Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum

Partagez | 
 

 she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Ilse Ackerman
pour un nouveau régime

avatar

‹ MESSAGES : 19
‹ PSEUDO : imaginatorium.
‹ FACE & CREDITS : jenna-louise coleman (timeless + imaginatorium).
‹ MULTICOMPTES : aucun pour le moment.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans d'existence. c'est bien beau tout ça. vingt-cinq années à respirer sur cette terre. vingt-cinq ans de drame, de tragédie et d'espoir. c'est tout ce qu'il reste en elle. de l'espoir.
‹ STATUT CIVIL : tu l'aimais. mais le sort vous a frappé. ce fut soudain. une tragédie. tu portes encore l'anneau qui vous unit. unissait. t'as du mal à le croire. t'es trop jeune pour ça. trop frêle pour ça. mais t'es veuve. tu commences à le réaliser. ça te terrifie. surtout quand tu vois qu'il a son regard. wilhem.
‹ STATUT DU SANG : dans tes dansent les étoiles. tu ne fais pas partie de ce monde. t'es céleste, jolie magicienne. mais impure. tu fais des choses que tes autres paires, humains, ne comprennent pas. tu fais des choses que des sorciers ne comprennent que trop bien. t'es entre deux eaux. t'es rejetée par tes cousins les humains. t'es dégradée par tes frères sorciers. alors où es-tu ?
‹ OCCUPATION : rêve avorté. tu dois bien survivre. ce n'est peut être pas glorieux. pas tellement enrichissant. c'est vrai. mais t'as pas réellement le choix. il faut bien que tu économises. que tu travailles pour mettre de ton côté. ton rang ne te permet pas grand chose. alors t'as du accepté d'être service de quelqu'un. tu détestes ça. ta ravale ta fierté tous les matins. tu voudrais t'insurger. hurler. mais tu t'écrases. t'as pas le droit à l'erreur. vraiment. tu le fais pour ton fils. toujours lui évidement.
‹ SCOLARITÉ : tu n'as pas eu cette chance. tu as appris sur le tas. comme ça. grâce à ton meilleur ami aussi. et à ta ténacité. cela fait beaucoup.
‹ LOCALISATION : tu as quitté ta maison. tous ces souvenirs dedans. toute cette peine qui ancrait tes murs. on t'héberge. t'y croirais presque pas tes yeux. l'hôtel particulier des vanheycke. grâce à dorian. évidemment. qui d'autre ? tu sais que sans lui tu serais probablement à la rue avec ton fils. jamais tu ne pourrais assez le remercier. tu sais les risques qu'il prend pour toi. ça te touche. vraiment.
‹ COMPÉTENCES : fraternité (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1) ; ténacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 19:13


