Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum
Le Deal du moment :
Sélection d’ebooks gratuits en ...
Voir le deal

Partagez
 

 Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:25


Mayssa Waaliyah Wolffhart
سلاسل الكسارة - Sprengerin der Ketten
— Prénom(s): peu importe la bague à son doigt, peu importe le nouveau patronyme qu'on lui offrira et sa nouvelle allégeance, le rappel à ses origines sera là a-t-on décréter en choisissant deux prénoms arabes. Mayssa, c'est celle qui marche fièrement, c'est le souvenir de la détermination avec laquelle ses ancêtres ont brisé leurs chaînes. Et parce que les femmes ont depuis longtemps une place de choix chez les siens, Waaliyah la présage dirigeante, une leader à part entière. — Nom: Wolffhart est son nom sur le papier, le nom de son mari, le nom de son fils et elle l'a accepté sans broncher, mais Abdelaziz elle est née et Abdelaziz elle restera quoiqu'elle n'oublie pas sa mère et les Quispe dont l'améthyste reste sa couleur et sa pierre de prédilection. — Age: vingt-six printemps bien remplis, la jeunesse encore belle, un visage encore loin de voir ses premières lignes se creuser.  — Date et lieu de naissance: la rose des sables est née dans à Cassel, fief des Abdelaziz, un premier mai une couronne de fleurs pourpres dans les cheveux, l'odeur du muguet dans les narines. — Etat du sang : une pureté perçue par ses yeux d'ambre comme un simple détail technique, une parenthèse qu'il fait bon de pouvoir mentionner dans l'État dans lequel elle vit, mais qui ne devrait pas compter plus que cela. Et pourtant quand bien même elle aurait eut le choix, elle n'aurait pu se voir épouser qu'un pur, les traditions étant bien trop ancrées en elle pour qu'il en soit autrement. — Statut civil : épouse depuis peu de l'aîné de la branche mineure des Wolffhart, pion servant à faire perdurer l'alliance ancienne des deux familles, certains considèrent qu'elle est plutôt bien lotie. Elle-même apparaît plutôt contentée de son état de femme mariée et a, il y a six mois, mis au monde un petit garçon, remplissant ainsi à merveille sa part du contrat. — Emploi: petite elle se rêvait danseuse étoile ou autre artiste du genre, mais son pragmatisme l'a vite rattrapée et elle s'est assez tôt embarquée dans une carrière dans le monde de la justice en tant que procureur de la République - à l'époque - chargée de poursuivre en justice les criminels. Cela lui plaisait bien jusqu'à ce qu'elle ne devienne protectrice d'un intérêt qui diffère considérablement du sien d'une Justice qu'elle ne considérait pas juste et qu'elle doive s'en prendre à des mêlés ayant brisé une loi qu'elle considère inacceptable. Elle convoite ainsi le poste de juge depuis quelques mois, emploi qui lui permettrait selon elle de mettre à exécution la Justice telle qu'elle la conçoit: plus équitable et moins discriminatoire. — Niveau de richesse : l'opulence dans laquelle elle est née lui manque un peu dans sa nouvelle demeure. Quoique les Wolffhart soient loin d'être pauvres, ils sont loin de faire partie des plus riches et pour avoir connu mieux elle le ressent, sans pour autant s'en plaindre; elle vit très bien de son propre revenu de toute façon. — Dieu affilié : Son père aime Wassima la rose, sa mère adore Ainhoa la montagne et la famille de son mari suit Aleksandra la louve depuis toujours. Influencée plus par la nature forte et maîtrisée de la rose c’est elle que Mayssa sert en priorité, quoiqu’elle ne néglige pas la louve dont les préceptes de solidarité familiale l’ont toujours beaucoup influencée.  — Lieu d'habitation : depuis son mariage elle vit dans le repère des loups à Frankfurt. — Camp politique : dans un foyer progressiste où néanmoins l'on se refuse à taire l'histoire de la famille, taire les batailles vécues sur des terres qui semblent désormais lointaines, où la révolte des esclaves et la couronne ensuite offerte ne sont jamais oubliées, l'importance de la démocratie fut vite enseignée à la gamine et l'égalité de traitement entre pur et mêlé devint pour elle un plus qu'un simple idéal: un principe inébranlable. Alors comme la majorité des Abdelaziz elle est partisane d'un autre régime pour l'Allemagne qui l'a vu naître et soutient ainsi les Wolffhart. — Traits de caractère : érudite, juste, charismatique, curieuse, espiègle, rusée, déterminée, fière, orgueilleuse, persuasive, bavarde, diligente, possessive, indécise, loyale, sévère, optimiste, coquette, gracieuse, impulsive, méfiante, faussement douce, aimante, créative, généreuse, envieuse, condescendante, sensible, forte, tenace,vive, travailleuse, téméraire, opiniâtre, manichéenne, autoritaire, indépendante, souriante.  
A très mal vécu d’avoir été arrachée à sa famille à neuf ans pour aller à l’école de magie, elle a boudé pendant presque une année entière avant de finalement embrasser pleinement cette offre d’indépendance. ∆ Elle déteste presque viscéralement l’Empire et les Rosenwald qui le personnifient, mais elle ne le laisse évidemment savoir qu’à de rares privilégiés.  ∆  Elle n’a que peu d’empathie pour les Mêlés qui se complaisent de leur position et n’est pas prête à les défendre malgré eux. Briseuse de chaîne oui, mais uniquement pour ceux qui sont prêts à se battre pour. Si elle est plutôt hostile à l’idée d’en employer un à son service ce qui ne l'empêche pas d'en avoir quelques uns qu'elle paie généreusement. ∆ Quoique ses idéaux soient ceux de la tolérance et de l’égalité entre tous, elle est d’une fermeture d’esprit rare. Tout ceux qui ne se montrent pas aussi ouverts qu’elle ont automatiquement tord sur toute la ligne et sont foncièrement mauvais. ∆ Grande lectrice depuis toute jeune elle a dévoré la quasi-totalité des livres traînant chez les Abdelaziz et s’attaque quand elle a le temps à ceux des Wolffhart. Elle n'a évidemment pas la prétention de pouvoir en dire autant de celle des Quipse, certainement l'une des plus riches au monde, mais elle a plusieurs fois par le passé su jouer de ses droits pour avoir accès à la bibliothèque impériale à l'instar de ses