Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment : -39%
Huawei P30 Smartphone
Voir le deal
393 €

Partagez
 

 ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMer 31 Aoû - 1:49


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

Ce n’était pas la première fois, que Luis se retournait dans son lit, les yeux ouverts. Il se redressa légèrement pour regarder sa femme dormir, paisible dans son sommeil. Luis se levait, parfois, et le fit encore aujourd’hui. Il allait voir Lena, dans ces moments. Le prince avait si peur pour elle, peur de lui avoir transmis un sang contaminé de toutes ces erreurs que les Rosenwald avaient commises, à commencer par la consanguinité. Car même en épousant Aloisia, il n’était pas sorti des liens familiaux. Aloisia était fille d’une Rosenwald, cousine de sa mère et sœur de son père. Aloisia était sa cousine. Et Lena, une victime d’un sang trop rare, trop précieux que pour être mélangé. Il était temps qu’ils s’ouvrent aux autres purs, pour distiller ces tares qui se transmettaient de générations en générations. Car à force de s’épouser entre cousins, il en était arrivé à désirer son frère. Et à franchir le cap.

Le jeune prince se réveilla le lendemain, assez tard pour qu’Aloisia ait déjà quitté leur couche. Luis ne se souvenait plus être retourné dans son lit, et encore moins y avoir sombré dans un profond sommeil. Un sommeil qui, pour une fois en quelques jours, était réparateur. Le jeune héritier sortit de son lit, et attrapa son téléphone. Il était temps qu’il se change les idées. Il contacta un amant, un qu’il appréciait tout particulièrement par sa docilité, un de ses amants qu’il avait toujours du mal à quitter. L’autre dut apparemment annuler des plans pour Luis, le brun s’en fichait totalement et répondit simplement qu’il arriverait dans l’après-midi. Il alla alors prendre son petit-déjeuner, avant de prendre une douche. Longue, il se lava les cheveux, puis sortit de la douche et enfila une chemise blanche sur un pantalon noir. Il prit son eau de Cologne, et s’en aspergea juste un peu, pour que l’odeur reste subtile quoi que présente. Même si il n’était pas amoureux de ses amants, le brun aimait prendre soin de lui. Il ne croisa pas sa femme en passant par leur salon privé, et attrapa son téléphone qu’il avait laissé charger sur une table. Le prince sortit alors de ses appartements, et, quelques secondes plus tard, un domestique vint le trouver. « Votre Altesse… ? » Luis ne répondit pas, il continua à marcher tout en lançant un bref regard au mêlé, pour qu’il continue. « Votre frère m’envoie vous chercher, monsieur. » Luis accéléra légèrement le pas. Il fuyait son frère et en était conscient, mais il ne pouvait pas laisser son autre avoir une emprise sur lui. Ce qui s’était passé dans son bureau avait été une terrible erreur, et il savait, à la manière qu’avait eu Lukas de tenter de le retenir par sa chemise, que son cadet avait aimé ça lui aussi. Luis inspira longuement, pour tenter d’oublier le picotement que ce souvenir lui laissait dans le creux du dos. « Je suis occupé Henry, dites à Lukas de se débrouiller sans moi. » L’autre ne le lâcha pas. « Son Altesse m’a demandé d’insister, j’en ai bien p… » Luis s’arrêta net et l’autre failli lui bourrer dedans. Le regard de Luis était sans appel. « Henry, dois-je vous rappeler la différence notable entre mon frère et moi ? » Quelques minutes, qui plaçait Luis au-dessus dans la hiérarchie des Rosenwald. Le domestique secoua la tête. « Non, bien sûr non, Votre Altesse. » Il inclina la tête. « Je me dois cependant de vous prévenir que votre frère à préciser que c’était très important. » Luis hocha la tête, et s’en alla. « Dites-lui de se débrouiller sans moi, Henry ! » Le domestique ne le suivit pas, cette fois, et Luis pu descendre les imposants escaliers de marbres qui menaient à son aile privée. Lui habitait au second étage, de l’autre côté se trouvaient les appartements impériaux : ceux de sa mère. Certains Rosenwald résidaient au premier étage – c’était le cas du reste de la branche majeure – et d’autre au troisième. Il descendit la première volée de marches, qui le conduisit à l’intersection des appariements de Lukas, Evanna et Mia. Le palais était souvent agités de divers bruits, et alors qu’il tournait dans le couloir pour prendre la second volée de marches, il ne prêta pas attention aux pas derrière lui. Il descendit les escaliers, mais n’eut pas le loisir d’arriver en bas qu’il entendit son frère l’appeler. Luis hésita, il ralentit, avant de continuer à descendre sans un regard pour Lukas. Un second appel le força à s’arrêter. Tout lui soufflait à l’oreille qu’il devait aller voir ce que Lukas lui voulait : leur domestique avait trop insisté, tout en sachant les répercussions qu’une colère de Luis pouvait avoir, et Lukas l’avait appelé deux fois. Deux fois, alors qu’autrefois il le laissait filer si Luis lui passait devant sans le regarder. Luis s’arrêta donc sur une des marches, imposantes, de l’escalier qui menait au grand hall, et leva les yeux. Il eut le sentiment que son cœur voulait s’échapper de son corps, par ses lèvres entrouvertes, quand il vit Lukas descendre pour le rejoindre. Il aurait du partir, c’était une mauvaise idée de rester là. Il aurait du partir rejoindre son amant, pour se perdre contre lui, pour oublier ses erreurs et ses folies dans les bras d’un être avec qui il ne partageait rien, si ce n’est la félicité de ce moment volé. « Je dois me rendre à un rendez-vous Lukas, j’espère que tu as une bonne raison de me mettre en retard. » Luis, qui aimait l’ordre et les règles respectées, était pourtant un habitué au retard. Qu’on l’attende ne le dérangeait pas le moins du monde. Il était le prince héritier, après tout, et il devait être attendu si il avait un peu de retard. Mais pour ce rendez-vous là… Il voulait rejoindre son amant le plus rapidement possible, et nul doute qu’après en avoir fini avec Lukas, il se jetterait contre son corps avec plus de faim encore. Car, déjà, la proximité avec son cadet échauffait ses sens, et sa langue gourmande se souvenait encore du goût de Lukas contre ses papilles. Il déglutit doucement, tout en gardant fermement ce masque d’indifférence qu’il avait eu tant de mal à se recomposer.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMer 31 Aoû - 15:22




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -



Lukas s'était longtemps entretenu avec l'interne à son service, n'avait retenu aucune des remontrances ayant dépassé ses lèvres mais lui avait promis de faire quelque chose. C'était de son devoir, en tant que chef, que de couvrir ses médecins, quoiqu'ils aient fait. De toute façon sa propre réputation était en jeu : que dirait-on d'un médecin incapable d'enseigner ses pratiques ? Incapable d'empêcher les erreurs de ses subalternes ? Qu'importe ce qu'il avait fait, Lukas le croyait sur parole : si le diagnostic qu'il avait posé rendait impossible la guérison de son patient, alors c'est qu'il n'y avait rien à faire de plus, et quoi qu'en dise sa veuve. Magicien, qu'il était, avait-elle dit ? Ca n'avait pas d'importance, Lukas s'en fichait comme d'une guigne. S'il était mort et bien tant pis, de toute façon, son existance était une erreur : les dieux s'en seraient rendus compte et l'auraient puni. Il avait été victime du destin, et pas de négligence de la part des médecins à cause de son sang. D'ailleurs, ce lâche ne l'avait même pas noté sur son dossier, comment auraient-il pu le savoir ?
Il n'empêche que, malgré ces détails, son interne avait peut-être commis certaines fautes. Lukas lui avait fait trop confiance, car à son âge, lui-même était déjà bien débrouillard. Si la veuve se munissait d'un bon avocat, elle allait trouver les moindres manquements et transformerait le reste en sa faveur. Et même si son patient était un magicien, Lukas savait que son rôle était de soigner tout le monde, c'était la première règle, et c'était une faute que de ne pas l'appliquer. Rien que sur ça, il était attaquable, car ce n'était un secret pour personne qu'il méprisait les sangs n'étant pas purs.

