujours été une grande source de réconfort pour toi. Tu aimais les belles choses, alors ces plante si vivantes, si uniques et si belles à la fois avait su te charmer dès les premiers jours. Et depuis cette seconde perte, tu t’y étais encore davantage isolé, cherchant un peu de solitude dans ce royaume qui n’était pas le tien. Malgré tout, tu savais. Tu savais que tôt ou tard, tu devrais lui demander des explications. Que tu devais cesser de le laisser fuir tes questions. Que tu devais l’obliger à te faire face. Car oui, tu comprenais parfaitement qu’il souffrait. Mais toi aussi. Tellement que ça t’en donnait mal au cœur. Pourtant, tu avais dû mal à te lancer, à lui faire face. Pas parce qu’il était un homme, pas parce qu’il était ton mari. Plutôt parce qu’ici, tu ne pouvais compter sur personne d’autre que toi-même. Ta sœur n’était pas là, ta mère non plus. Il ne restait que toi et ton courage. Et bien piètre courage tu avais après une telle épreuve. Malgré tout, tu quittas ton refuge, pour cette demeure cent fois trop grande, en demandant aux domestiques si elles n’avaient pas vu ton mari. Ce ne fut qu’après quelques minutes que tu reçus enfin une réponse concluante. Au salon, il était au salon alors. Miracle qu’on ne t’ait pas annoncé qu’il ne reviendrait que dans quelques jours. D’un pas décidé, c’est donc au salon que tu te rendis pour aller à sa rencontre. Seul, songeur, tu hésitas quelques secondes avant d’interrompre ses pensées. « Alekseï… puis-je te parler un moment ? » Mainte fois, tu t’étais imaginée lui tenir tête, mainte fois tu t’étais imaginé cette scène. Et pourtant, les mots ne voulaient pas sortir comme tu l’aurais souhaité. Tu aurais aimé être en colère contre lui, mais tu n’y parvenais tout simplement pas. « Vois-tu… » Tu retenais tes larmes, tu retenais ta faiblesse. Mais tu hésitais trop pour que ça ne paresse que tu sois blessée. « Je sais que je ne suis pas l’épouse que tu t’attendais à avoir. Je sais que tu ne m’aimes pas. Que tu t’efforces d’être courtois en ma présence. Je sais que je suis qu’un poids pour toi. Un simple portrait dans le décor. Mais je n’en peux plus d’être ainsi traitée, d’être ainsi invisible. » Voilà, c’était enfin dit. Tu avais finalement ravalé ta fierté pour lui dire ce que tu avais sur le cœur. Maintenant, tu n’avais qu’espoir de changement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




— cold and lonely heart (ALEKSEÏ) Empty
MessageSujet: Re: — cold and lonely heart (ALEKSEÏ)   — cold and lonely heart (ALEKSEÏ) EmptyMer 24 Aoû - 23:08

COLD AND LONELY HEART
alekseï & siggy
Tu es fatigué, réellement fatigué. Ta vie prend un tournant que tu as du mal à supporter. Tu en avais parlé avec Marius, écoutant les paroles de ton aîné. Tu devais faire des efforts avec ta femme, partager sa douleur et ne pas l’éloigner de toi. C’était pourtant plus fort que toi. Tu ne parvenais pas à la croiser sans penser aux deux enfants morts qu’elle t’avait donné. Le cœur brisé par ces pertes tragiques, tu dormais peu, tu ne rêvais plus, cherchant à combler ce vide de bien des façons. Panfilo en était une. Échappatoire bien cruel, violent qui pourtant te faisait oublier l’espace d’un instant ce que tu ressentais. Mais alors que tu croyais que ça allait durer, la douleur revenait plus que vivement une fois terminé. Assis dans le canapé, tu passes une main dans tes cheveux en soupirant, cherchant à te concentrer sur un bouquin qui clamait des stratégies nouvelles promues par l’armée. Tu te devais de rester sans cesse au parfum, d’apprendre les nouvelles techniques. C’était ça ton job, diriger un groupe de soldats, les mener au front, mais également de remplir un tas de paperasse. A cause de ça tu rentrais tard, dormant rarement dans le lit conjugal, préférant l’une des nombreuses chambres d’amis. Certes, parfois faisant acte de présence, tu te couchais à ses côtés pour t’endormir le plus vite possible. Ce n’était pas une vie, ni pour elle, ni pour toi. Tu élargissais le fossé entre vous, comme une cruelle évidence. Ton mariage coulait et bientôt, il ne sera plus possible de le sauver. Un nouveau soupire s’échappe de tes lèvres et tu tires légèrement tes cheveux en arrière, serrant les dents pour contenir ce flot d’émotions qui t’envahissent. Tu ne supportes pas être dans cet état de faiblesse. Tu perds pieds, tu tombes sans parvenir à te retenir.