cousins et grand-parents maternels. ∆ Elle a tendance à largement préférer les sorciers étrangers aux autres, peut-être un résultat de son métissage ethnique et du passif des Abdelaziz. Ce brassage ethnique fait qu'elle parle l'Arabe et l'Espagnol aussi bien que l'Allemand. ∆ Fourre constamment son nez là où il ne faut pas, mais a depuis toute jeune développé un talent pour effacer ses traces. ∆ Mélomane à ses heures, elle a elle-même à trois ans émis la volonté d’apprendre le piano et n’y a jamais renoncé, ajoutant même plus tard la harpe à ses leçons. Elle chante également plutôt bien, mais fera rarement l'honneur à quiconque d'une démonstration. ∆ A fait une véritable et terrible crise de panique en apprenant sa grossesse. Persuadée de ne pas avoir la fibre maternelle, d'être vouée à devenir une mère affreuse, n’ayant pas rêvé d’un enfant depuis qu’elle-même jouait à la poupée quand elle était gamine. Finalement elle est tombée sous le charme de son petit bout. ∆ A souvent quelque chose dans la bouche que ce soit une cigarette, une sucette, ou un brin d'herbe ∆ Aime donner des surnoms ridicules à ceux qu'elle apprécie, son fils est évidemment aujourd’hui en première ligne ∆ Ce qu'on voit d'elle est rarement la vérité, elle maitrise très bien ses expressions faciales et est une excellente menteuse. Assez douée lorsqu’il s’agit de lire les gens, elle sait dire ce qu’il faut à la bonne personne pour obtenir ce qu’elle désire. ∆ Féministe jusqu'au bout des ongles, à ses yeux la loi passée en 2007 était loin d’être suffisante et déjà à dix-sept ans elle était prête à militer pour plus, quitte à devoir supporter - comme moindre mal et sur ce point là uniquement - Hermila Rosenbach. ∆ Plus stressée qu'elle ne le laisse voir et qu'elle ne l'admet, elle a beau vivre dans le déni constant, son corps, lui, ressent la tension qu'elle refuse de voir et elle est ainsi constamment fatiguée. ∆ Elle voulait devenir procureur afin de représenter la République et son droit qu’elle estimait juste. Elle était connue pour être absolument redoutable malgré son jeune âge et sa bouille innocente, une “furie” devant laquelle aucun accusé ne voulait se retrouver. Pourtant ce sont bien des idéaux de Justice qui l’ont d’abord attirée, une justice un peu étriquée parfois; ce n’est pas à elle de mener l’enquête après tout, mais bien de s’assurer que l'accusé pointé du doigt par la police soit puni. S’il y a erreur sur la culpabilité, elle s’en lave les mains.  ∆ Cependant les choses ont changé au retour de l’Empire. Elle a désormais l'impression d'être du mauvais côté dans les procès. Nul à la voir ne la croirait naïve et pourtant son désir de devenir juge désormais que les Rosenbach ont repris le pouvoir, par envie d’assouvir son instinct de justicière relève bien d’une naïveté folle. En effet, si elle obtient le poste convoité et ose un jour contrevenir à la loi ou ne serait-ce que l’assouplir un peu trop nul doute qu’elle s’attirera les pires ennuis. ∆ Plus intelligente qu'elle n'y paraît, si ça l'a d'abord agacée d'être constamment sous-estimée, elle a finalement appris à en jouer, prenant ainsi par surprise ses adversaires. ∆ Jalouse et envieuse, elle est féministe, mais n'adhère que rarement à l'esprit de corps et voit souvent les autres femmes comme des rivales, ce qui fut longtemps le cas dans le monde machiste dans lequel elle a grandi. ∆ Elle était partisane de la fuite quand les Rosenbach sont revenus, aussi extrêmes qu’avant, mais elle était déjà mariée aux Wolffhart, déjà enceinte de plusieurs mois, elle ne pouvait partir seule sans mouvement général des Abdelaziz. Il lui a fallu quelques mois pour voir l’opportunité, le défi qu’il y avait à tenter de réformer cette terre natale, mois passés pour la majorité en congé maternité loin du Palais de Justice. ∆ Égalitaire avant d'être partisane d'équité, à défaut d'avoir une Justice parfaite elle se dit que si tout le monde est logé à la même enseigne il y a moins de risquer de créer de nouvelles inégalités. Un système trop fondé sur l'équité lui semble dangereux en ce qu'elle se méfie de l'Homme et de sa capacité à être impartial et songe que si un tel idéal d'équité était atteint il serait compromis par les disparités entre les juges. Tant pis si l'égalitarisme, le communisme promu par les Wolffhart, cause quelques problèmes, c'est toujours mieux qu'un système discriminatoire, toujours mieux que ce qui est proposé par tous les autres.
— Charisme : peut-être le doit-elle à l'exotisme de ses traits, à la grâce naturelle avec laquelle elle se meut, ou à ses manières travaillées, toujours est-il qu'elle a toujours su attirer l'attention en bien comme en mal, un atout qui fait que généralement, quand elle parle on l'écoute.
 — Persuasion : battements de cils, minauderies, petites voix innocentes, ou argumentaire un peu plus franc, la jeune femme a toujours su y faire, retourner des situations, des personnes, faire basculer les décisions en sa faveur toute en finesse. Une compétence utilisée tous les jours au tribunal quand elle se bat pour inculper ceux que l'on amène devant elle, mais aussi dans sa vie  privée. C'est ainsi (qu'après avoir hésité avec l'argumentaire plus tranchant selon lequel le mettant au monde elle devait avoir le droit de nommer son enfant) qu'en toute subtilité elle parvint à persuader plus qu'à convaincre son époux de choisir les deux prénoms de son fils. — Espionnage : quand on est petite et menue c'est facile d'écouter aux portes et quand on a pris l'habitude, c'est difficile d'oublier de laisser traîner ses oreilles un peu partout et quand le climat devient hostile à ses idéaux l'envie prend vite d'en apprendre le plus possible sur ses ennemis.  
— pseudo : stoneheart. — âge : 21. — pays : france. — disponibilité : quasi-quotidienne. — personnage : inventé. — avatar : aiysha hart, cependant j'hésite désormais aussi avec emeraude toubia  Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1600000635 . — crédits : tumblr.  — commentaires ou suggestions ? : écrire ici.
(c) light of the seven