Il n'avait qu'une solution et il était rentré d'urgence au palais pour aller la chercher. Il avait aussitôt envoyer un domestique pour mander son frère, mais ce dernier mettait un temps fou à venir le retrouver. N'en pouvant plus d'attendre, il s'était mis en route lui-même quand il l'aperçut, dévalant les escaliers. « Luis ! » Il ne s'arrêta pas, et Lukas força la voix une seconde fois. Cette fois, son frère leva enfin les yeux vers lui alors qu'il le rejoignait. L'une des seules fois où il le regardait depuis quelques temps, et Lukas s'humidifia les lèvres sans y penser.  « Je dois me rendre à un rendez-vous Lukas, j’espère que tu as une bonne raison de me mettre en retard. »  Le ton était clair, froid, son apparence soignée et un coûteux parfum l'embaumait. Il était magnifique et tout son bon goût clairement affiché laissa Lukas mal à l'aise, le laissa suspecter ses projets et la jalousie lui envahit les tripes. Le jeune médecin la fit taire, la dompta à la manière d'un dresseur de cirque enfermant la bête sauvage dans sa cage. Il fixa un point sur le torse de Luis, un bouton de sa chemise pour lui répondre. « J'ai de gros ennuis, et je vais sans doute avoir besoin de tes talents pour me défendre. » Il osa à peine croiser son regard, rongé par la culpabilité de l'avoir rendu si vulnérable et de l'avoir blessé, envahi aussi par la nécessité absolue de ne pas recommencer et d'oublier. « Je… j'aimerais bien ne pas t'en parler ici, est-ce que tu voudrais venir avec moi, s'il te plaît? »  Il ne voulait pas le forcer, ne voulait absolument pas l'obliger et d'ailleurs se serait passé de venir demander ses services. Il n'avait pas vraiment d'autre choix. Parce que rien que le fait de voir son frère afficher ce visage avec lui, lui parler si indifférement et se savoir évité le faisait déjà assez souffrir. Lukas n'avait aucune envie d'imposer sa présence à son frère mais… c'était son aîné, il était le seul à pouvoir l'aider, et il le ferait. Lukas le croyait naïvement, en tout cas.

AVENGEDINCHAINS


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.


Dernière édition par Lukas Rosenwald le Mer 31 Aoû - 16:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMer 31 Aoû - 15:43


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

Il remarqua rapidement que Lukas ne le regardait pas dans les yeux, alors que l'ainé cherchait - comme toujours - les iris de son frère. Même maintenant, même quand il savait que ce n'était pas une bonne idée, que ça le perdrait. Il avait cette salle habitude de toujours regarder les gens dans les yeux, pour y déceler mensonge ou vérité. Habitude renforcée avec son métier d'avocat. « J'ai de gros ennuis, et je vais sans doute avoir besoin de tes talents pour me défendre. » Luis fut abasourdi, réellement abasourdi. Il fronça les sourcils, bougea légèrement la tête en observa son frère avec une expression de totale incompréhension. Lukas, s'attirer des soucis ? C'était aussi absurde que de dire que le soleil se levait à l'ouest, pour se coucher à l'est. Luis monta une marche, déjà prêt à tout pour l'aider et à l'écouter. Lukas croisa rapidement son regard, sans vraiment se poser là. « Je… j'aimerais bien ne pas t'en parler ici, est-ce que tu voudrais venir avec moi, s'il te plaît? » Luis hésita. Il ne voulait pas se retrouver seul avec Lukas encore une fois, seul derrière une porte close. Il avait peur, l’enfant qui découvrait ses émotions, peur de ce qu’elles pouvaient lui faire, les traitresses qui le prenait à un âge déjà trop avancé. Futur empereur, il devait pouvoir résister. Mais Lukas était son frère, et il se revoyait, enfant, le prendre dans ses bras quand son cadet se glissait sous ses draps après un cauchemar effrayant. Luis monta le reste des marches sans se poser plus de question. Tant pis pour le reste, Lukas avait besoin de lui. Lukas qui avait soigné sa fille à chaque fois qu’elle tombait malade, Lukas qui le soignait lui, aussi, et même Aloisia si il le fallait, juste parce qu’il le lui demandait. Pour une fois, Luis pouvait lui rendre la pareille. Arrivé à sa hauteur, il s’arrêta. La proximité était douloureuse, il la détesta tout de suite et résista à l’envie de se mordre la lèvre inférieure, comme miroir à son désir de mordre celles de son cadet, encore et encore, pour les rougir de cette manière exquise et, surtout, interdite. Conscient que la tension pouvait être palpable et visible à n’importe quel domestique qui passerait dans le couloir, le brun dépassa son cadet et se dirigea vers ses appartements sans prendre la peine d’attendre l’invitation de Lukas. Tout le palais serait bientôt sien, et Luis se comportait comme si c’était déjà le cas. Il s’arrêta cependant dans le couloir, à une distance plus respectable de son frère. Derrière une porte, il entendait une femme s’occuper d’une enfant, Liliana probablement et sa bonne. A l’étage supérieur, une même scène se déroulait avec sa propre fille. « Je vais t’aider, bien sûr… » Fit-il simplement. « Je te suis. » Il attendait que son frère le mène où il le voulait, n’importe quelle pièce qu’il jugerait digne d’une conversation privée, et qui devait restée privée. En suivant Lukas, Luis plia et déplia ses doigts, nerveux mais pas uniquement à cause de la présence de cet être qu’il désirait plus que tout. Non, il avait peur des soucis dont parlait Lukas. Il avait peur qu’il ne sache pas résoudre cette affaire, peur que ces nouvelles émotions qu’il ressentait éclabousserait sa rhétorique des plus convaincantes, et que Lukas en paie le prix fort. Jamais il n’accepterait de voir son autre dans une des prisons des iles de la frise du nord. Il n’était pas son ancêtre Alexander et n’enverrait jamais un membre de sa famille là-bas. « J’espère que ce n’est pas trop grave, Lukas. Et que la partie adverse se verra octroyer un avocat commis d’office. » Les nouveaux, les moins bons, les moins chers, ceux que Luis écrasait en guise d’échauffement avant une vraie plaidoirie.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMer 31 Aoû - 23:09




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -



Luis remonta les quelques marches qui les séparaient, et Lukas reprit un air qu'il n'avait pas conscience d'avoir retenu. Un soulagement de ne pas se voir abandonné. L'aîné se stoppa, avant de le dépasser et de marcher devant lui, sans laisser à la tension le temps de s'évanouir, et surtout pour se soustraire au regard d'Henry toujours présent. Jamais ne faire confiance aux oreilles qui traînaient dans le palais, immense. Luis reprenait en main la situation, comme il avait l'habitude de le faire, parce qu'un Luis qui ne contrôle pas est un Luis perdu et ça, Lukas le savait très bien. Sur ce point, ils fonctionnaient de la même manière : Lukas aimait gérer et chapeauter, il aimait avoir du poids sur les décisions. Mais le gamin encore en lui aimait plus encore que son grand frère s'occupe de son problème. Il le rejoignit alors qu'il s'était arrêté, lui dédiant un léger sourire, alors que l'aîné lui dit « Je vais t’aider, bien sûr… » Lukas hocha la tête, souffla un « Merci » en essayant d'ignorer cette petite voix qui lui susurrait que Luis ne faisait ça que par obligation.  « Je te suis. » Lukas reprit les devant et toujours de cette allure pressée les fit rejoindre son bureau, sans passer par le salon où sa fille n'aurait pas manqué de lui mendier une étreinte, qu'il ne pouvait jamais lui refuser. « J’espère que ce n’est pas trop grave, Lukas. Et que la partie adverse se verra octroyer un avocat commis d’office. »  Du coin de l'oeil, Lukas avait vu son frère plier et déplier ses doigts, et ce tic n'était pas passé inaperçu. Luis devait être stressé et pour le cadet, c'était tout nouveau de le voir si expressif, même dans de simples détails... Il voulait demander à son double comment il allait, mais est-ce qu'il n'allait pas le rabrouer sèchement en lui mentant ? Ses propres doigts dansèrent une fois la porte refermée pour insonoriser l'espace et enfin, il lâcha un autre souffle. « Alors. » Il se mit derrière son bureau, repoussant la chaise pour rester debout, travaillant toujours mieux sur ses deux pieds, et attrapa le dossier de son patient. Il le connaissait par coeur, mais il voulait le fourrer dans les mains de son frère, ce qu'il fit, restant près de lui, le visage tout près du sien. Il se plaçait beaucoup de cette manière, quand l'un de ses collègues consultait les bilans des patients que Lukas lui expliquait, ou inversement, et l'avait fait par automatisme avec Luis. « Georges Pullman. Mort dans mon service il y a une semaine, alors que j'avais laissé un de mes internes sur le cas. » Il tourna les pages pour en arriver à celle qui reportait le décès et les causes, encore inconnues. Ils attendaient les résultats de la projection corporelle que sa femme avait demandé, hors c'était un sort compliqué qui demandait beaucoup de magie déployée sur plusieurs jours, et un enregistrement consciencieux des observations de la copie magique du cadavre. « Sa veuve pense qu'on ne l'a pas assez soigné parce qu'il était magicien alors que cette donnée n'est même pas notée… » Son ton était clairement méprisant, mais il s'en moquait : Luis pensait les mêmes choses que lui, parce qu'ils avaient reçu la même éducation. Cette éducation qui d'ailleurs qui forçait Lukas à oublier le baiser qu'ils avaient échangé, toutes les sensations qu'il avait éprouvées, tout. « J'ai peur que si elle tombe sur un avocat dans ton genre, elle puisse prouver avec n'importe quoi qu'il y a eu négligence. Et tu sais que pour travailler à Bartholomaeus, on fait tous le vœu de soigner tout le monde... » Il prit un pas de recul parce qu'il s'était rendu compte de la tension qui régnait toujours entre eux, et que leur proximité n'arrangeait rien. « Pour l'instant, y'a pas de preuves mais je préfère nous mettre à l'abri. » Parce qu'il prenait la place de son étudiant, qui était sous sa responsabilité, et il encourrait autant de dommages que lui si ce n'est pas plus. Son nom serait taché. Et la harpie de veuve voulait apparemment que rien ne puisse le laver.

