Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment :
ASOS : code réduction -15% cumulable avec la ...
Voir le deal

Partagez
 

 Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs) Empty
MessageSujet: Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs)   Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs) EmptyVen 9 Sep - 19:18


Au détour d'une peinture...
─ Rencontre organisée ─
Durant de longues années, j'avais attendu ce moment... Neuf années que je m'impatientais à pouvoir rencontrer celle qui deviendrait ma femme. Après le mort de Serena Rosenwald, la main d'une jeune fille me fut promise, une nièce de l'Impératrice. Neuf années nous séparaient également, mais sur la décision de mon père, je n'avais guère eu le choix. Dans le jeu de la quête du trône, l'enfant n'est point roi. Il ne peut décider d'un mariage d'amour, et il abdique devant les exigences de ses parents... Malgré cela, j'avais attendu. Et mon interminable attente fut récompensée puisque lors de lka soirée d'anniversaire d'Helmina Rosenwald, j'avais pu l'approcher et la découvrir. Bon, rien ne s'était passé comme je l'avais espéré, mais... Elle m'avait tout de même parlé ! Enfin, envoyé paître. Il est vrai d'ailleurs, que je n'avais pas eu le temps de me présenter... La soirée avait très vite tourné au vinaigre, lors de la découverte d'un poison dans l'un des cadeaux. Et qui fut, parmi autres, suspecté ? C'est bien moi oui ! Le seul sang pur à être interrogé... Mais le Général m'avait très vite rassuré en m'expliquant que ce n'était seulement pour faire disparaître tout soupçon sur la prise de partie ou non, parti royal. Mais, imaginez vous la mauvaise image que j'ai dû donner à cette jeune femme..! Rien de bien vaillant n'est ce pas ? Surtout lorsqu'elle découvrirait ma véritable identité...
Mais à la suite de cette soirée, j'avais reçu une missive frappée du sceau de la fleur royale. J'étais invité au Palais de la Rose, pour rencontrer ma fiancée. Je n'avais pu qu'annoncer la bonne nouvelle à ma mère, qui fut ravie de l'apprendre. Ma mère est en quelque sorte ma confidente. Je n'ai jamais eu la chance d'avoir un ami proche, sinon un. Et puis, ma sœur ne daignant même pas me saluer à nos rencontres l'éloigne encore plus de ma liste des amis et proches. Elle est ma sœur, seulement sur mon arbre généalogique. Je ne m'étais pourtant pas étalé sur la rencontre, mais la mère de la demoiselle avait monté un stratagème pour surprendre sa fille, en me faisant passer pour un peintre. J'avais de bonnes facultés en peinture, même s'il était vrai que je préférais de loin les croquis. Je devais me présenter à Raya comme peintre pour sa portrait officiel. Je me réjouissais quelque peu de l'idée, mais comment allait-elle le prendre ? Je ne la connaissais pas, et si elle me renvoyait comme elle l'avait fait à cette soirée, je me sentirais comme un fruit. Et puis, aux vues des à priori qu'elle devrait déjà avoir, je suis bien !
Mais trêve de penser, il me fallait me préparer. Des vêtements simples mais élégants sur le dos tel qu'un pull en laine fin moutarde, et d'un pantalon cintré bleu/vert plutôt sombre. J'avais attrapé mon carnet à croquis, et des fusains. Non, je ne peindrais pas aujourd'hui ! J'avais décidé que je ferais un croquis d'elle, et que, seulement chez moi, je peindrais son portrait. Je suis en quelque sorte pudique vis-à-vis de mon art, je n'aime pas que l'on m'épie lorsque je dépose ces couleurs sur une toile blanche. Je suis vite troublé il faut dire aussi, que ce soit en peinture ou dans la vie de tous les jours. Il est vrai que ce n'est pas digne d'un Taborski, mais je suis comme ça, et je ne changerais sûrement jamais. Jetant mon carnet dans une besace en cuir, je décide de partir, me rendant au Palais.

~~~

J'attendais dans ce salon immense et chaleureux, l'arrivée de la belle. Le bois de rosier, mélangé à un rose délicat se marient extrêmement bien, et j'admire toujours autant les détails déposés ici et là, plus ou moins subtils. Chacun nous rappelle que je me trouve bel et bien dans le palais Impérial. La rose y est aussi présente que le cerf ne l'était au château Taborski en Pologne. Je me trouvais en plein cœur du Royaume. Mais un grincement de porte me fit sortir de mes pensées, et me fit sursauter, alors que je me trouvais tout près d'une fenêtre donnant sur le jardin. Mon regard vrillant sur la porte, dévoila une femme d'une cinquantaine d'années, ma tante.

"Aloïs, elle ne va pas tarder à arriver, tiens toi prêt, et droit ! D'accord ?!"

J’acquiesçais tout en dessinant un sourire discret sur mon visage. Ma tante et moi, on avait gardé cette proximité, que l'on avait depuis mon enfance, et avant qu'elle n'aille vivre avec son époux. Une question pourtant me trottait dans l'esprit, et je ne pouvais le garder pour moi.