Ilse Ackerman
i'll chase away those restless fears that turn your blue skies into grey
— Prénom(s): comme une envolée lyrique. comme une symphonie à quatre cordes. il chante pour toi. ton prénom. ilse. c'est beau. original. on en voit pas des comme ça partout. comme toi. c'est ce qui fait ton charme. — Nom: tu l'as oublié. enfoui.  tu ne sais plus. mais qu'importe. ton nom de naissance n'est plus rien à tes yeux. ou presque. c'est bien trop loin pour le déterrer. t'es bien une ackerman. t'es fière d'être la fille de tes parents. il n'y a rien d'autre à chercher. — Age: vingt-cinq ans d'existence. c'est bien beau tout ça. vingt-cinq années à respirer sur cette terre. vingt-cinq ans de drame, de tragédie et d'espoir. c'est tout ce qu'il reste en elle. de l'espoir.  — Date et lieu de naissance: enfant du monde, tu vogues. tu es d'ici et d'ailleurs. de là et d'autre monde. tu n'es pas tellement sûre de ton passé. c'est flou tout ça. trop. on t'a raconté que t'étais de stuttgart. que tu as vu pour la première fois cette petite ville allemande. tu veux bien le croire. mais tu doutes. tu ne sais pas non plus si t'es née un vingt-cinq mai. c'est sans doute le cas. d'autres non. ta naissance est un chapitre bien trop flou. tu te bases sur des tiers. c'est presque frustrant. trop.  — Etat du sang : dans tes dansent les étoiles. tu ne fais pas partie de ce monde. t'es céleste, jolie magicienne. mais impure. tu fais des choses que tes autres paires, humains, ne comprennent pas. tu fais des choses que des sorciers ne comprennent que trop bien. t'es entre deux eaux. t'es rejetée par tes cousins les humains. t'es dégradée par tes frères sorciers. alors où es-tu ? — Statut civil : tu l'aimais. mais le sort vous a frappé. ce fut soudain. une tragédie. tu portes encore l'anneau qui vous unit. unissait. t'as du mal à le croire. t'es trop jeune pour ça. trop frêle pour ça. mais t'es veuve. tu commences à le réaliser. ça te terrifie. surtout quand tu vois qu'il a son regard. wilhem. — Emploi: rêve avorté. tu dois bien survivre. ce n'est peut être pas glorieux. pas tellement enrichissant. c'est vrai. mais t'as pas réellement le choix. il faut bien que tu économises. que tu travailles pour mettre de ton côté. ton rang ne te permet pas grand chose. alors t'as du accepté d'être service de quelqu'un. tu détestes ça. ta ravale ta fierté tous les matins. tu voudrais t'insurger. hurler. mais tu t'écrases. t'as pas le droit à l'erreur. vraiment. tu le fais pour ton fils. toujours lui évidement. — Niveau de richesse : ça t'a toujours convenu. tu ne t'es jamais plainte. bien au contraire. t'es une fille simple. tu n'as pas besoin de richesses. de bijoux. l'amour est ta plus grande fortune. alors tu t'en fiches de vivre modestement. ça te va. tu veux simplement le bonheur de ton fils à présent. pourtant, ta nouvelle situation te fait presque peur. le train de vie des vanheycke est si différent. ta tourne te tourne presque. ça te perturbe. mais jamais t'en profiterais. tu n'es pas comme ça. — Dieu affilié : ce n'est pas ton sujet de prédilection. tout ça c'est si confus dans ta tête. t'y connais pas tellement grand chose en fait. tu ne sais pas à quel saint te vouer. sans mauvais jeu de mots. alors tu préfères sans doute la facilité. alors tu te tournes vers l'honnie et ton fils. — Lieu d'habitation : tu as quitté ta maison. tous ces souvenirs dedans. toute cette peine qui ancrait tes murs. on t'héberge. t'y croirais presque pas tes yeux. l'hôtel particulier des vanheycke. grâce à dorian. évidemment. qui d'autre ? tu sais que sans lui tu serais probablement à la rue avec ton fils. jamais tu ne pourrais assez le remercier. tu sais les risques qu'il prend pour toi. ça te touche. vraiment. — Camp politique : tu sais pas grand chose sur le sujet. ça reste confus dans ta tête. mais du peu que tu sais t'aimes pas ça. tu suis un peu ton meilleur ami sur ce coup-là. t'es plus démocrate qu'autre chose. après tout qui aimerait un régime totalement dominant et tyrannique hein ? t'es pas une magicienne pour rien.  — Traits de caractère : résiliente ; têtue ; vive ; autonome ; bagarreuse ; orgueilleuse ; responsable ; indépendante ; mesquine ; soupçonneuse ; volontaire ; spontanée ; revancharde ; jalouse.