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyJeu 1 Sep - 1:31


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

Son frère lui souffla un merci alors que Luis attendait qu’il le guide dans la pièce qui lui semblerait la plus propice à ce genre de conversation. L’ainé entra à sa suite dans le vaste bureau qu’occupait Lukas – quoi que légèrement moins vaste que le sien – et le regarda exécuter un sort d’insonorisation. Classique, l’un des premiers que l’on enseignait aux enfants de la Rose. Luis ne prit pas place, et observa toujours Lukas qui bougea sa chaise de derrière son bureau, et attrapa un dossier. Il vint se placer près de Luis en le lui fourrant entre les mains. Trop proche. Luis se crispa légèrement, ayant l’envie de reculer mais il se retint. « Georges Pullman. Mort dans mon service il y a une semaine, alors que j'avais laissé un de mes internes sur le cas. » Luis observa la fiche du patient, il ne connaissait pas bien les dessous du métier de médecin, mais savait que si il devait avoir besoin d’éléments pour défendre son frère, il les lui expliquerait. D’ailleurs, le cadet prenait les devants et tourna les pages du dossier pour arriver à l’avis de décès. Luis lu rapidement les mots qui se détachaient sous ses yeux. Il avait l’habitude de parcourir rapidement des yeux des quantités de dossiers, et avait la capacité de lire en diagonale, assez rapidement. « Sa veuve pense qu'on ne l'a pas assez soigné parce qu'il était magicien alors que cette donnée n'est même pas notée… » Luis ne tiqua pas à la pointe de dégoût qui traversa la voix de son frère en mentionnant le statut du sang de son patient décédé. L’un comme l’autre avaient été élevé par des Rosenwald, deux personnes qui exécraient tellement les différents sangs qu’ils avaient transmis cette haine à leurs enfants, et que Luis s’assurait déjà de transmettre à Lena, quand il lui expliquait pourquoi elle était supérieure à sa bonne qui s’occupait d’elle, et aux enfants des domestiques avec lesquels il l’interdisait de jouer. « J'ai peur que si elle tombe sur un avocat dans ton genre, elle puisse prouver avec n'importe quoi qu'il y a eu négligence. Et tu sais que pour travailler à Bartholomaeus, on fait tous le vœu de soigner tout le monde... » Luis leva le regard. Le visage de son frère était bien trop proche du sien, et Lukas sembla également s’en rendre compte, car il recula d’un pas, et Luis en fit de même, instinctivement. La tension entre leurs deux corps était palpable, le brun ne désirait pas se laisser aller à des désirs aussi futiles encore une fois. Il pouvait résister, car s’il ne le pouvait pas il n’était pas certain d’être suffisamment fort pour monter sur le trône de l’empire allemand. Voilà où il en arrivait, il comparait sa capacité à résister à Lukas à sa capacité à diriger un pays entier. « Pour l'instant, y'a pas de preuves mais je préfère nous mettre à l'abri. » Luis hocha la tête, il comprenait. « Tu as bien fait de venir me trouver. » Il refusait totalement que quelqu’un d’autre défende son frère, ou même un autre membre de sa famille. Il devrait devenir procureur même, pour défendre l’Empire et les siens. L’idée avait déjà traversée son esprit plusieurs fois, mais il aimait la position plus indépendante qu’un simple avocat occupait. Luis feuilleta un peu le dossier, sans dire un mot. Il le rendit à son frère et se permit d’attraper un bloc de notes sur son bureau, et un stylo qui trainait là et qu’il avait fait rouler en attrapant le bloc-notes. Le brun soupira doucement mais ne dit rien. Le désordre l’agaçait, et Lukas, s’il ne devait jamais devenir empereur, était le roi de son propre manque d’ordre. Il réfléchit un instant, les idées embrumées par la proximité de Lukas, et par ce rapprochement qu’il avait opéré lorsqu’il lui avait expliqué l’affaire. « La veuve, c’est une magicienne ? Une mêlée ? Riche ? » Les réponses à ces questions l’aideraient à savoir quel genre d’avocat elle pourrait se payer. Luis, par exemple, était un des avocats les plus chers de l’Empire, surtout depuis son récent statut de prince héritier. Se payer ses services était devenu un luxe. Il ne voulait pas travailler pour n’importe qui. « J’écraserai quiconque voudra trainer notre nom dans la boue… » Souffla-t-il en notant quelques éléments sur la première page du bloc-notes. Luis se mordit doucement la lèvre, encore un signe visible de sa nervosité, alors qu’il ne l’éprouvait même pas avant. « Dis moi la vérité, Lukas… » Il leva le regard sur lui. « Tu ne l’as pas laissé mourir ? Ni toi, ni ton interne ? » Si c’était le cas, Luis devait le savoir. En tant qu’avocat, il devait tout savoir. « Je te défendrai peu importe la réponse. » Ajouta-t-il. Lukas le savait, les prisons des iles de la frise du nord hébergeait des innocents. Des innocents que Luis y avait enfermé parce qu’ils étaient mêlés ou magiciens et qu’ils avaient osés essayer de se lever contre ses purs de clients. S’en prendre à son frère était la pire idée imaginable. Attaquer un Rosenwald, n’importe lequel, était preuve de folie et beaucoup en étaient conscients. Mais Luis se battrait avec plus d’ardeur pour son frère, et si il le fallait, il s’arrangerait même pour que sa femme discute avec le juge chargé de l’affaire. Car si un Rosenwald était impliqué, la future impératrice ne pourrait jamais être juge du procès, pas elle-même.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyVen 2 Sep - 20:49




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -



Luis eut lui aussi un pas de recul, et Lukas le nota. Il lui donna raison de venir le voir en prévention, et le cadet fut rassuré. Luis allait l’aider, lui dire quoi faire et comment gérer. Avec toutes ces complications, Lukas risquait sa place et sa crédibilité qu’il avait d’ailleurs du mal encore à prouver malgré ses résultats brillants. Beaucoup étaient ceux qui pensaient que seul le piston de son nom lui avait conféré ce poste. Alors qu’il le méritait, mille fois plus qu’eux tous. Luis le tendit le dossier pour attraper de quoi prendre des notes, et Lukas perçut son agacement, qu’il ne connaissait que trop bien : il allait rendre son jumeau complètement dingue à force de ne pas ranger. Professionnel, Luis lui demanda : « La veuve, c’est une magicienne ? Une mêlée ? Riche ? » Lukas chercha seulement une seconde dans sa mémoire, qu’il avait exceptionnelle lorsque cela concernait son métier. « Une mêlée, plutôt classe moyenne, du genre qui connaît la loi et qui sait comment l’utiliser pour se faire remarquer. Il avait pris son nom d’ailleurs, sans doute pour se cacher. » Lukas n’aimait pas beaucoup les mêlés non plus, hormis lorsqu’ils savaient être doués pour effacer leur tare. Il ne savait travailler qu’avec d’excellents éléments, et d’ailleurs la difficulté de son service éloignait les petits joueurs. « J’écraserai quiconque voudra trainer notre nom dans la boue… » Lukas sourit en l’entendant dire ça, de ce sourire suffisant et carnassier typique de son clan. Lui aussi était animé par cette rage de prouver au monde que sa famille était la meilleure, et lui non plus ne supportait pas qu’on ose les toucher impunément. Luis était sans doute pire que lui sur ce point. Il notait quelques petits détails quand Lukas le vit remonter les yeux vers lui. « Dis moi la vérité, Lukas… » Luis était nerveux : il n’avait pas ces tics avant. Et pour son cadet, c’était inquiétant. Il l’invita d’un hochement de tête silencieux à continuer. « Tu ne l’as pas laissé mourir ? Ni toi, ni ton interne ? Je te défendrai peu importe la réponse. » Lukas leva les yeux au ciel avec un sourire. Ca masquait un peu le plaisir qu’il avait eu en entendant ces mots, preuve s’il n’en fallait que Luis serait derrière lui. Toujours. « C’est idiot, même si j’aurais voulu, ça n’aurait pas été dans mon intérêt. » Lukas alla à côté de son frère et le poussa un peu pour tirer un tiroir, et sortit le bilan de son service du mois passé. Il le mit sous les yeux de son frère, se rapprochant. « Tu vois ça ? » Il pointa du doigt un chiffre précis. « C’est le taux de patients ressortis vivants de mon service. Tous les services sont en concurrence les uns contre les autres pour être le mieux classé et ce chiffre joue dans la balance. »  Il haussa les épaules. Il s’en fichait un peu de voir ses patients comme des nombres, parce qu’il était bizarrement détaché d’eux. Pour lui, ce n’était rien que des cas à résoudre, des casse-têtes à réussir, et peu importe comment. Leur vie n’était intéressante que pour expliquer comment ils avaient réussi à atterrir entre ses mains. « Et la direction attribue des financements aux services les mieux notés. Ça motive mes troupes. » C’était presque dérisoire pour lui, parce que l’argent, il n’en manquait pas : s’il avait besoin de faire une recherche précise avec un matériel adapté, il puisait dans ses propres fonds. C’était juste la concurrence qui le boostait, le fait de pouvoir écraser en toute honnêteté ses adversaires. Il avait besoin d’être le meilleur, et de leur prouver. Luis devait le comprendre, là aussi. Le médecin posa un long regard sur son frère, se perdit un peu dans ses ambres avant de revenir à la réalité. « Je m’excuse. Je sais que tu n’as pas très envie de me voir, mais tu es la seule personne à qui je peux demander ça. »

