Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment : -58%
Promo sur les ficelles arc-en-ciel Ztringz ...
Voir le deal
4.99 €

Partagez
 

 we're losing our sense of home (mayssa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




we're losing our sense of home (mayssa) Empty
MessageSujet: we're losing our sense of home (mayssa)   we're losing our sense of home (mayssa) EmptyVen 19 Aoû - 0:12


these words aren't made for
anyone else but your family
Sometimes he tries to reassure himself that it's all still there. Almost times he just cries to himself sunk deep into his chair. Tell your brother you're listening to his dreams. Tell your sister she is all you need. Tell your mother she is the only one. And your father has made you all that you've become.

Mayssa l’avait découvert penché au-dessus du berceau. De sa voix grave, il entonnait les mots d’une comptine qu’il se souvenait avoir entendu lors de son enfance. Le même chant qu’il entonnait avec ferveur lorsque ses sœurs étaient assez jeunes que pour se laisser bercer par la voix fluette du gamin qu’il était. Les mêmes paroles qu’il s’imaginait son père répéter en douceur de sa voix profondeur en le tenant dans ses bras quand il n’était pas en âge de comprendre. « Der mond ist aufgegangen, die goldnen sternlein prangen » Mika avait abandonné sa tenue de soldat à l’entrée de la demeure, il avait délaissé cet habit trop grand de loup aux crocs acérés devant la porte, n’arborant que le visage affable et familier de l’oncle un peu trop présent. Il s’était mis à chanter sans trop y penser, ses yeux incapables de quitter le chérubin dont le sommeil semblait perturbé. Penché au-dessus du berceau, une main tendue vers le poupon qui s’amusait des doigts de géant de son ainé comparé au sien, il chantait de tout son cœur avec une douceur que peu pouvaient observer. Néanmoins, sans un bruit, familière elle aussi avec le plancher craquant de la demeure, Mayssa arriva à le surprendre. « Am himmel hell und klar; der wald steht schwarz und schweiget. » La nuit avait été longue pour le Wolffhart, c’était certainement pour cela qu’il ne sentit pas directement la présence dans son dos, ne la percevant qu’une fois que sa cousine d’adoption ne se fasse remarquer. Les traits un peu tirés par la fatigue, à force d’avoir veillé avec Steiner afin d’assurer leur garde, le brun sembla s’effacer comme il savait si bien le faire. Déjà, sous les prunelles intéressées de l’ancienne Abdelaziz, Mika devenait translucide. Pas plus qu’un fantôme ne demandant qu’à retourner dans la tapisserie en attendant son heure. Pourtant, avec cette aisance que son cadet ne comprenait toujours pas, Mayssa arrivait à lui faire reprendre consistance. Le regard délavé, les prunelles gênés par l’attention leur étant portée, c’était le cœur en joie qu’il accepta de la suivre jusqu’à son antre, sa demeure véritable.
Il avait tant entendu parler de cette famille, doux mélange d’un soleil couchant et d’une rage de vivre que personne ne pouvait leur arracher. Tant écouté les récits magnifiés de ses représentants d’une justice intraitable qu’il avait fini par se les imaginer plus grands que nature. Dans les contes de la récemment intronisée Wolffhart, les Abdelaziz ressemblaient à des géants ayant décidés de courber l’échine afin de diner à la table des rois. Mika se repaissait de ces histoires tel un gamin découvrant le ciel pour la première fois. Il voulait tout entendre, tout savoir. Il souhaitait arriver à arracher à la belle cette nostalgie que la distance avec les siens avait su créer. Elle faisait partie de la famille désormais, louve au pelage du sable de ses origines. Membre de cette meute à laquelle Mika était entièrement dévoué, c’était tout naturellement qu’il s’était fait une place. Particulièrement incombé de cet instinct protecteur lui faisant si aisément montrer les crocs pour ses proches, il en était venu à se faire gardien de la progéniture de Mayssa. Même installé dans la voiture, conversant gaiment, mais toujours avec retenue, avec la brune, à l’instar de sa mère, il gardait un œil sur Elyas. Le poupon semblait apprécier son oncle, le loup dont les crocs semblaient disparaître une fois l’enfant à portée. Il s’amusait si bien avec ce dernier qu’au creux de ses bras, il n’hésita pas à porter une main vers la bouche de Mika. Se laissant faire face au louveteau en devenir, il fit mine de lui croquer un doigt sous le regard attendri de sa mère. Reportant l’océan de ses prunelles sur la jeune femme, la moitié de la main du bébé coincée en douceur entre ses lippes, il le libéra pour dire : « Pas même le temps d’avoir fait ses dents qu’il essaye déjà de montrer qui est le chef. » Contemplant une seconde de plus l’enfant soigneusement coincé entre ses bras, il ne pouvait s’arracher cette impression terrifiante qu’il allait écraser cette lueur de vie placée là. Comme bien trop souvent, malgré l’affection qu’il ressentait pour le gamin, Mika rendu le bambin à sa mère, lui offrant un sourire gêné le paysage défilant par les fenêtres sans qu’ils n’aient à se soucier de rien.
Quelques minutes plus tard, délié du poids reposant trop lourdement sur ses épaules entre les murs de la demeure Wolffhart, ce fut collé à la vitre que le loup observa son arrivée au domaine Abdelaziz. Des étoiles dans les yeux, le brun incapable de camoufler la galaxie cachée à même le bleu de ses prunelles, il contemplait les lieux déchiré entre l’image qu’il s’était fait de cette famille et celle qu’il s’apprêtait à affronter.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