Alors que tu te décides à te remettre à ta lecture, tu sens comme une présence non loin de toi. « Alekseï… puis-je te parler un moment ? » Tu détournes les yeux de ces pages débattant d’une stratégie militaire, se posant sur ta femme. Durant quelques instants tu restes silencieux, l’observant simplement. Tu ne peux pas nier l’évidence, ta femme est belle, vraiment belle. Ses longs cheveux bruns, son regard profond et envoûtant. Elle avait tout pour plaire à un homme…alors pourquoi n’arrivais-tu pas à tomber amoureux ? Pourquoi te braquais-tu à de telles émotions ? Tu avais ressenti de l’affection pour elle, sauf qu’à la naissance de ton second fils, cette affection c’était changée à rancœur, en peine, en amertume. « Je t’en prie, fais donc. » Tu te redresse dans le canapé, fermant le livre pour le déposer en face de toi. Vos discutions sont souvent très animées et finissent mal. C’est épuisant. « Vois-tu… » Tu vois qu’elle est mal, qu’elle semble envahie par un flot d’émotion. Tu ne peux pas t’empêcher de soupirer de nouveau. Tu sens que ce qui va suivre ne va pas te plaire… « Je sais que je ne suis pas l’épouse que tu t’attendais à avoir. Je sais que tu ne m’aimes pas. Que tu t’efforces d’être courtois en ma présence. Je sais que je suis qu’un poids pour toi. Un simple portrait dans le décor. Mais je n’en peux plus d’être ainsi traitée, d’être ainsi invisible. » Et voilà, encore une fois ça tourne autour de ça. De votre mariage, du fait que tu ne l’aimes pas forcément, qu’elle n’est qu’un poids pour toi…Bon, pour une fois elle n’avait pas mis sur le tapis tes absences fréquentes et répétitives, ton manque d’attention envers elle.

Tu passes une main dans tes cheveux, puis sur ton visage, gardant le silence durant plusieurs secondes. Que dire face à cette situation. « Ne dis pas de bêtises, tu n’es pas invisible Siggy. » Tu repenses alors aux paroles de ton frère, ton regard se posant sur le livre en face de toi. C’est vrai, tu as énormément de tores. Tu n’es jamais là pour elle, tu lui en veux pour des événements qui la font tout autant souffrir que toi. Tu te lèves calmement, approchant de ton épouse pour venir prendre ses mains dans les tiennes. « Écoutes, je suis désolé d’accord. Je sais que je ne suis pas vraiment présent, mais j’essaie de faire des efforts. » Oui, tu as toujours essayé de faire des efforts, pourtant, ça n’avait jamais suffis. Tu relâches ses mains, restant pourtant en face d’elle. « Puis, tu n’es pas qu’un poids, c’est juste que… » Que quoi ? Qu’elle n’arrive pas à te donner d’enfants…qu’à elle seule, elle t’avait donné plus de tourments que n’importe qui d’autre… « Que veux-tu que je fasse Siggy ? Dis-moi, qu’attends-tu de moi ? » Oui, qu’attend-t-elle réellement ? Pourquoi te dire tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
 

— cold and lonely heart (ALEKSEÏ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-