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyVen 2 Sep - 23:14


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

« Une mêlée, plutôt classe moyenne, du genre qui connaît la loi et qui sait comment l’utiliser pour se faire remarquer. Il avait pris son nom d’ailleurs, sans doute pour se cacher. » Le nom, Pullman, ne lui disait rien. Si elle connaissait assez la loi que pour travailler dans le milieu de la justice, il n’avait jamais entendu parler d’elle. Donc elle n’était pas dangereuse. Le brun hocha doucement la tête en écrivant quelques mots sur son bloc-notes. Un semblant de stratégie se formait dans sa tête. Il perçu le sourire de son frère quand il déclara qu’il écraserait quiconque tenterait de salit leur nom. Et il l’aima, ce sourire, il adorait la manière qu’il avait de rendre le visage de son autre plus ressemblant au sien. Après que le prince ait demandé à son frère la vérité, Lukas sourit en levant les yeux au ciel. Luis profita de ce court instant où leurs regards ne s’accrochaient pas, pour le regarder. Sa mâchoire qu’il avait de la même forme, exactement, que la sienne. Leurs différences étaient si minimes…. Lukas avait un grain de beauté en plus, sous la mâchoire, alors que Luis en avait un près de l’oreille gauche, que son double n’avait pas. « C’est idiot, même si j’aurais voulu, ça n’aurait pas été dans mon intérêt. » Luis comprenait. Se faire attaquer était bien trop risqué, surtout alors que Lukas venait tout juste de gagner la direction de ce service. Luis savait qu’il l’avait longtemps voulue, cette place. Un Rosenwald ne nait pas pour suivre, et il ne serait qu’à demi étonné de le voir diriger l’hôpital, quand lui serait empereur. Lukas s’approcha, et le poussa légèrement pour aller chercher un dossier. Il se crispa légèrement au contact de son cadet, mais le laissa faire et lui laissa plus de place pour passer. « Tu vois ça ? » Lukas avait attrapé un dossier, un autre, et l’avait ouvert pour lui montrer une rangée de chiffres et de statistiques. Son doigt s’était arrêté sur un chiffre en particulier. Plutôt conséquent. « C’est le taux de patients ressortis vivants de mon service. Tous les services sont en concurrence les uns contre les autres pour être le mieux classé et ce chiffre joue dans la balance. » Luis l’ignorait totalement. Il posa le bloc note sur le bureau de son frère, et attrapa son dossier pour regarder les données plus attentivement. Lukas était assez intelligent que pour savoir qu’il ne devait rien cacher à Luis dans cette affaire, et même si des dossiers pouvaient lui semblaient dérisoires, ils pouvaient aider le jeune héritier à défendre son frère. « Et la direction attribue des financements aux services les mieux notés. Ça motive mes troupes. » Luis jeta un œil à son frère. Est-ce que l’hôpital manquait autant de fonds pour fonctionner ? Si c’était le cas, il en toucherait deux mots à sa mère pour lui faire part de ce qu’il avait en tête : débloquer des fonds pour l’hôpital. Le peuple était toujours sensible à ce genre d’attentions. Lukas et lui échangèrent un long regard, chacun perdu dans les ambres de l’autre, mais Lukas dévia le regard en premier, alors que Luis était ramené à la réalité par son téléphone portable, qui vibra dans la poche de son pantalon. Il serra la mâchoire, agacé par cet objet humain. « Je m’excuse. Je sais que tu n’as pas très envie de me voir, mais tu es la seule personne à qui je peux demander ça. » Luis le regarda encore un instant. Il dégagea un peu le bureau de son frère, sachant pourtant que Lukas n’aimait pas que Luis mette ses mains dans ses objets. Le souvenir du déménagement de son cadet lui revint en tête, douloureusement, alors qu’il décida que c’était bon comme ça, qu’il ne toucherait plus autant à ses affaires. « Ce n’est pas ça, j’avais simplement prévu autre chose, Lukas. » Mentit le prince, sans aucune difficulté. Comme si la personne qui devait le voir sentait qu’il avait dit ça, son téléphone vibra à nouveau dans sa poche. Agacé encore une fois, Luis le sortit de sa poche et le fourra entre les mains de Lukas. « S’il te plait, envoie lui un message pour dire que j’arriverai plus tard. » C’était sa faute après tout, si il était en retard. Son frère pouvait bien régler ça pour lui. Sans se préoccuper de la réaction du cadet, l’ainé pris place au bureau. « J’ai plusieurs idées, je vais regarder un peu ton dossier. » Il ne demandait jamais la permission. Jamais. Le brun parcouru le dossier rapidement, il nota quelques éléments. Le fait que la femme était une mêlée jouait en sa faveur. La plupart des juges étaient des purs, après tout. Il avait un peu peur qu’elle engage un bon avocat, mais ceux de son niveau à lui était hors de prix. Il aurait fallu qu’elle soit issue d’une très bonne famille, pour que le combat soit égal. Il travailla quelques minutes sans se soucier de ce que Lukas faisait dans son dos. « On va contre attaquer… » souffla Luis en le notant sur la feuille, il prit encore quelques notes, dans sa bulle, sans écouter la moindre chose que son frère pourrait être en train de faire. Quand il travaillait, le jeune prince avait la capacité de se plonger dans un état de concentration plutôt extrême, c’était ce qui le rendait efficace et ce qui l’avait aidé à passer ses examens avec brio, à Goldadler.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptySam 3 Sep - 22:22




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -


Luis se fit un peu de place pour travailler sur le bureau encombré de son cadet, tout en lui répondant : « Ce n’est pas ça, j’avais simplement prévu autre chose, Lukas. » Lukas avala la couleuvre sans difficulté, parce qu’il l’avait toujours fait. Ce n’était pas si grave finalement, tenta-t-il de se convaincre. Ça n’était qu’une frontière de plus, instaurée à coup d’omissions et de silences. Son frère afficha un air exaspéré, et lui donna son téléphone portable entre les mains. Vieux machin encore pire que celui de Lukas, tout juste bon à envoyer des textos et à recevoir des appels, et que de toute façon le jeune prince détestait. « S’il te plait, envoie lui un message pour dire que j’arriverai plus tard. » Lukas haussa les sourcils : il connaissait la confiance de son frère envers lui, mais son téléphone devait certainement receler des informations que personne hormis Luis ne devait savoir. « J’ai plusieurs idées, je vais regarder un peu ton dossier.» Lukas regarda le téléphone qui vibra de nouveau dans sa paume et souffla simplement un « D’accord… » plus pour lui-même qu’autre chose. Il ouvrit le téléphone et pianota sur le clavier pour ouvrir le message, dans le simple but d’y répondre sans le regarder, mais... Les mots le dégoûtèrent alors que quelque chose sombra dans sa poitrine, allant s’écraser lourdement dans ses tripes. La curiosité, cette vilaine amie, le poussa à remonter le fil de la conversation, et à voir les messages que Luis envoyait à ce correspondant. Parce que c’était un homme : si le prénom, Tomas, n’avait pas été indiqué, la description pour le moins crue du dernier message ne laissait aucun doute là-dessus. Et il le détesta sans même le connaître ou l’avoir croisé du coin de l’œil ne serait-ce qu’une seule fois. Il le détestait de cette jalousie virale, qu’il ne connaissait que trop bien et qui le rendait malade, qui le dégoûtait de lui-même. Il envoya un regard mauvais au dos de son frère, penché sur ce qu’il lui avait donné, soufflant un « On va contre attaquer… » alors qu’il travaillait en prenant furieusement des notes. Il ne savait pas trop ce qu’il était en train d’éprouver, là. Jalousie, certainement. Satisfaction de s’être accaparé son frère au moins pour quelques heures, aussi. Et puis, cette part inoubliable de lui qui chuchotait sans cesse à son oreille que ce n’était pas bien. Que ça ne le regardait pas, ce que Luis faisait. Il hésita si longuement à envoyer ce que lui avait demandé son frère que Tomas fit de nouveau vibrer l’appareil d’impatience. Lukas inspira bruyamment pour tenter de calmer le flux de colère qui l’agita. « Je ne savais pas qu’il fallait avoir un vocabulaire aussi riche pour entrer dans ton lit, » lâcha-t-il sans le vouloir, sous le coup de l’irritation. « En tout cas, lui, il a la palme. » Il tapa furieusement qu’il en aurait pour plusieurs heures de retard, même si ce n’était pas vrai. Mais après tout, il avait failli dire à la place que Luis ne viendrait pas du tout, alors il avait opté pour un compromis un minimum satisfaisant pour son égo. Il en avait assez de le rabaisser sans arrêt. Il remit de lui-même le téléphone dans la poche avant du pantalon de son frère, passant un bras autour de son dos pour se faire. Sa peau sembla se hérisser, mais il n’y fit pas attention. « Il devrait te laisser tranquille pendant un moment. » Le ton employé était peut-être un peut trop sec, mais Lukas n’étais pas doué pour se cacher. Il contourna le bureau, les mâchoires serrées, et regarda les mains de son frère prendre des notes, attendant une pause dans leurs mouvements pour demander : « Tu trouves quelque chose ? »