we're losing our sense of home (mayssa) Empty
MessageSujet: Re: we're losing our sense of home (mayssa)   we're losing our sense of home (mayssa) EmptyVen 19 Aoû - 18:02

we're losing our sense of home
Mayssa n’aime pas voir quelqu’un aux abords du berceau de son fils, surtout dans une maison qu’elle considère encore comme étrange, inconnue. Elle supporte mal qu’il soit seul avec une ou un autre, n’accorde que difficilement sa confiance. Elle n’est pas de ces mères qui, se délectant de l’admiration dans les yeux des invités, refile son poupon de bras en bras, l’abandonnant aux bisous de grande-tantes ridées et autres tortures. Bien sûr qu’elle aime qu’on porte de l’intérêt à Elyas, mais de loin. Alors c’est toujours une surprise (et plutôt mauvaise) de découvrir que quelqu’un s’est en son absence frayé un chemin jusqu’à la chambre du petit, jusqu’à son berceau et lui chantonne une berceuse qui lui est inconnue. La nourrice est partie depuis longtemps, Mayssa n’a quitté la pièce que pour se changer, la voiture l’attendant déjà elle et son fils devant le portail rongé par les vignes. Elle est pressée, mais c’est tout doucement qu’elle s’approche de l’oncle (éloigné) et son neveu, pour ne pas briser cette scène intimiste, cette démonstration simple et discrète d’une affection qui n’a pas besoin de grand étalage pour exister pleinement. La jeune mère est touchée, elle veut laisser Mika terminer, elle veut entendre un peu plus longtemps Elyas gazouiller d’admiration devant la voix du louveteau qui surplombe son petit nid. Et quand elle arrive juste derrière lui, quand il s’arrête découvrant qu’il n’est plus seul, elle n’a pas le cœur à lui arracher Elyas, elle n’a pas le cœur à l’abandonner. Et spontanément, en récupérant son fils de son berceau, sa petite tête tout contre son cœur, elle lui propose de venir. Et même si ce n’est pas prévu, ce ne sont pas des paroles en l’air. De tous les prédateurs de la maisonnée, il est celui qu’elle souhaite le plus emmener découvrir le château de son enfance, celui qui mérite le plus de visiter l’antre des briseurs de chaînes. C’est en sa compagnie peu exigeante qu’elle veut passer son après-midi. C’est un changement de paysage qu’elle veut offrir aux yeux cernés du jeune homme qui, à ne pas en douter, a passé une rude nuit.