ton fils. c'est la prunelle de tes yeux. c'est ton sang. ta bataille. tu pourrais tout pour lui. le meilleur comme le pire. t'es une mère à tous les sens du terme. il est si petit. trop frêle pour ce monde. trop innocent. alors tu le protèges de toutes tes forces. tu deviendrais probablement folle si tu venais à le perdre. oh que oui. t'es tombée amoureuse qu'une seule fois. t'es pas un coeur d'artichaut. ton coeur il faut le gagner. le vaincre aussi. c'est compliqué. beaucoup abandonnent. ils s'arrêtent à ton air mystérieux. tes sourires à peine voilés. ils ne vont pas plus loin. ils n'en valent pas la peine. alors tu ne la prends pas non plus. cette peine. ainsi ton coeur est tombé qu'une seule fois. et qu'est-ce que ça fait un mal de chien. une vraie claque. en fait. t'es tombée amoureuse comme on prend une claque. soudaine. violente. une vraie surprise. t'as du mal à t'en remettre. t'as du mal à accepter. ce n'est pas si vieux. certaines fois, tu crois encore entendre ses pas. tu crois entendre rire dans la pièce d'à côté. ça te hante presque. et tu finis par te rappeler qu'il n'est plus là. qu'il ne verra pas votre fils grandir. et ça te fait mal. les larmes coulent en silence. presque à contre sens. t'aurais envie d'hurler. mais ta gorge est très sèche. alors tu survis. comment, tu sais pas trop. pourquoi, ton fils. t'es une femme à idées. tu peux pas le nier. t'aimes défendre des causes. surtout la tienne. celle d'une femme magicienne. être une femme n'est pas aisée. être magicienne c'est la condamner. alors t'aimerais faire plus. avec ta fougue. ton panache. mais l'idée s'avorte vite. tu n'es pas toute seule. tu dois penser à ton fils. eh oui. t'aurais voulu être actrice. pouvoir fouler les planches. être quelqu'un d'autre. t'aurais tellement voulu oui. mais la vie est ainsi faite. ta vie. tu prévois quelque chose. tout capote. et il ne reste que tes rêves brisés. tu ne peux pas te le permettre. surtout pas maintenant. alors tu t'accroches. tu ranges tout ça dans un placard et t'oublies. t'essayes. tu aimes la liberté. être indépendante. ça a toujours été. alors tu te sens comme en cage dorée. épiée. t'essayes de pas perdre la face. tu participes comme tu peux. mais ça te tue. parce que t'aspires simplement à la liberté. t'es un petit oiseau qui a besoin de voler dans le ciel. et là tu commences à suffoquer. littéralement. cela fait quelques temps que tu économises. petit peu par petit peu. c'est pas grand chose. mais ça commence à grandir. t'aimerais retrouver ta liberté. ne pas dépendre de ton meilleur ami. tu t'en sens gênée presque. et ça commence par l'argent. évidemment. tout est question d'argent de toute façon. alors t'essayes au plus vite de régler ça.
— ténacité : tu n'as jamais abandonné. ça t'ait arrivé d'avoir des coups de mou. comme tous. mais tu lâches pas si facilement. t'es une déterminée. une acharnée. alors tu t'accroches. de toutes tes forces. tu es tenace. personne ne peut le nier. pas même tes parents. oh que non. ils sont les premiers témoins. quand t'as une idée tu l'as pas ailleurs. c'est comme ancré en toi. il en faut vraiment pour te faire dévier ou te faire abandonner ton projet. c'est presque impossible. voire même une idée folle. t'es comme ça toi. tu peux pas t'en empêcher. mais c'est bien. ça te sert beaucoup. parfois. — fraternité : la famille a toujours été une question centrale pour toi. dès ta naissance. malgré ta condition d'orpheline, tu n'as jamais abandonné cette idée. tu as toujours considéré ta famille comme ta richesse. rien n'a changé dans ta tête. tes parents -certes adoptifs- t'ont littéralement été d'un soutien sans faille. tu ne les remercierais probablement jamais assez.cette notion est très importante pour toi. surtout depuis que tu es toi-même mère. mais t'en es pas non plus galvanisée. tu n'es pas une sang-pure ou ce genre de personnes. pour toi, la famille c'est sacré. parce que c'est une belle entité. une raison de vie. ce n'est pas un réseau fondé sur l'honneur et c'est tout. non pour toi, c'est tout l'or du monde. surtout ton fils. — impulsivité : t'as toujours été une boule de feu. un feu d'artifice. ça t'a souvent fait défaut. tu ne le sais que trop bien. mais t'y peux rien. c'est plus fort que toi. tu agis sans réfléchir la plupart du temps. c'est ton coeur qui parle. c'est tes sentiments. rien d'autres. t'y peux rien. pourtant t'essayes chaque jour. à travailler ce pan de personnalité. parce qu'avec les temps qui courent. c'est pas simple. mais t'es un vrai cheval lancé à toute allure. tu peux résister. c'est bien là ton drame sans doute.  
— pseudo : imaginatorium. — âge : dix-neuf printemps. — pays : douce france. — disponibilité : tous les jours à part si je suis de sortie. — personnage : scénario de mister dorian. — avatar : jenna louise coleman, la parfaite. — crédits : katiedtellez (tumblr).  — commentaires ou suggestions ? : le forum est tellement beau.
(c) light of the seven