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptySam 3 Sep - 23:35


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

L’avocat avait vu la stupeur sur le visage de son frère, quand il lui avait confié son téléphone. Voir que Lukas était toujours aussi surpris du degré de confiance qu’il plaçait en lui lui pinçait douloureusement le cœur. Luis se disait que c’était probablement parce que la confiance n’était pas réciproque, et il n’avait de cesse d’essayer de comprendre pourquoi. Il était là, après tout, dans son bureau, en train de travailler pour lui, pour l’aider à s’en sortir, et ce sans aucune contrepartie. Car il aurait été absurde que le jeune héritier demande à son frère de le payer pour ses services, l’idée ne lui traversait même pas l’esprit. La fortune qu’ils avaient été familiale, et donc tous les Rosenwald la partageaient, même si seule Helmina en avait le contrôle total. Luis se sortit bien rapidement ces idées de la tête, alors qu’il commença à travailler sur le cas. C’était presque trop facile pour lui, et ce ne serait pas son affaire la plus excitante mais Luis était ravi de pouvoir défendre son cadet. Il ne voulait pas que Lukas dévoile ses doutes et ses problèmes à quelqu’un d’autre, car si Lukas ne semblait pas lui accorder sa pleine confiance, Luis n’accordait lui sa confiance à personne d’autre qu’à son frère. Luis entendit vaguement son téléphone vibrer derrière lui, et il soupira alors qu’il entendait Lukas taper un message. Après quoi, il l’entendit souffler bruyamment, ce qui surpris l’ainé qui releva la tête juste au moment où Lukas dit « Je ne savais pas qu’il fallait avoir un vocabulaire aussi riche pour entrer dans ton lit. ». La pique était belle et bien présente, même si Luis se doutait des efforts de son frère pour la dissimuler. Il l’avait bien entendue, et bien comprise. « En tout cas, lui, il a la palme. » Et Luis l’entendit encore tapoter rapidement – bien plus rapidement que lui en était capable – sur le clavier de son téléphone. « Lukas… » Mais son frère ne l’écouta pas, il se pencha sur lui, passa un bras autour de son corps et glissa ses doigts dans sa poche, pour y ranger le téléphone. Alors qu’il aurait pu simplement le lui donner. Luis du faire un effort de volonté presque surhumain pour ne pas simplement s’emparer du devant de la chemise de son cadet, pour l’attirer contre ses lèvres encore une fois. Dans son besoin de résister, Luis s’était mordu la lèvre un peu trop fort, et sa lèvre inférieure était légèrement rouge, désormais. Luis tenta de reprendre contenance, pour ça il nota rapidement quelques mots sur la feuille, mais le souvenir de la proximité de cet autre corps qu’il désirait l’avait perturbé. Il déglutit, ça ne servait à rien, il n’était plus concentré. Son corps avait reçu des signaux qu’il n’aurait pas du interpréter comme ça, et maintenant Luis ne voulait qu’une chose : fuir. « Tu trouves quelque chose ? » Luis hocha la tête en levant les yeux vers Lukas. « Si elle attaque ton service, et plus particulièrement toi, je l’attaquerai pour diffamation. » Fit-il, d’un ton le plus neutre et posé possible. Il résista aussi à l’envie de prendre son téléphone pour vérifier quels messages exactement Tomas lui avait envoyé, pour mettre Lukas dans un tel état. Luis glissa une main sur son visage, juste pour dissimuler le fait qu’il avait besoin de souffler, ce qu’il fit rapidement et inspira longuement, une fois sa main à plat sur le bureau de son frère. « J’ai toutes les preuves nécessaires qui confirme que tu n’as pas pu le sauver. T’attaquer serait… Vraiment idiot. » Ajouta Luis en regardant son frère. Puis, n’y tenant plus. « Pourquoi ça t’énerve ? » Il désigna sa poche d’un mouvement de la main, et plus précisément son téléphone – qui ne vibrait effectivement plus -. « Je te le prêterais bien si tu le voulais, mais tu m’as dis toi-même avoir juré fidélité à Liséa, Lukas. » Il bloqua ses iris à celles de son frère, l’empêchant de fuir par un regard autoritaire, par ce pouvoir qu’il avait naturellement sur lui, même assis et Lukas debout. D’ailleurs Luis se releva, le bureau entre eux. « Je n’ai pas oublié ce détail de notre conversation. » Et comment l’oublier ? Luis le regardait avait intensité, n’arrivant qu’à moitié à dissimuler l’étincelle de désir qui avait fait se dilater ses pupilles, à sa vie. Son regard, traitre, ne dévia qu’une seconde sur les lèvres de son autre, qu’il savait accueillantes, désormais, et parfaites contre les siennes. Luis inspira encore une fois, il devait calmer ce corps qui désirait son double, sa moitié. Le brun n’avait pas le droit de désirer son frère ainsi. Surtout quand Lukas voulait faire preuve de fidélité envers sa femme, il avait encore moins le droit de le parjurer ainsi. « Tu n’aurais pas dû lire, ce que je fais avec mes amants ne te regarde pas… » Et pourtant, il aurait aimé lui faire toutes ces choses, l’entendre souffler son prénom sous le coup du désir qui grimpait. Un frisson lui parcouru l’échine rien qu’à cette idée. Il aurait voulu voir Lukas comme ça, mais c’était interdit. Il plia et déplia ses doigts encore une fois, avant de rompre le contact visuel.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyDim 4 Sep - 15:06