Elle n’a pas peur de sourire dans la voiture, le trajet filant vite quand elle a pour distraction le spectacle des jeux entre Elyas et Mika. Elle n’a pas cette boule au ventre quand elle voit l’infant dans les bras de son cousin par alliance. Elle est prête à le récupérer à tout moment, mais se complaît bien de les laisser ensemble. Et comme souvent ce n’est pas elle qui écourte leur moment, mais Mika lui-même qui le lui rend comme si soudain couvert de porcelaine le bébé risquait de se briser à tout instant. C’est peut-être parce qu’il est capable de tant de précautions qu’elle lui fait confiance avec Elyas. Ou c’est peut-être parce que le jeune homme s’est bâti une petit place dans son cœur bien avant la naissance d’Elyas, en n’ayant rien besoin de faire d’autre que d’exister, d’être là, prêt à l’écouter, sans rien demander en retour.  C’est le premier loup qu’elle a su apprivoiser. Ou plutôt, c'est elle qui, sans savoir trop comment, s'est faite apprivoisée par lui. “ J’espère que ça ne sera pas décevant. ” De son temps passé à décrire sa famille et son histoire, la description du château qui l’a vue grandir n’en représente qu’une infime fraction. Il n’a que peu sa place dans les récits d’aventures dans le désert. Mais lui aussi est empli d’histoire, de l’histoire récente de ces briseurs de chaîne venus libérer un autre peuple, l’histoire des gens qu’elle aime plus que tout, sa famille, ses parents, son frère, ses oncles, ses cousins. Ce château est important, parce que c’est chez elle. Et depuis son mariage, elle n’y met plus souvent les pieds. Elle est occupée, elle travaille, elle doit s’intégrer dans son autre famille. Elle n’a pas besoin de dire à Mika l’émotion que c’est pour elle aussi de voir apparaître la bâtisse. Elle s’est fait une place dans la meute, grâce à lui, mais ici ce sera toujours chez elle. Désormais il n’y a plus que les filles qui soient forcées d’abandonner leur chez elles pour la maison de leur maris, mais ce sont encore elles en grande majorité qui portent ce fardeau. Et elle se demande comment un loup attaché sa meute prendrait d’avoir à les quitter de la sorte. Encore qu’à bien des égards elle a de la chance, de ne pas être si loin, d’être restée dans la même région. Elle demande à s’arrêter là: inutile de s’engouffrer dans l’allée, elle préfère traverser le parc à pied, lui montrer le saule gardien des nombreux secrets échangés avec Balthazar, le parterre de lilas ravagé par les jeux de marelle avec ses cousines, la petite mare qui, couverte de feuilles, disparaît presque à l’automne et dans laquelle elle a failli se noyer à quatre ans. Elle veut lui montrer la fenêtre de sa chambre tout là haut et spéculer sur la personne qui l’occupe désormais. Ce sont ses parents qu’elle est venue voir et pourtant elle songe déjà à mille choses qu’elle peut lui montrer et dont elle peut lui parler, avant de faire son entrée dans la demeure. “ De toute évidence ce n’est pas nous qui l’avons fait construire. ” fait-elle après avoir installé son fils dans sa poussette et de commencer sa traversée de l’imposante propriété. Le château Wilhelmshöhe a eu une vie avant les Abdelaziz ainsi qu’en témoigne le style de son architecture. Une vie dont elle préfère néanmoins laisser la découverte à un autre jour. “ Viens, je vais t’emmener voir la cascade. ”  Au pied de la statue de la Rose - ayant autrefois représenté Hercule - là où elle avait l’habitude de prier quand elle était petite, s’étend une myriade de jeux d’eau dont une cascade qui descend sur toute la longueur d’une charmante colline. “ La dernière fois que j’y ai emmené Elyas, il a adoré. ” Difficile de prétendre parler des goûts d’un enfant de six mois, mais les éclats de rires cristallins laissés échapper par son fils la rendent assez sûre de son fait. Ce n’est toutefois pas qu’à lui qu’elle pense en avançant ce choix de destination. La température estivale se prête tout particulièrement à une escapade rafraichissante. Peut-être trouveront-ils d’ailleurs de ses cousins ou petits cousins là-bas. Pour une fois, elle espère presque que ça ne soit pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




we're losing our sense of home (mayssa) Empty
MessageSujet: Re: we're losing our sense of home (mayssa)   we're losing our sense of home (mayssa) EmptyMar 23 Aoû - 21:11


these words aren't made for
anyone else but your family
Sometimes he tries to reassure himself that it's all still there. Almost times he just cries to himself sunk deep into his chair. Tell your brother you're listening to his dreams. Tell your sister she is all you need. Tell your mother she is the only one. And your father has made you all that you've become.