   



Dernière édition par Mayssa Wolffhart le Lun 15 Aoû - 22:45, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:25


يارايح
see they can trigger me but they'll never figure me out


C’est ma place. ” Le petit garçon, une main en visière sur son front pointe du doigt la part d’ombre accaparée par la gamine au teint basané.“ Ah ouais ? Bas mes ancêtres c’était des esclaves. ” Fait-elle le plus naturellement du monde, sans bouger d’un millimètre. Il cligne des yeux, incapable de voir le rapport avec le fait qu’elle se soit installée à sa place sous le saule pleureur. Néanmoins il semble savoir qu’il n’a pas intérêt à discutailler avec la gamine et son air impassible et s’installe à côté, moins à l’ombre, tant pis. Il a l’habitude de ses manières de princesses et de ses décrets impossibles à comprendre. Elle l’agace, il l’aime bien. Mayssa soupire d’aise, petite provocation certainement qu’il ignore du mieux qu’il le peut. Le fils du jardinier n’a le droit - comme dans beaucoup d’autres familles - de jouer sur les terres de la famille employant son père que pourvu qu’il ne cause pas d’ennui. Et même si Mayssa n’ira jamais dire qu’il l’ennuie - ou mentirait alors de façon éhontée - il a intérêt à ne pas trop répondre à ses défis. “ Je croyais que tes ancêtres étaient rois ? ” Elle esquisse un sourire. “ Aussi. ” Elle arrache une petite fleur de son nid d’herbe et joue distraitement avec les pétales. “ Comment c’est possible ? ” Elle étouffe un petit rire, comme surprise par son innocence. Elle a grandit avec ses histoires et pense que tous ceux qui l’entourent aussi. “ Ils étaient esclaves, ils ont brisé leurs chaînes, on a voulu en faire des rois. ” Elle s’arrête un instant, s’imagine à l’époque des Pharaons d’Égypte, puis voit ses ancêtres arriver en Algérie. Elle rêve de ces terres d'Orient qu'elle n'a jamais vu, du sable chaud sous ses pieds nus, du soleil ravageur sur sa peau faite pour le contempler. “ Le plus beau dans tout ça c’est qu’ils en ont pas voulu. Après quelques générations ils ont établi une oligarchie choisie par le peuple. ”  Simplification ridicule de siècles d’histoire. Elle en connaît pourtant les détails sur le bout des doigts, mais les détails n’importent pas. “ Tu pourrais toi, tout avoir et y renoncer parce que c’est mieux pour les autres ? ” fait-elle sans cacher l’admiration qu’elle a pour ses ancêtres. Lui, il hausse les épaules, apparemment peu impressionné, pour ce qu'il en sait tout ça peut bien avoir été inventé par l'un de ces fameux ancêtres. “ Je saurais pas dire, j’ai pas tout. ” Elle fronce le nez, il passe à côté du problème. Elle pense à repasser à l’attaque, mais renonce finalement, décidant que ça n'en vaut pas la peine. “ Personne n’a tout aujourd’hui. ” Du moins est-ce ainsi que la fillette de huit ans voit la République, ainsi qu’on lui en parle, ainsi qu’elle la comprend. S’il y a un nom, un homme à la tête de l’État, il n’a pas “tout” de la même façon que les empereurs d’antan. “ Et c’est tant mieux. ” Personne ne serait capable de faire ce qu’il faut. Personne ne vaut les Abdelaziz.