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -


« Si elle attaque ton service, et plus particulièrement toi, je l’attaquerai pour diffamation. » Lukas s’accrocha à son regard pour ne pas regarder ses lèvres, dont la couleur rouge avait été exacerbée et qui, présentes toute de même dans son champ de vision, lui donner envie de les mordre. Par pure possessivité. La main que Luis se passa sur le visage fut le signal nécessaire pour que Lukas détacha ses yeux de son visage et balança une main dans ses cheveux alors qu’il se repenchait sur les notes de son frère. « J’ai toutes les preuves nécessaires qui confirme que tu n’as pas pu le sauver. T’attaquer serait… Vraiment idiot. » Il hocha la tête, signe qu’il avait assimilé les informations. Il avait eu raison de demander l’avis de Luis : qu’importe ce que fera cette femme, maintenant Lukas était prêt. « Pourquoi ça t’énerve ? » La question le prit de cours, et plus encore lorsque le geste de Luis désignait l’appareil qu’il venait de remettre dans sa poche. Il soupira, roula des yeux et refusa de répondre. « Je te le prêterais bien si tu le voulais, mais tu m’as dis toi-même avoir juré fidélité à Liséa, Lukas. » Il se tendit automatiquement sous la remarque, tellement inadéquate dans cette situation que c’en était presque risible. Mais Lukas ne riait pas du tout. Luis ne pouvait pas comprendre, il essayait de se convaincre de ça depuis des années, et ça n’était pas une erreur de parcours qui pouvait lui faire changer d’avis. Pas maintenant. « Je ne suis même pas sûr que tes goûts correspondent aux miens, de toute façon. » Lukas affronta son regard en sentant la pression que Luis y mettait, refusant un instant de se soumettre, non pas par fierté mais par propre esprit de conservation. Il devait se protéger, et ne plus se mettre autant à découvert, comme il l’avait fait la dernière fois. Il avait cherché à s’excuser, mais Luis l’avait évité. Et son indifférence était horrible à vivre. « Je n’ai pas oublié ce détail de notre conversation. » La tentation était trop belle et elle lui brûlait les lèvres. « Ah oui ? Moi il y a d’autres détails que j’aimerais oublier. » Il avait mal, cette jalousie l’oppressait et ne demandait qu’à sortir, qu’importe la façon : rendre la pareille à son frère était la plus simple, et d’une certaine façon plus rapide et moins réfléchie. Mais elle n’était plus efficace, puisque cette pression, ce mal-être ne le quittait plus. « Tu n’aurais pas dû lire, ce que je fais avec mes amants ne te regarde pas…
Je sais !! » Lukas avait haussé la voix, c’était plus fort que lui et, alors les yeux de son frère le lâchaient, il avait dû inspirer bruyamment, les doigts appuyant sur ses paupières closes pour ensuite pincer l’arrête de son nez. Puis, plus calmement mais toujours avec la menace d’une colère bouillonnante, ajouta : « T’aurais-peut-être dû y penser avant de me donner ton téléphone, pour répondre à ton amant. » Il rouvrit les yeux, et sans le faire exprès, toute la douleur qu’il cachait en lui depuis trop longtemps y refit surface. « Je sais que t’y peux rien, et que t’as jamais vraiment compris tout ce que je pouvais ressentir, mais s’il te plaît, y’a des choses qui me font… » Il expira, incapable de dire à son frère à quel point il pouvait lui faire mal, déjà coupable de mettre ce point sur les épaules déjà chargées de Luis. Ce n’était pas de sa faute si son cadet avait toujours eu ces inclinaisons douteuses, entretenues dans l’enfance et découvertes une fois adolescent. « Que j’ai du mal à supporter. » Il essayait tant bien que mal de poser ses limites, mais que ferait-il si Luis avait décidé de passer outre et de venir le blesser encore ?

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyDim 4 Sep - 16:21


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

Son jumeau semblait au moins rassuré sur l'affaire qui les avaient réunis dans son bureau. Du moins, Luis le croyait-il. A ses yeux, Lukas était une véritable énigme qu'il ne comprenait qu'à moitié, de temps à autre. Le brun semblait être capable d'éprouver toute une palette d'émotions bien plus variée que celle que Luis connaissait, et surtout bien plus changeante. Il le trouvait lunatique, et hypersensible, et ne comprenait jamais quand il avait fait un geste de trop, ou prononcer un mot de travers. Ce qui était le cas, puisque Lukas était énervé. Alors, pour changer, Luis lui demanda pourquoi. Il vit que son frère semblait interloqué par la question, et soupira en se cachant de ses mains, qu’il posa ensuite sur le bureau. Il lui proposa alors de lui prêter Tomas. Comme ça. Luis ne se rendit même pas compte à quel point c’était mal et tordu de proposer à son frère de se taper son amant à lui. Pour lui, il n’y avait aucun mal à ça. Tout comme Tomas pouvait aller voir ailleurs, Lukas pouvait très bien coucher avec ses amants. Il n’était pas possessif sur ce tableau, celui des amants, bien qu’en y pensait, l’idée de le savoir avec un autre homme le dérangeait un peu. Mais il avait toujours cru que sa possessivité venait du fait qu’il n’avait qu’un seul frère, et voulait le garder pour lui. « Je ne suis même pas sûr que tes goûts correspondent aux miens, de toute façon. » Luis haussa un sourcil. Il se demanda quels étaient les goûts de son frère, qui avaient été les hommes qui avaient foulé la couche de son frère, et avaient s lui soutirer le genre de soupirs qui le faisait fantasmer, la nuit, et le maintenaient réveillé. Il décida cependant de ne pas poser la question, certain qu’elle tomberait comme un cheveu dans la soupe. « Ah oui ? Moi il y a d’autres détails que j’aimerais oublier. » Il accusa le coup, sans démordre de leur joute visuelle. L’ainé serra la mâchoire, en miroir de Lukas. Il le savait, il avait fait une erreur. Pourtant, Lukas s’était accroché à sa chemise, l’avait attiré contre lui, avait répondu à ses lèvres pressées… Le brun résista encore à l’envie de glisser sa langue sur sa lèvre inférieure, en pensant à ce baiser. Si Lukas voulait oublier ce détail, pourquoi est-ce qu’il était si jaloux, alors ? Luis était perdu, ne comprenait pas la tempête qui grondait dans le cœur de son cadet, et si il l’avait comprise, il se serait déjà excusé, contre son corps, contre ses lèvres, faisant fi de toutes normes sociales qui n’étaient présentes que pour entraver deux corps qui s’aimaient et se désiraient. Enervé pour de bon, Lukas lui fit savoir vivement qu’il savait qu’il n’aurait pas dû lire les messages de son amant, que ce que Luis faisait avec eux ne le regardait pas. Le brun eut le regarde qui s’assombrit, d’une colère qui montait en miroir à celle de son double. Pourtant, il détacha son regard, trop soucieux d’éviter un autre conflit qu’il savait qu’il aurait du mal à supporter. Il se remettait tout juste de la vague d’émotions qu’avait provoqué Lukas en lui, et désormais il la ranimait, la faisait grandir, pour à nouveau tout détruire sur son passage, ébranlant les fondations de son être, qu’il avait mis toute sa vie à construire. « T’aurais-peut-être dû y penser avant de me donner ton téléphone, pour répondre à ton amant. » Luis reposa le regard sur lui, chargé d’une colère qui ne désemplissait pas. Lukas rouvrit les yeux, lui laissant voir son cœur à vif, mais Luis, l’insensible Luis, ne comprit pas l’ampleur des émotions qu’il avait devant les yeux. « Je sais que t’y peux rien, et que t’as jamais vraiment compris tout ce que je pouvais ressentir, mais s’il te plaît, y’a des choses qui me font… » Luis attendait la suite, le souffle coupé. Il attendit un instant, le cœur battant la chamade dans cette insupportable patience que son frère le forçait à avoir. « Que j’ai du mal à supporter. » Luis soupira, respira à nouveau, encore une fois ses doigts se plièrent et déplièrent pour éviter qu’il les glisse dans ses cheveux, ou ailleurs. Il inspira encore une fois, par le nez. « Je te faisais confiance. » Sa voix était étonnamment bien contrôlée, alors qu’il pensait à si bien contrôler son corps. « Je ne pensais pas que t’allais lire. » C’était la vérité, il n’y avait pas songé une seule seconde, persuadé que Lukas enverrait simplement un message pour prévenir Tomas. Luis contourna le bureau, il avait reposé le stylo juste à côté du bloc note, bloc qu’il avait d’ailleurs refermé. « Lukas on… » Sa voix était lointaine, il se perdit un instant dans le regard de son frère, sans y voir toute sa détresse, toute la tristesse qu’il dégageait. Il oublia presque ce qu’il allait dire, il allait s’approcher, avait d’ailleurs fait un petit pas sans s’en rendre compte. Il allait le prendre contre lui, caresser son visage, glisser ses lèvres contre les siennes mais se reprit. « J’ai fait une erreur. » avoua l’héritier. Il se mordit encore une fois la lèvre inférieure, tic qui commençait à devenir récurrent en présence de son frère. Ses lèvres le démangeaient d’aller voir ailleurs, se retrouver leurs jumelles pour se fondre contre elles, et engager un combat qu’elles espéraient épique et grandiose. Luis secoua doucement la tête, l’effort de volonté était presque physique. Il recula d’un pas. « Qui ne se reproduira plus. » Il avait dit ça dans un souffle, comme s’il craignait que les dieux l’entendent. Parce que sa promesse, il était presque certain de ne pas être capable de savoir la tenir. D’ailleurs quand il remonta le regard sur Lukas, ses yeux laissait deviner son incertitude quant à cette affirmation. Son regard, son corps tout entier criait à quel point il le désirait. La, maintenant, tout de suite. Et peut-être que si il pouvait le posséder juste une fois, il pourrait s’en contenter.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyDim 4 Sep - 22:15