   



Dernière édition par Ilse Ackerman le Lun 17 Oct - 23:42, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ilse Ackerman
pour un nouveau régime

avatar

‹ MESSAGES : 19
‹ PSEUDO : imaginatorium.
‹ FACE & CREDITS : jenna-louise coleman (timeless + imaginatorium).
‹ MULTICOMPTES : aucun pour le moment.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans d'existence. c'est bien beau tout ça. vingt-cinq années à respirer sur cette terre. vingt-cinq ans de drame, de tragédie et d'espoir. c'est tout ce qu'il reste en elle. de l'espoir.
‹ STATUT CIVIL : tu l'aimais. mais le sort vous a frappé. ce fut soudain. une tragédie. tu portes encore l'anneau qui vous unit. unissait. t'as du mal à le croire. t'es trop jeune pour ça. trop frêle pour ça. mais t'es veuve. tu commences à le réaliser. ça te terrifie. surtout quand tu vois qu'il a son regard. wilhem.
‹ STATUT DU SANG : dans tes dansent les étoiles. tu ne fais pas partie de ce monde. t'es céleste, jolie magicienne. mais impure. tu fais des choses que tes autres paires, humains, ne comprennent pas. tu fais des choses que des sorciers ne comprennent que trop bien. t'es entre deux eaux. t'es rejetée par tes cousins les humains. t'es dégradée par tes frères sorciers. alors où es-tu ?
‹ OCCUPATION : rêve avorté. tu dois bien survivre. ce n'est peut être pas glorieux. pas tellement enrichissant. c'est vrai. mais t'as pas réellement le choix. il faut bien que tu économises. que tu travailles pour mettre de ton côté. ton rang ne te permet pas grand chose. alors t'as du accepté d'être service de quelqu'un. tu détestes ça. ta ravale ta fierté tous les matins. tu voudrais t'insurger. hurler. mais tu t'écrases. t'as pas le droit à l'erreur. vraiment. tu le fais pour ton fils. toujours lui évidement.
‹ SCOLARITÉ : tu n'as pas eu cette chance. tu as appris sur le tas. comme ça. grâce à ton meilleur ami aussi. et à ta ténacité. cela fait beaucoup.
‹ LOCALISATION : tu as quitté ta maison. tous ces souvenirs dedans. toute cette peine qui ancrait tes murs. on t'héberge. t'y croirais presque pas tes yeux. l'hôtel particulier des vanheycke. grâce à dorian. évidemment. qui d'autre ? tu sais que sans lui tu serais probablement à la rue avec ton fils. jamais tu ne pourrais assez le remercier. tu sais les risques qu'il prend pour toi. ça te touche. vraiment.
‹ COMPÉTENCES : fraternité (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1) ; ténacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 19:13