Si j’ai une fille je l’appellerai Isra. Ou bien Leïla. ” les fillettes sirotent leur thé à la menthe installées sur un canapé du salon. Elles n’ont pas exactement le même âge, mais dans sa grande bonté d’âme l’aînée - Mayssa - n’en fait pas grand cas. Elle parle à sa cousine comme si elle lui faisait la leçon, le nez levé et un petit sourire sur les lèvres. C’est que c’est une grande maintenant, elle va à l’école en Bavière, voit du monde et tresse sa jolie crinière brune toute seule. “ Tu en auras peut-être deux. ” propose l’autre. “ J’espère pas, une c’est bien suffisant. ” fait Mayssa très sûre d’elle, comme persuadée qu’elle pourra choisir, parce que gamine déjà elle déteste que quelque chose lui échappe. Elle aime tout comprendre, mais aussi tout contrôler et l’idée qu’elle ne puisse choisir le sexe ou le nombre d’enfants qu’elle aura la dépasse complètement à tel point qu’elle préfère ignorer la chose. “ Et des garçons t’en veux combien ? ” enchaîne sa puînée avec curiosité. “ Aucun. ” La réponse vient du cœur. “ Aucun ? Mais tu sais bien qu’il faut un garçon pour maintenir la lignée ! C’est la règle. ” Évidemment qu'elle le sait, elle se sait mieux que sa cousine même. Elle connaît déjà suffisamment bien les règles pour les détester, pour vouloir les enfreindre, elle considère déjà que c’est un scandale, une injustice. C'est même à cause de cette règle qu'elle ne veut soudain plus de garçon. Elle ne réalise pas que c’est peut-être elle qui a été trop gâtée dans un foyer où la femme n’est pas reléguée au second plan, où elle est même pensée plus forte que son alter-ego masculin, elle ne comprend pas que quiconque puisse voir les choses autrement, que le progrès prend parfois du temps. “ C’est bête comme règle. ” C’est tout ce qu’elle a à dire pour le moment, tout ce qu’elle peut dire du haut de ses onze ans, mais un jour viendra, elle en est persuadée, où elle fera beaucoup plus que parler.