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -


« Je te faisais confiance. » Encore une fois, cette confiance que Luis lui portait, et dont Lukas ne se sentait pas digne. Les mots, si calmement posé, l’atteignirent comme autant de coups portés à même son cœur. « Je ne pensais pas que t’allais lire. » Lukas haussa les sourcils, encore furieux, mais garda le silence. Au début, il n’avait pas voulu, c’était les messages qui s’étaient affichés d’eux-mêmes dans la conversation ouverte. Mais la curiosité l’avait rapidement piqué au vif et il s’était laissé tenter… C’était pour ça qu’il n’avait pas voulu avoir son téléphone entre les mains de prime abord, et il avait eu raison : il n’était pas capable de se contrôler quand il s’agissait de son double. Quand Luis referma ses notes, posa son stylo comme s’il avait terminé et vint de son côté du bureau, les yeux de Lukas s’agrandirent une seconde, mais le médecin se reprit rapidement, et il croisa les bras sur sa poitrine. « Lukas on… » Luis s’arrêta sa phrase à peine commencée, et fouilla dans les yeux de son cadet. Il n’y avait pas grand-chose à chercher d’ailleurs, puisque tout était donné comme ça, affiché clairement, sans aucun filtre. Mais de toute façon, Luis sembla reprendre contenance, une contenance rigide et une attitude trop droite pour ne pas être blessante. « J’ai fait une erreur. » Lukas fronça les sourcils dans une attitude méfiante, déjà déconcentré par la lèvre que Luis maltraitait. Il cligna des yeux plusieurs fois, et la voix de Luis sembla le réveiller. « Qui ne se reproduira plus. » Lukas sentit son cœur tomber de nouveau, preuve qu’il n’était pas encore mort, mais la voix de Luis avait changé sur la fin : peut-être qu’il avait mal lui aussi ? Il refusa d’y penser. Refusa de laisser ce stupide espoir l’envahir encore, et encore, pour repartir aussitôt, comme une vague violente détruisant tout sur son passage. « On a fait une erreur qui ne se reproduira plus. » reprit-il, les yeux ancrés dans ses ambres. Ils étaient deux, dans cet interdit. Pendant les quelques minutes intenses de ce baiser, ils avaient partagé tout. Même Lukas lui avait dit à pleine bouche à quelle point il l’aimait. Beaucoup plus qu’il n’aurait osé l’avouer à voix haute. Il ne savait même pas s’il avait envie d’y croire, à son mensonge. Dix ans, dix ans qu’il avait lutté tout seule dans l’ombre et ça ne l’avait jamais quitté. Alors, maintenant qu’il avait goûté ses lèvres, qu’il en sentait encore le fantôme sur les siennes, il ne pouvait plus en être libéré. Attaché à jamais à un amour contre-nature et blessant à la limite du vivable. Lukas craqua. Exhala un soupir douloureux et presque tremblant. Passa une main dans ses cheveux, geste qu’il n’avait jamais pu retenir. « Je m’excuse d’avoir lu, je m’excuse de… » Il soupira de nouveau, incapable de mettre des mots sur ce qu’il avait dans le cœur. Il voulait s’excuser d Ça n’aurait fait que le rendre plus réel, et tellement plus douloureux, et il n’était sans doute pas prêt à s’exorciser avec une telle violence. Il voulait plus que tout pouvoir être un vrai frère mais, quand on est aussi tordu depuis autant de temps, comment faire pour retrouver un semblant de normalité ?

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyLun 5 Sep - 1:35


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

Lukas croisa les bras à l’approche de son ainé. Il ne dit rien, laissa Luis parler, et son regard changea. Il retourna les tripes de Luis, ce regard. Ce regard qui montrait une profonde tristesse, mais pas réellement de regret. Il ne le discernait pas dans le regard de son autre. « On a fait une erreur qui ne se reproduira plus. » Luis ne sut détacher son regard de celui de son frère. Il se demandait si cette décision était aussi difficile à prendre pour lui qu’elle l’était pour l’ainé. Le jeune prince avait l’habitude de pouvoir obtenir tout ce qu’il désirait, mais il avait trouvé sa faille : Lukas. Jamais il n’aurait le droit. Le souvenir de ce baiser hantait son corps et ses rêves. Sil avait su, réellement su, que c’était la première et la dernière fois, il en aurait profiter bien plus longtemps. Cependant, savoir que Lukas prenait un peu de sa culpabilité sur ses épaules lui fit du bien. Après tout le jeune médecin avait posé la responsabilité de cette faute sur leurs épaules à tous les deux et il eut le sentiment de pouvoir souffler un peu, désormais. Le brun le fit d’ailleurs, il lâcha un léger soupire, alors que Lukas glissait ses doigts dans ses cheveux, les ébouriffant de cette manière si particulière, qui n’appartenait qu’à lui. « Je m’excuse d’avoir lu, je m’excuse de… » Luis secoua doucement la tête, et pris d’un instinct fraternel qu’il n’avait plus ressenti depuis ses neuf ans, il s’approcha, et pris Lukas contre lui. Comme un frère, se promit-il mentalement. Comme quand ils étaient enfants. Il casa son visage entre son épaule et son cou, ses deux bras passés autour des épaules de son frère. Pour ce faire, il devait se mettre légèrement sur la pointe des pieds. Ils faisaient la même taille après tout, mais Luis s’en fichait d’être dans une position physiquement moins agréable. Il résista à la tentation de glisser ses doigts dans ses cheveux, mais ne sut le lâcher aussi rapidement qu’il l’aurait voulu. « C’est bon. » Fit-il simplement, la voix plus chaleureuse qu’il y a quelques secondes. Ce frère lui faisait perdre ses moyens, il devenait un être faible quand il était avec lui, plus encore depuis qu’il avait goûté à l’interdit. D’ailleurs, avoir Lukas contre lui comme ça gonflait son cœur d’un besoin plus grand encore. Il savait qu’il devait le lâcher. Rapidement. Luis ne le serra que davantage contre lui. Juste une fois, une dernière fois. Il soupira en s’éloignant de lui. « J’aurais pas dû te demander de lui répondre. » Il mordit sa lèvre inférieure, encore, alors qu’il disait sa tentative d’excuse. Luis ne s’excusait jamais, ou si peu. Il ne comprenait jamais qu’il avait fait du tort à une personne sans même le vouloir. Mais là, il l’avait bien compris. Lukas avait été blessé, et Luis devait au moins tenté d’éviter de répéter cette erreur. Sa colère effacée par d’autres émotions, son corps toujours aussi proche, son regard dévia encore une fois sur la bouche de son cadet. Et il ne résista pas, alors qu’il venait de dire que ça ne se reproduirait plus, il glissa ses doigts dans la nuque du cadet, et l’attira, avec autant de douceur qu’il avait appris à utiliser sur sa femme quand elle lui en voulait pour quelque chose. Sauf que cette fois, c’était venu naturellement. Il posa ses lèvres contre les siennes, les effleurant seulement. « Juste une fois, juste une dernière fois pour… » Il ne termina pas sa phrase, il en avait déjà trop dit, ses mots s’étaient tus, s’enfonçant entre les lèvres de son autre. Il posa alors ses lèvres sur celles de Lukas. Doucement. C’était la première fois qu’un baiser lui faisait autant de bien, tout en le brisant à l’intérieur, en mille morceaux, irréparable, il ne serait plus que l’ombre de lui-même et ce pour toujours.


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMar 6 Sep - 9:54




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -


Luis ne lui laissa pas le temps de continuer sa phrase, puisqu’il s’approcha de lui et le prit dans ses bras. Comme avant. Lukas avait l’impression d’être à nouveau ce gamin un peu complexé par son inadéquation aux traits héréditaires, au caractère trop discret pour s’affirmer. Protégé par ce frère qui ne le laissait jamais tout seul. Un grand frère qui répondait aux exigences sans même le savoir, mais qui jamais ne le laissait en arrière, ou si peu. Luis l’enlaça contre lui, et d’instinct le cadet retrouva sa place, dans le creux de son cou, son odeur rassurante qu’il ne trouvait que contre sa peau, la douceur de ces mains qui ne l’étaient que rarement. « C’est bon. » Elle était belle, sa voix, elle donnait à Lukas l’envie de s’enfouir un peu plus entre ses bras et d’y disparaître aux yeux du monde. Il passa les siens autour de sa taille, le serra, de la manière un peu désespérée avec laquelle un noyé s’accroche à une épave pour ne pas sombrer. Etrange d’ailleurs, parce que c’était ainsi qu’il sombrait. Qu’il cédait du terrain à cet animal indomptable, lui entrouvrant doucement la cage pour lui permettre de sortir juste le bout de son nez. Il le serra, une dernière fois alors que Luis s’échappait déjà doucement. La bête n’était pas rassasiée et Lukas en fut décontenancé. « J’aurais pas dû te demander de lui répondre. » Le cadet sourit un peu, reconnaissant de ces précieuses excuses dans la bouche de celui qui n’en prononçait jamais. Et puis, Luis le regarda de cette manière qui lui tordait le cœur en lui dispersant dans le ventre une multitude de paillettes, et Lukas ne réagit même pas lorsque la main de son aîné vint prendre doucement sa nuque. Si ce n’est qu’il leva instinctivement le menton, un tout petit peu, un long frisson d’envie courant le long de son dos, attiré par le corps qu’il venait de quitter. L’interdit se posa avec la douceur d’un murmure sur ses lèvres et Lukas ne luttait déjà plus. « Juste une fois, juste une dernière fois pour… » Lukas ne fit rien pour l’en empêcher, au contraire, avança même un peu pour raccourcir son agonie et goûta à une langueur qui lui fit tout oublier, si ce n’est qu’il était bien. Heureux. A sa place. Que le monde n’avait jamais tourné aussi rond et que le reste pouvait bien attendre, le temps qu’il profite de cette félicité. Ses mains allèrent trouver un point d’accroche sur les épaules de son double, les pressant doucement, ses lèvres adoptèrent automatiquement le rythme langoureux donné par Luis sans chercher à ne rien presser, au contraire. Faire durer le plus possible ce moment d’oubli, de perfection, comme si rien d’autre n’avait d’importance. Mais c’était un leurre : la bête aussitôt bondit de sa cage en rugissant et Lukas mordit Luis avant de se rendre compte que si, d’autres choses étaient importantes. Qu’ils avaient des devoirs, et que ça, ça dérogeait à toutes les règles. Les mains qui s’étaient faites tendres sur les épaules de Luis reprirent de la vigueur et le repoussèrent, juste assez pour qu’ils ne puissent plus s’embrasser. Lukas posa un regard blessé sur son jumeau alors même qu’il était à l’origine du mal, et n’eut pour simple réponse qu’un laconique : « Je suis désolé… »