Il était encore un peu trop craintif le louveteau. Ce dernier préférant longer les murs et éviter le troupeau plutôt que montrer ses dents à l’éclat d’une lune ne s’éteignant jamais au-dessus des Wolffhart. Il était timide, encore un peu trop juvénile pour son statut d’ainé, encore un peu trop innocent pour pleinement prendre part à ces jeux de pouvoir qui divisaient et rassemblaient les plus grandes familles d’Allemagne est d’ailleurs. Il aimait bien vivre de manière cachée le brun, sans jamais entièrement se dévoiler. C’était surement pour cela qu’il s’était introduit dans la chambre du bambin lorsque celle-ci était vide. Il préférait la simplicité des échanges à l’abri des regards Mika. Il appréciait à leur juste valeur la simplicité des mots n’ayant à n’être que pour deux interlocuteurs partageant un instant de connivence qu’aucune paire d’yeux aguerrie ne pourrait comprendre. Il s’était arrêté en sentant Mayssa dans son dos. Gêné, légèrement désarçonné d’avoir été pris sur le fait, il ne fut pas effrayé par la récemment intronisée louve prête à protéger son gamin au prix de sa fourrure. Il savait bien que la mère était de l’étoffe de ce personnage légendaire ayant éduqué les bâtisseurs de Rome. C’était toujours avec énormément de plaisir, une certaine fierté lui gonflant le poitrail que Mika ne voyait pas l’ancienne Abdelaziz montrer les crocs. Il avait réussi à se faire une place aux côtés de l’étrangère, s’effaçant dans la tapisserie de son quotidien afin de devenir une variable constante dont elle ne pourrait se lasser.
Comme à l’accoutumée, Mayssa semblait désireuse de lui offrir un peu des constellations tatouées à l’encre de ses yeux le long des détours de son passé. Humble visiteur se repaissant des fresques sans nom que son ainée avait déjà tracée à partir de rien, n’usant que de ses mots pour l’amener à des lieux de cette demeure, de ce pays, c’était peut-être trop avare qu’il souhaitait en savoir plus, en apprendre plus. La Wolffhart par alliance semblait avoir un don pour mettre de la couleur dans la morosité de son cadet. De ses mots, de sa douceur, elle arrivait à ce que le brun se sente assez en confiance que pour se laisser bercer par ses projets, ses histoires qu’elle ne semblait jamais lassée de raconter. Elle lui donnait l’espace d’être là où beaucoup l’obligeait à exister. Alors, sans toujours s’en rendre compte, il se mettait à prendre de la place Mika. Pareil à un tableau qu’on se serait décidé à rénover, retirant la poussière, retirant les années gravées à même les fibres les plus profondes de son être. Il se mettait à briller simplement et ce n’était pas une mince à faire. Adouci par le bambin, ses jeux d’enfants avec ses cousins lui revenant à la mémoire, il se rappelait les instants partagés avec ses sœurs, ce rôle d’ainé qu’il avait dû assumer. Toutefois, ce n’était pas son enfant, pas même celui des membres les plus proches de sa famille. Il se contenait alors. Comme il le faisait toujours. La bienséance le rappelant à l’ordre alors qu’il prenait conscience qu’un jeune homme de son âge grimaçant devant un gamin pour le faire rire devait paraître bien futile. De toute manière, Elyas semblait bien plus à l’aise dans les bras de sa mère, petite chose encore fragile n’ayant de lien avec le monde des grands que par ce cet amour que sa génitrice lui portait. Il ne se souvenait plus de cela le Wolffhart et, parfois, ça lui manquait de se dire qu’il y aurait toujours quelqu’un au-dessus de lui pour le rattraper s’il venait à chuter. « Je suis certain qu’en comparaison avec l’aspect rustre de notre demeure, je ne peux qu’être émerveillé. » Il avait un brin de malice dans la voix le louveteau, des étoiles dans le regard à l’idée de pouvoir gouter un peu d’ailleurs au sein de son Allemagne natale. Il avait envie de savoir, d’apprendre, tout découvrir pour combler le vide par la connaissance, le néant par le savoir. Il n’était rien de plus qu’une éponge et il se gorgeait de ce qu’il voyait, de ce que Mayssa lui disait. Il épongeait jusqu’à ne plus pouvoir, mais dans le fond il ne pouvait pas savoir.
Il avait toujours vécu dans la demeure familiale. Jusqu’à la fin de ses jours il s’imaginait prospérer là comme ses parents avant lui. Il était un homme, portait le nom du clan comme un fardeau et se devait d’assumer sa place d’ainé peu importait ce que cela signifiait. Mika ne pouvait dès lors pas comprendre cette nostalgie prenant les yeux de Mayssa parfois. Il ne pouvait comprendre cette émotion qu’elle avait à la vue de son ancien foyer. Il faisait de son mieux pour imaginer le myocarde se serrant, les prunelles qui ne demandait qu’à couler. Pourtant, le brun restait froid, rien de plus que des alizés battant la forêt en son thorax, faisant mugir les feuillages dans ses poumons. Mika était un loup et comme de nombreux loup sa meute était son unique foyer, celle-ci vivant protégée à l’abri des murs de leur demeure usée par la vie. C’était pourquoi il était si émerveillé le gamin. Les yeux grands ouverts, les mains tendues pour recevoir ce que la vie lui offrait. Il sortit de la voiture la tête haute, les épaules carrées. Malgré lui, le brun reprenait son costume d’apparait, laissant ses poils s’hérisser comme ils le faisaient souvent alors qu’il était en public. Il n’en était pas moins émerveillés par ce qu’il voyait, l’architecture différente de cette maison qui avait été son unique horizon toute sa vie durant. Il le montrait simplement moi, gardant ce sourire poli que ses parents lui avaient appris à afficher lorsqu’il le fallait. Surpris par la voix de Mayssa s’élevant à nouveau dans son dos, le garçon tout en silence alors que la jeune femme semblait n’être qu’en musique, un éclat de rire surpris s’échappa de ses lippes retroussées face à sa remarque. « Ca serait en effet étonnant que vous soyez à l’origine de cette bâtisse. » Lui emboitant le pas avec la démarche raide et rigide ancrée dans sa chair par des entrainements trop nombreux depuis de trop nombreuses années, il avait l’impression de faire tâche dans le décor. La nature semblait en émoi, le jeune Elyas dévorant de ses grands yeux ce qui était à sa portée alors que les adultes avançaient dans un silence serein jusqu’à la fontaine évoquée par la brune. « Tu l’emmènes souvent voir ta famille ? » La question démangeait étrangement Mika, ce dernier cherchant dans ses souvenirs les rares fois où sa mère avait fait le voyage avec lui jusqu’à la demeure des Quispe. Dans ses souvenirs, ses sœurs avaient eues plus de chance, découvrant les lieux à plusieurs reprises quand lui restait auprès de son père, rattrapait ses leçons. Il était l’éternel dernier, restant en arrière quand les plus jeunes partaient avec leurs belles robes et leurs éclats de rire innocents. Il semblait avoir passé sa jeunesse à être trop vieux et maintenant qu’il était en âge, il ressemblait à un gamin. Traçant de ses prunelles la cascade dont Mayssa venait seulement lui parler, il s’imaginait sans mal les rires d’enfants ricochant contre la surface de l’eau alors que les plus jeunes cherchaient en sa proximité un moyen de se ne pas subir l’air lourd et pesant des étés les plus dérangeants. C’était simple, c’était beau. Une parenthèse naturelle se fondant dans le décor avec grâce et élégance, laissant le brun imaginer aisément sa cousine par alliance se fondre dans celui-ci aussi. « A quels genre de jeux la jeune Mayssa pouvait-elle bien s’adonner au bord de l’eau ? » La voix était malicieuse, plein d’entrain pour cette porte sur le passé qui s’ouvrait devant lui.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