Enfin décidé à faire autre chose que lui courir après ? ” la belle demande à la bête assise sur les marches le nez enfoui dans un épais bouquin. “ Je ne vois pas de qui tu parles. ” fait-il sans relever ses yeux d’azur de son ouvrage. “ Ben voyons… ” elle roule des yeux et vient s’asseoir à ses côtés sans attendre la moindre invitation. Toujours sans la moindre gêne elle lui arrache son livre des mains un air mutin peint sur ses traits innocents. Il se laisse faire cette fois comme presque toujours. Ils sont égaux ici, il est élève de plein droit même si un pavillon les sépare. Elle n’est pas pour, mais elle se concentre sur le positif, sur l’essentiel : ils sont pareils. Comme à la maison au fond où elle ne l’a jamais moins bien traité qu’un de ses cousins ou que l’enfant d’un invité. Son statut n’a pas changé puisqu’à ses yeux il a toujours été comme elle. “ Tu devrais pas être là. ” Sa proximité avec le jeune homme ne plaira pas à tous, elle le sait, ce n’est pas nouveau. Mais elle ne dérange pas sa famille et discuter avec son ami d’enfance ne cause de mal à personne. Aussi, elle ignore purement et simplement sa remarque. “ Alors où est-elle ? ” insiste-t-elle plutôt, la lèvre supérieure retroussée sur ses canines blanches, un sourire espiègle, un de ceux qu’il trouve des plus irritants. Il hausse les épaules en guise de toute réponse, décidément cet après-midi Adrian ne se veut pas bavard. “ Tu ne t’y prends pas comme il faut tu sais. Les filles c’est pas bien compliqué. ” À son tour de lever les yeux au ciel, pas convaincu le moins du monde. “ J’pourrais te montrer. ” Elle rencontre son regard d’acier liquide qui lui semble soudainement tout dévoué ; elle a son attention. Elle n’a lancé la chose que comme une boutade, comme une énième pique, mais peut-être devrait-elle la considérer avec un peu plus de sérieux. “ J’pourrais t’montrer comme ça marche, comment on marche. La première chose que tu dois faire déjà c’est d’arrêter de la suivre comme un chien. ” Déjà parce que ça ne le mènera jamais à rien et ensuite parce que ça l’agace profondément de le voir langue pendue devant elle. C’est pas Wassima réincarnée non plus. “ Par contre faut que je vois ce que tu peux m’offrir en échange, j’fais pas dans la charité. ” un doigt qui se frotte le menton, elle fait mine de réfléchir elle le sent sur le point de répliquer d’un geste similaire remplaçant néanmoins l’index par le majeur. Pourtant il rentre dans son jeu: “ J’peux faire tes dev- ” Elle l’arrête d’un signe de la main. “ Je veux même pas savoir pour quelle matière tu comptais te proposer, dans tous les cas la réponse est la même : non merci. ” C’est qu’elle a des principes d’une part et qu’elle est à peu près certaine que ses notes seront partout meilleures si elle continue de faire ses devoirs elle-même d’autre part.

Encore un dossier, mais tu finis à quelle heure ? ” un stylo entre les dents elle lui lance un regard noir. “ Chertains d’entre nous… “ elle arrache le stylo de sa bouche devant le rire moqueur d’Adrian. “ J’ai pas d’horaire c’est la beauté du métier, y a un dossier je le prends, même à la dernière minute, même si j’ai pas envie. ” Il prend à peine le soin de masquer son soupir alors qu’il se laisse tomber dans la chaise en face d’elle. “ Si t’es pas content tu peux aussi aller me chercher un café hein. ” fait-elle l’attention déjà à moitié prise par la pile de papiers sur son bureau. Il tente de mettre ses pieds sur un coin libre du meuble de bois mais elle crache comme un chat dès qu’il l’effleure et il se ravise. “ J’peux pas, je suis censé te coller aux basques. ” Ordre de son père. Une seule attaque, orchestrée apparemment par la femme d'un homme récemment condamné à plusieurs années de prison grâce à - ou à cause de, c'est selon - elle, en rentrant du travail et il s’est mis en tête que sa dernière née était en danger. S’il l’avait au moins consultée avant d’engager quelqu’un elle aurait pu lui faire savoir que même si elle est ravie de revoir un vieil ami, quelqu’un de plus silencieux, moins familier et impatient serait plus approprié pour la suivre partout. “ Tu fais un peu trop bien trop travail si tu veux mon avis. ” Marmonne-t-elle en faisant abstraction du cliquetis de ses doigts sur l’érable. Une demi-journée au tribunal et il n’en peut déjà plus c’est bien lui qui comptait passer sa vie enfermée dans un laboratoire ? Apprendre à travailler avec la distraction ambulante que représente le jeune homme ne sera pas aisé. Brusquement elle pose son stylo. “ Non sérieusement vas me - te - non pas te t’es déjà bien trop actif - prendre un café, faire une balade, t’acheter à manger, parler à un inconnu, vas faire quelque chose, sors de cette pièce, je t’assure personne n’y entre jamais de toute façon il faut passer par la sécurité pour accéder aux bureaux des procureurs, ça craint rien, j’peux pas travailler dans ces conditions, je t’appelle quand je sors. ” Pour un non-initié son discours balancé d’une traite serait quasi-incompréhensible, mais Adrian parle couramment le Mayssa-stressée et pour cause c’était souvent à lui de s’occuper d’elle en période d’examen. “ Promis.