"Penses-tu qu'elle ne va pas me repousser ?"
"Mais non bougre d'âne ! Tout va bien se passer, il lui faudra sûrement un peu de temps, mais tout ira bien !"

Je n'avais jamais été un bon amant. Maladroit comme pas deux, il n'y avait qu'avec Serena ou je me sentais bien, sa maladie ne me dérangeait pas, c'était sa personnalité qui m'attirait, et non pas ses jambes inertes ! Mais depuis qu'elle n'était plus là, il fallait me reconstruire, et me prendre en main. La porte se referma, et j'attendais. Les questions se bousculaient dans ma tête "Mais si elle me trouvait trop vieux ? Et si je la dégouttais ? Comment ferais-je ?!" Perdu dans mes pensées, j'avais ouvert mon carnet, dessinant de petits oiseaux sur des branches d'arbres. Qu'est ce que j'aimerais être un oiseau...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs) Empty
MessageSujet: Re: Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs)   Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs) EmptyDim 18 Sep - 21:01




Raya terminait de brosser sa chevelure dorée d'un geste calme et précis. Elle contemplait dans le miroir derrière elle la robe argentée qu'elle avait porté il y a trois nuits de cela lors de l'anniversaire impérial de sa tante. Cette nuit là ce n'était pas ce tissu qui l'avait couverte, c'était tous les regards. Les joues de la jeune princesse rosirent en pensant à toute cette attention, elle trouva étrangement que ça n'était pas pour autant une sensation déplaisante. Les paroles de son cousin Luis avaient peut-être eu un petit impact sur elle. Quelle fabuleuse soirée, les jardins avaient été si en arrangés pour l’événement, elle en avait encore l'image en tête. La seule ombre de ce tableau de maître avait bien sûr été la tentative d'assassinant sur sa famille venue clôturer cet événement pourtant si bien préparé. Elle se souvenait de Morgan, celui qu'elle considérait comme une âme sœur à la sienne, se faisant arrêter et emmener dans les quartiers martiaux. Elle se souvenait de ce malotrus qui avait tenté de l'aborder, la jeune Raya trop effarouchée par ce comportement présomptueux avait bravement recalé l'infortuné. Elle se souvenait l'avoir vu être interrogée par ses gardes, après la découverte du crime silencieux en cours. Cette vision l'avait confortée dans sa déduction que l'homme blond ayant tenté de l'aborder n'était pas digne de son intérêt de par son sang. En un long soupir la jolie blonde tenta de récupérer un eu de son teint frais de pêche, voulant paraître la plus réveillée possible pour sa séance de peinture. Elle aurait préféré qu'une de ses cousines se chargent de peindre son portrait de cette année, mais sa mère avait insister pour donner sa chance à un artiste inconnu. Pour avoir attiré l’œil d'une femme si insensible aux arts il devait être sacrément talentueux. Raya était une artiste elle-même et possédait un esprit très sensible, mais en général elle était très critique des nouveaux talents.

Elle se mit debout et s'observa devant son grand miroir orné de fleurs en marbre piqueté de pierres semi-précieuses, un cadeau de son frère. Elle portait une robe couleur lilas très fluide et très soyeuse. Sa peau lunaire ressortait ainsi divinement dans le chatoiement du tissus. La séance devait se dérouler dans le patio sud, le plus proche de ses appartements et également son favoris. Les grandes verrières tenues par une structure délicate en fer forgé blanc étaient obstruées par des voiles de lierres, dissimulant des regards tout en garantissant une luminosité presque mystique. Le matériel de l'artiste se trouvait déjà sur place, un fauteuil en osier l'attendait déjà, elle s'y assis avec hâte en entendant des pas dans son dos. Entra dans la pièce un homme blond de grande taille tenant dans ses mains divers objets de peinture. Il avait un sourire agréable à l’œil, chaleureux malgré un regard hésitant. Quelque chose dans son visage interpellait la jolie blonde, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Raya lui adressa un signe de tête en guise de salut. Nous pouvons commencer je suis prête.

Alors que le peintre s'approchait et que Raya pu mieux voir son visage, les pièces du puzzle se mirent en place dans sa tête. Vous ! Elle baissa la tête de côté d'un air interrogateur, en oubliant un instant les convenances. Nous nous sommes déjà vu n'est-ce-pas ? Elle tenta d'évoquer la dernière image qu'elle avait de cet homme. Costume sombre, cheveux coiffés en arrière, l'homme parle furieusement encadré de deux gardes. L'intrus lors de l'anniversaire de sa tante. Que faites-vous ici ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Au détour d'une peinture... (Raya & Aloïs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-