we're losing our sense of home (mayssa) Empty
MessageSujet: Re: we're losing our sense of home (mayssa)   we're losing our sense of home (mayssa) EmptyMar 30 Aoû - 23:16

we're losing our sense of home
« Tu l’emmènes souvent voir ta famille ? » Pas assez. Mais rien ne sera jamais assez tant qu’elle ne vivra pas ici directement, tant que son fils ne grandira pas sous la protection de ses grands-parents maternels. Elle ne veut pas trop en dire, elle ne veut pas vexer le loup. Ce n’est pas qu’elle n’aime pas sa famille adoptive, qu’elle ne s’y sent pas bien ; elle a appris à s’y faire, elle s’y est fait des alliés, certains de taille, d’autres moins. Mais bien sûr rien ne peut remplacer sa véritable famille, rien ne pourra jamais véritablement lui enlever son pincement au cœur. Les autres, les non-purs ne vivent pas avec leurs parents toute leur vie, peut-être que si elle vivait comme ça, elle serait capable de voir les choses autrement, de ne pas regretter autant le château de Wilhelmshöhe. Cependant comme elle doit vivre avec ses beaux-parents, elle ne peut que penser que les choses auraient pu être inversées comme pour sa cousine Isis et elle ne peut que trouver le système profondément injuste. « A quels genre de jeux la jeune Mayssa pouvait-elle bien s’adonner au bord de l’eau ? »  Elle esquisse un sourire malicieux alors que la cascade entre dans son champ de vision et qu’elle voit qu’ils pourront continuer leur balade seule un moment ; les enfants ne sont pas là. « La jeune Mayssa avait peur de l’eau pendant un moment. » avoue-t-elle distraitement, les yeux rivés sur le passé. The age of innocence.