Elle joue avec le voile de sa robe. Pour les fiançailles elle portait du violet, un mélange entre l’améthyste de sa mère et le violet plus profond de son père, deux bracelets dorés incrustés d’ambre et le loup gris de son promis sur un médaillon autour de son cou. Elle était belle, elle se trouvait immonde, parée de mille-et-une couleurs, tintant au moindre mouvement. La silhouette gracile, la jeune femme qui adorait danser aux mariages de ses cousines n'a presque pas bougé de son siège. Elle a presque plus rayonné aux fiançailles de Wissem à sa cousine maternelle qu'aux siennes. C'est qu'à l'époque elle était ravie de cette alliance ravie de les aider à se rapprocher, à s'apprivoiser, ravi d'en apprendre plus à Wissem sur les Quispe. Désormais si ça ne tenait qu'à elle il ne serait même pas invité à la cérémonie, une femme humiliée est rancunière et la blessure est bien trop récente pour qu'elle ne sache mettre fin aux hostilités. Mais elle n'a pas choisi. Vêtements comme invités comme époux. Elle n’a pas choisi la bague à son doigt, le nom à échanger avec celui qui lui a été offert à la naissance. Aux fiançailles elle ne l’a même pas regardé, pas vraiment. Libre à tous de prendre ça pour de la timidité, de la gêne. Pour elle c’était une protection, c’était s’assurer qu’elle n’irait pas courir dans l’autre sens, qu’elle se plierait à la volonté de ses parents. Parce le regarder c’est l’étudier, son son regard, son comportement. L’étudier c’est le juger et si le jugement est mauvais, il y a un risque de mettre sa loyauté et sa soumission aux ordres familiaux à rude épreuve. Les mains tatouées d’un henné noir qu’elle a elle-même tenu à porter pour l’occasion, elle joue avec ses bijoux, elle attend son heure. Ce soir elle est mariée. Ce soir elle pourra le regarder pour de vrai. Parce que ce soir elle sera enchaînée, pour de bon cette fois, pour toujours et elle ne pourra plus ne serait-ce que rêver de fuir. Ce soir ses courbes enivrantes se dévoileront à un Wolffhart pour devenir siennes. Ce soir elle ne sera plus une Abdelaziz. Alors quand il arrive pour lui faire descendre l’allée, elle s’accroche un peu trop fort au bras de son père, l’oiseau indépendant craignant finalement le départ définitif du nid. Et sa dernière prière de jeune fille va à la Rose.


Sur le carrelage glacé de la salle de bain, la jeune femme s'effondre, tremblante. Ses doigts lâchent l'objet qu'elle enserrait quelques instants plutôt, mais elle entend à peine le fracas causé par sa chute. Ses tympans vibrent dans ses oreilles, elle n'entend rien, rien d'autre que les battements affolés de son palpitant qui menace de s'échapper de sa poitrine. Elle étouffe, arrache son t-shirt de ses épaules ; rien à faire et le souffle lui manque, elle suffoque presque, la gorgée bloquée, les poumons vides. La fenêtre est ouverte, l'air frais ne manque pas, mais c'est tout comme. Toute sa vie elle a été préparée à cet instant. Longtemps elle en a même rêvé, d'avoir une poupée grandeur nature, ou un petit prince à façonner. Ce n'est pas une surprise. Depuis sa nuit de noces on s'affaire à réaliser ce but, on s'efforce d'endiguer un peu plus une alliance scellée bien avant sa naissance. Ses doigts vernis s'enfoncent dans son bas-ventre pas assez pour couper sa peau de miel, juste assez pour la faire geindre. Déjà elle ne s'appartient plus vraiment, déjà l'embryon de la vie est implanté en elle, déjà elle est condamnée à neuf mois d'abnégation et une vie entière de responsabilités. Si seulement elle pouvait, si seulement elle était capable de se débarrasser de cette intrusion, si seulement elle pouvait l'arracher de son corps, le crever comme un abcès. Mais elle n'a pas le droit, ça ne se fait pas. Elle cherche son souffle désespérément. Quelle mauvaise mère elle fera. Elle est trop occupée, elle aime trop son travail, elle est trop rebutée par la nouvelle ; ne fera-t-elle pas deux malheureux en ne se débarrassant pas de ce qu'elle couve malgré elle ? Elle doit presque ramper vers la fenêtre pour l'atteindre avant de se hisser sur ses jambes d'un effort qui lui semble surhumain. Expire, inspire. C'est tout ce à quoi elle doit penser pour le moment, tout ce qui importe. Respirer, vivre ; dans neuf mois, donner la vie.

Elle chantonne distraitement la berceuse préférée du poupon en rentrant dans sa chambre la nourrice sur ses talons. “ S’il pleure généralement c’est qu’il a faim. Son jouet préféré c’est le loup en peluche, celui qui est dans son berceau. Au moindre problème mon numéro se trouve… ” “ Sur la table de nuit. ” Complète gentiment l’employée, lui faisant poliment savoir qu’elle ne fait plus que se répéter. Son sac est prêt depuis dix minutes et cela fait déjà cinq minutes qu’elle devrait être partie pour le Palais de Justice, elle perd du temps et radote. Cela fait des semaines qu’elle prépare son retour au travail, un retour redouté pour plus d’une raison, une quinzaine de jours qu’elle teste la nourrice engagée et pourtant, son fils de trois mois dans les bras, elle ne peut se résoudre à l’offrir à la jeune femme qui lui fait face. Elle cajole encore Elyas quelques instants, son précieux, son “chéri”, ainsi qu’elle a tenu à le faire savoir tout en lui apposant la marque de sa famille en lui offrant Aziz en guise de second prénom. Et depuis qu’il a quitté ses entrailles, il n’a que rarement quitté ses bras. Comme elle s’en est vite rendue compte, on s’attache rapidement à ces choses-là. Les minutes filent et elle n’a toujours pas dit au revoir et elle va finir en retard pour son premier jour et si elle ne part pas maintenant elle ne partira jamais. “ Au moindre problème, surtout, n’oubliez pas…” Paroles en l’air, on interrompra pas une séance au tribunal pour que madame la procureur chante une berceuse à son infant depuis son téléphone portable. (Ou comment y ruiner sa réputation de femme implacable). Mais ce sont des mots qui ont besoin d’être prononcés pour rassurer une jeune mère qui a peur de laisser son enfant seul pour la première fois.
(c) light of the seven