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMar 6 Sep - 10:47


Even when you know
Hits you hard,
Leaves slow, comes back fast
When you can't take
You don't swallow your pain
Been around once
It'll be around again

ft/Lukas Rosenwald

C'était fascinant, la facilité avec laquelle il accéda aux lèvres de son double, qui ne le repoussa pas. au contraire, il le sentit l'attirer, coller sa bouche plus à la sienne, répondre avec envie à ce baiser qu'ils partageaient. Le brun retint un soupire, il osa glisser sa langue contre la lèvre de son frère, jusque dans sa bouche, et alors qu'il goûtait la bouche de son cadet encore et encore, il fit un pas pour se coller un peu plus à lui. Bête insatiable que le prince héritier était, il en voulait déjà plus. Le prince enfonça doucement ses doigts dans la nuque de son autre, son autre main glissant sur son flanc, jusqu’à sa hanche, pour l’attirer contre lui. Il avait initié ce baiser comme une sorte de baiser d’adieu, une dernière déviance qu’il leur permettait avant de devoir tous les deux revenir à leur statut de princes, de perfection, de joyaux de la couronne de leur mère. Mais en attendant, Luis se perdait contre les lèvres de son autre, il oubliait tout, jusqu’à son précieux nom. Lukas mordit sa lèvre, il ne réagit pas, en fait ce geste l'avait attisé plus encore mais, rapidement, Lukas changea sa prise sur les épaules du brun, qui fut surpris de le sentir le repousser. Luis se laissa faire, il n'avait jamais forcé dans ce genre de moment, ses innombrables maîtresses, ses quelques amants, il ne les avait jamais forcé. Il ne commencerait pas avec Lukas. « Je suis désolé… » Le regard de Lukas lui retournait les tripes, il ne le comprenait pas tout à fait. Ne comprenait pas cette douleur visible dans ses prunelles, alors que c’était lui qui l’avait repoussé. Luis, lui, était perdu. Il aurait continué des heures si Lukas ne l’avait pas obligé à s’éloigner. L’héritier eut le réflexe de glisser sa langue sur sa lèvre inférieure, comme pour rattraper le goût de Lukas toujours étalé sur sa bouche. Il retint encore un soupire, se mordit doucement la lèvre à la place et s’éloigna. Il lâcha Lukas, plia et déplia ses doigts et bougea ses mains comme pour reprendre contenance. « C’est pas ta faute. » Fit Luis, qui se perdait tant et si bien qu’il s’excusait déjà presque pour la seconde fois. Lukas avait le pouvoir de le changer, et l’héritier n’en avait qu’à moitié pris conscience. Il ne se rendait pas à quel point son double pouvait avoir une emprise sur lui, et Lukas l’ignorait probablement totalement. Le jeune homme s’était pris une douche froide, à être repoussé par Lukas, et pourtant il ne recula pas plus. Comme le papillon emprisonné par la lumière dans l’obscurité, il était incapable de s’éloigner. L’ainé déglutit, il devait rester stoïque. Il avait tellement de mal à ne pas réagir, alors que d’habitude il était un monstre d’indifférence. Luis ressentait vivement, désormais, et son cœur de pierre se remettait à battre après des années de glaciale inertie. « J’aurais pas dû. » Fit-il en secouant la tête, il décrocha son regard de son autre, et s’éloigna pour de bon. La déchirure était bien réelle, puissante en lui, provoquant une hémorragie de sentiments destructeurs, qui le mettrait bientôt dans une rage incontrôlable, qui le ferait se venger sur des innocents à abattre. C’était la seule certitude que l’on pouvait avoir sur son compte, désormais.



and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald EmptyMar 6 Sep - 22:23




❝ hits you hard, leaves slow,

comes back fast. ❞
- ft. Luis Rosenwald -


Il avait encore le goût de l’interdit sur les lèvres, celui que Luis y avait déposé, le fantôme de ses mains contre lui et le cœur battant dans la cage thoracique, affolé par un trop plein d’amour déversé sans pouvoir se contrôler. Le souvenir brûlant de leurs corps pressé vivifiant sa mémoire, cette volonté de lui donner tout ce qu’il désirait sans réfléchir. Il suivit des yeux la langue de Luis qui vint humidifier sa lèvre avant qu’il ne la fasse disparaître derrière ses dents, se rappelant très bien que c’était les siennes, quelques secondes auparavant. Remarqua le geste de ses doigts, celui d’un enfant frustré de ne pas saisir ce qu’il désire, de plus en plus coutumier à le voir alors qu’avant, Luis n’avait aucun tic. C’était Lukas, qui les avait. « C’est pas ta faute. » Quelque chose clochait avec Luis, et son cadet ne pouvait pas ne pas le voir. Ca l’inquiétait, quelque part, parce qu’il ne les avait jamais vu avant leur première déviance, et ne savait pas où est-ce que cela conduirait son double. Lukas lui, était habitué à retenir ces gestes, à porter un masque, à se protéger de l’extérieur, mais Luis ? Luis n’en avait jamais eu besoin. Que lui arriverait-il si sa droiture impeccable venait à se tordre ? Il était le futur empereur : il ne devait pas devenir comme son cadet. Un reliquat d’imperfections dues, il en était sûr, aux tares de son sang, revers de la monnaie pour une pureté absolue. « J’aurais pas dû.
Ne t’excuse pas. » C’était sorti comme ça, d’un seul coup. Toujours proches, alors qu’il pouvait tendre la main pour l’avoir de nouveau sous les doigts, ce fut une déchirure de devoir prendre un pas de recul, en même temps que lui. Il le devait, pour son frère, pour le protéger. Pour qu’il n’éprouve aucune des faiblesses que Lukas avait lui-même et qu’il continue d’être celui qu’on attendait pour le trône. Parce qu’ils n’étaient pas n’importe qui : ils étaient les fils d’Helmina, les jumeaux de la couronne, et la moindre de leurs failles pouvait être dangereuse à leur famille toute entière. Luis ne devait refléter aucune faiblesse, et s’il était incapable de les cacher… il ne fallait pas qu’il en éprouve. « Nous sommes deux. Tu n’as pas à t’excuser pour quelque chose qu’on a fait tous les deux. » Il aurait voulu lui prendre ce fardeau et pouvoir alléger ses épaules déjà lourdes de devoirs, et il voulait plus que tout le rendre fort. Cette faiblesse qu’il y avait entre eux, elle devait être guérie, et par tous les moyens possibles. Alors, contre toute attente, Lukas finit par dire « Tu… tu devrais aller voir Tomas. » Après tout, c’était pour lui qu’il s’était préparé et c’était lui qu’il faisait attendre ? Lukas avala douloureusement sa salive : il devrait faire des concessions et tenir la bride de sa jalousie maladive pour le bien de son frère, et le bien du trône de leurs ancêtres. « Tu m’as aidé à tout régler, et je t’appellerai si j’ai du nouveau. » Il passait ses mains l’une dans l’autre, comme s’il les lavait au savon, ne sachant quoi en faire, et ses yeux, après avoir évité son regard, tombèrent dessus comme un rapace sur sa proie. Il fallait qu’il se montre fort si son frère ne pouvait pas l’être.

AVENGEDINCHAINS & Lizziou


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty
MessageSujet: Re: ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald   ( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

( hits you hard, leaves slow, comes back fast. ) ft. lukas rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-