« Il y avait une petite mare plus loin, vraiment pas grande, profonde de…je sais pas un mètre cinquante ? » Elle sourit, ça lui semble être si peu aujourd’hui. « À l’automne, quand les feuilles tombent, elle se confond avec l’herbe autour, on ne voit plus l’eau, c’est facile de mettre un pied dedans et…pour une gamine de six ans, de tomber dedans complètement. » Pendant longtemps elle n’osait pas raconter l’histoire, le souvenir était douloureux, vingt ans plus tard elle se souvient encore parfaitement de la sensation de suffocation, l’eau dans ses poumons, jusqu’à ce que son frère lui attrape la main et la hisse hors de l’eau. « J’ai refusé de nager pendant deux ans après ça. » Ce qui a surtout signifié deux été insupportables, loin des jeux d’eau des autres enfants de la maisonnée. Et elle avait entraîné Balthazar dans cette abstinence, refusant d’être la seule à souffrir de la chaleur. Parfois elle se dit que c’est étrange qu’elle ne tolère finalement que si peu le soleil allemand quand ses ancêtres ont traversé le Sahara pour certains et viennent du Pérou pour d'autres. On ne peut pas dire que la résistance à la chaleur n’est pas dans ses gènes. « Je refusais de m’approcher de trop près de la moindre fontaine. » Elle sourit et hausse une épaule. « Et puis j’ai appris à ne plus avoir peur, petit à petit, en trempant mes doigts dans la cascade pour balancer un peu d'eau sur mes cousins. » Jusqu’à ce qu’on la balance purement et simplement dans l’eau, encore tout habillée et qu’au lieu de hurler, elle éclate de rire. Son sourire s’atténue ; Elyas n’aura pas les mêmes souvenirs. Il ne jouera ici qu’une fois par mois tout au plus, il apprendra à connaître ses cousins Wolffhart, même éloignés, avant même le fils de son frère à elle.  « J’essaye d’emmener Elyas voir mes parents assez régulièrement, une fois par mois au moins, sinon c’est ma mère qui se déplace. J’aimerais qu’il apprenne à connaître cet endroit, qu’il le considère comme une deuxième maison. » Qu’il n’oublie pas son sang Abdelaziz et tout ce qui va  avec, la culture, l’histoire, les idéaux. Tout, jusqu’à ses prénoms a été pensé pour. Elle arrête la poussette au bord de la chute d’eau et esquisse un sourire alors que quelques gouttelettes lui dégringolent dessus. La sensation est délicieuse. « C’est vrai qu’on a pas construit le château. » C’est vrai qu’il était magnifique avant qu’une génération d’Abdelaziz qu’elle n’a pas connu débarque en Allemagne. « Mais on a changé quelques éléments du décor, notamment la statue là haut. » Elle pointe le haute de la colline et la statue de sa déesse. « J’ai toujours aimé la louve aussi ceci dit. » Avoue-t-elle tout en inclinant légèrement la tête en direction de la représentation de celle qu’elle a vénéré toute son enfance. Elle ne ment pas ; elle a toujours été fidèle à la Rose, à Wassima, mais son respect pour Aleksandra la déesse des Wolffhart n’est pas feint, elle l’a longtemps admirée et certains de ses préceptes la guident depuis qu’elle est gamine. Mais ce qu’elle veut dire par cet aveux, c’est que malgré sa nostalgie, malgré ses propos teintés d’une certaine amertume parfois, elle n’est pas malheureuse, pas vraiment, dans sa famille d’accueil. Elle a toujours aimé la louve ; elle n’a jamais détesté les Wolffhart. Au contraire.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




we're losing our sense of home (mayssa) Empty
MessageSujet: Re: we're losing our sense of home (mayssa)   we're losing our sense of home (mayssa) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

we're losing our sense of home (mayssa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Dans le jeu :: Saison 1-