 



Dernière édition par Mayssa Wolffhart le Mar 16 Aoû - 23:55, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

Luis Rosenwald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) UH17mY6
‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:33

Omg Emeraude Toubia est sublime, mais c'est difficile de choisir Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4142883173
bienvenue, dans tous les cas, t'es une belle gosse Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2545462741


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Aloisia Rosenwald
impérialiste de la Rose

Aloisia Rosenwald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Tumblr_mrtzozwbYw1scp0bso7_250
‹ MESSAGES : 468
‹ PSEUDO : flyingsquirrel. (maëlle)
‹ FACE & CREDITS : holland roden. (hepburns)
‹ MULTICOMPTES : andreas le plus beau.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : elle effleure les trois décennies du bout des doigts. vingt-huit ans, un âge vêtu d'une grande signification à ses yeux. une année qu'elle n'oubliera pas.
‹ STATUT CIVIL : l'alliance à son doigt la lie pour la vie à luis rosenwald. mariée depuis quatre ans au futur empereur, on ne peut pas dire qu'ils s'aiment d'un amour fou, mais forment un duo très soudé. cependant il n'est pas rare qu'aloisia ne se perde dans les draps d'un autre.
‹ STATUT DU SANG : son sang est pur et il ne pourrait pas en être autrement.
‹ OCCUPATION : aloisia est juge et ce depuis quelques années. c'est elle qui fait et défait des vies, qui décide qui est coupable et qui ne l'est pas.
‹ SCOLARITÉ : diplômée de goldadler depuis une dizaine d'années, aloisia était une étudiante qui excellait dans tous les domaines.
‹ ALLÉGEANCE : son allégeance va au rosenwald et de ce fait à l'impératrice. ça a toujours été une évidence pour aloisia, qui a été élevée avec les valeurs de l'empire.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 1) ; fraternité (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:37

j'suis en pleine hésitation avec toi maintenant Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1600000635 parce que les deux sont canons Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2835641614 Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2835641614 mais j'crois que je vais quand même dire emeraude Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1434536217
en tout cas, bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2545462741



 
the stars gave her a crown and said this is your place of belonging.

aesthetics:
 
Revenir en haut Aller en bas

Magdalena Feuerbach
impérialiste du Lion

Magdalena Feuerbach
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Tumblr_inline_nm1ptkIIa21rifr4k
‹ MESSAGES : 964
‹ PSEUDO : appletini
‹ FACE & CREDITS : margot robbie & SWEET DISASTER ; tumblr
‹ MULTICOMPTES : roskana dashkov
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept années de vie qui se sont écoulées brusquement sans laisser de trace
‹ STATUT CIVIL : mariée, depuis peu, au deuxième fils de la branche majeure des Fuchs
‹ STATUT DU SANG : à n'en pas douter, son sang est aussi pur que le cristal
‹ SCOLARITÉ : ancienne membre du pavillon erde, diplomée de l'académie goldadler il y a déjà quelques années
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion.
‹ COMPÉTENCES : ténacité (niveau 2), fraternité (niveau 1), persuasion (niveau 1)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:42

Je ne connais absolument pas la demoiselle sur ton avatar, mais elle est ravissant ♥️ (tout comme emeraude **) ... Mais je pencherais pour la première Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4060813038

Brefouiile, welcome here ♥️ Bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question, n'hésite pas !


    fear of love
    underco. △ underco. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Micaela Löwewald
impérialiste du Lion

Micaela Löwewald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Tumblr_o4c1ovuGDD1um8xzao1_250
‹ MESSAGES : 476
‹ PSEUDO : VOYOU. Mais si vous préférez, vous pouvez m'appeler Elodie, ou tout simplement Elo.
‹ FACE & CREDITS : Avatar @Bacaclava| Signature @Solosand | Citation @Slimane-Adieu
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six années que l'univers gravite autour de ce monstre d'égoïsme.
‹ STATUT CIVIL : mariée. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
‹ STATUT DU SANG : Fleuve écarlate, aussi pur que royal.
‹ COMPÉTENCES : uc



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:45

J'aime beaucoup la demoiselle que tu as actuellement
En attendant bienvenu par ici
Si tu as des questions, n'hésites pas Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4060813038


A nous deux, au passé
Je n'aimerais pas être à ta place quand tu seras en pleurs, devant ta glace en pensant à moi, à tout ce que je t'ai aimé  écœurée de tes amants, ceux qui t'ont abandonnée  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 0:48

merci à vous pour votre accueil Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2878015944  Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2527728141  Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 3559337326
je vois que je suis pas la seule à avoir le cœur qui balance entre ces deux demoiselles Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4142883173 je prends en compte vos voix et je me laisse jusqu'à demain pour me décider Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 3319538781

ah et j'ai déjà une petite question: c'est possible de choisir le nom du gamin de six mois qu'elle a enfanté ou pas (faut-il attendre que le papa débarque par exemple) ? Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1181266923
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 3:15

aiyshaaaaaaa Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2527728141 Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2527728141 je vote aiysha What a Face
pour le prénom de l'enfant, tu peux le choisir sans attendre le papa, on comprend tout à fait que pour vos histoires ce soit plus simple de les nommer sans attendre vos moitiés I love you
bienvenue parmi nous et n'hésite pas si tu as d'autres questions Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 820850867
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

Lukas Rosenwald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Tumblr_niik21UEG61u6s1mso1_500
‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 8:09

Aaaaaah tu as choisi Aysha ! Après elle n'a pas la même énergie qu'Emeraude je trouve, ça dépend ce que tu veux faire de ton perso !
Je pense que c'est possible, pour le nom du bébé eheheh

Bienvenue !


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 8:58

Tes belles cousines Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2527728141

On est plein de Abdelaziz maintenant, on va pouvoir détruire la suprématie Rosen maintenant Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 3215256795
Revenir en haut Aller en bas

Marius Löwewald
impérialiste du Lion

Marius Löwewald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) RP6RS2r6
‹ MESSAGES : 429
‹ PSEUDO : BARJAVEL
‹ FACE & CREDITS : sam claflin (faust)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept ans. des années qui s'écoulent, qui le forgent.
‹ STATUT CIVIL : mariée. une belle femme, celle que l'on voudrait, que l'on désirait. pourtant cela semble si compliqué pour lui.
‹ STATUT DU SANG : pur. une sang pourpre. digne d'un nom royal, il est de la haute société.
‹ OCCUPATION : avocat. une tempête de mots. des paroles qui défilent, une défense sans faille. comme sur un champ de bataille. ambitieux, la défaite n'est pas pour lui.
‹ SCOLARITÉ : diplômé de Goldadler. élève studieux. brillant et remarquable. comme un lion qui brille.
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion. avec sa famille. son père. lui.
‹ LOCALISATION : berlin, bel appartement où l'on se perd à cause du luxe.
‹ INVENTAIRE : une alliance au doigt qu'il ne peut retirer. un porte-feuille toujours sur lui. une chaîne autour du poignet offert par sa mère. et un téléphone.
‹ COMPÉTENCES : honneur (niv. 1) // leadership (niv. 2) // tenacité (niv. 1)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 10:52

je ne connaissais pas du tout ton avatar et concrètement, entre Emeraude et elle, j'ignore laquelle choisir Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4281872517 emeraude est sublime et plein de ressource quant à Aiysha je ne sais pas mais elle est magnifique également, elle a un petit truc qui me fait craquer Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1008620484 donc je prendrais Aiysha Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1457182388 .
En tout cas, bienvenue sur LOTS Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2878015944 n'hésite pas si tu as des questions Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2527728141
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 14:10

EMMERAUUUUUDE *ok je sors*
Bienvenue sur le forum la miss et bonne chance pour le reste de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 16:17

merci pour  les réponses concernant le petiot Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 820850867 et pour votre aide pour l'avatar I love you
je trouve aussi qu'Aiysha dégage un je ne sais quoi qui me plaît bien et de complètement différent d'Emeraude et qui correspond mieux à ce que j'ai en tête pour le moment, ce qui fait pencher un peu la balance en faveur de cette dernière c'est le nombre de ressources qui est quand même beaucoup plus conséquent que celui d'Aiysha Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1457182388 vu les avis, ma petite préférence et le fait qu'elle soit si peu utilisée, je pense finalement rester sur Aiysha Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1434536217
Revenir en haut Aller en bas

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

Liséa Rosenwald
Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Tumblr_inline_nyqirzymhk1qlt39u_500
‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)



Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 21:29

Bienvenue à toi Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4060813038 Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 4060813038




Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 23:00

merci à toi Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2550369054
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) EmptyLun 15 Aoû - 23:34

Bienvenue parmi nous Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 2878015944
Bonne continuation pour ta fiche Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) 1181266923
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty
MessageSujet: Re: Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)   Die mit dem Wolf tanzt (m.w.) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Die mit dem Wolf tanzt (m.w.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Rennervate :: Administration :: Fiches de présentation-