Take another walk out
of your fake world
you'll see that you can breath without no back up
for every step, in any walk, any town, i'll be your guide tu te tiens droite. pourtant tes petites jambes tanguent un peu. ton regard est hagard. tu observes. une de tes mains encercle la patte de ton nounours. jamais tu ne lâcherais. pimousse était ton meilleur ami. il fallait tout un escadron pour lui faire lâcher. la seule chose à laquelle elle se raccrochait. ton autre petit main serre un des tuyaus du radiateur. ça t'évite de tomber. de tanguer. tu entendes des voix mais c'est confus. la porte est fermée. t'es bien trop petite pour venir l'ouvrir. l'âge de l'innocence. la voix s'estompe. puis reprennent plus virulente. tu ne sais pas ce qu'il se passe. c'est souvent ça ici. les gens viennent. ils partent. parfois ce sont d'autres. des camarades de jeu. hier c'était ton amie ella. une jolie petite blondinette. tu lui avais prêté pimousse pour qu'elle joue avec. et le lendemain. elle était partie. tu restes toute seule. aujourd'hui du moins. les gens se bousculent trop dans la maison. c'est toujours comme ça quand il y a des invités. presque comme si la maisonnée prenait vie en l'espace d'une seconde. il fallait montrer. il fallait faire semblant peut-être. sans doute. tu refermes un peu plus ta petite main sur la patte de ta peluche. la porte finit par s'ouvrir. tu vois alors cette même dame. celle que tu as vu arriver. ses cheveux commencent à blanchir. mais elle a un beau sourire. elle t'en a adressé un en arrivant. et pis la dernière fois. parce que tu t'en souviens d'elle. elle t'avait même donné un cookie. on ne donne jamais de cookies ici. pas sans elle en tout cas. et il y a cet homme qui la précède. grand. un visage fatigué mais tendre. il avait joué un peu avec toi la dernière fois. avec la grande dame. ton regard bleuté se fixe. ils te regardent. ils sont heureux. une autre dame plus pincée finit par sortir de la pièce. elle est bien plus tirée par quatre épingles celle-là. tu ne l'aimes pas. jamais. elle te gronde toujours quand tu veux pas dormir. non. tu ne l'aimes pas. mais tu finis par t'en débarrasser. la dame aux longs cheveux presque argentés s'avancent vers toi. tu ne bouges pas. « bonjour ilse. tu te souviens de moi ? » tes yeux l'observent. oui. tu finis par lui tendre ton nin-nin. « pimousse. » tu dis simplement. tu veux qu'elle l'agite comme la dernière fois. qu'elle joue avec toi. ça t'avait fait rire. elle le prend dans une main. de l'autre. elle te relève le visage doucement. de sa main douce. « ilse, ma chérie. il faut que nous t'annoncions quelque chose, d'accord ? » son ton est doux. mais tu es trop petite pour tout t'assimiler. tu focalises ton regard sur ton nounours. l'homme la rejoint. il s'accroupit à sa hauteur lui aussi. il sourit. « tu vas rentrer à la maison aujourd'hui. avec nous. tu sais, on en a parlé ensemble la dernière fois. là il y a ta jolie chambre. tu t'en rappelles ? » elle sourit. il est contagieux. tu finis par rire et à porter ton autre main vers elle. elle te rattrape presque au vol. c'est vrai que tu tangues encore un peu sur tes petites jambes. « ça te dit de rentrer à la maison, chez nous ? » renchérit alors l'homme. tu portes ton regard sur eux. tu souris. tu sais pas tellement ce qu'il se passe. tu entends des mots. tu les comprends. pas tous. c'est encore confus dans ta petite tête. la femme finit par te prendre doucement dans ses bras. tu te laisses. c'est souvent ici. on vous valdingue d'une pièce à une autre sans vous consulter. t'es calme. une vraie petite image. tu sais sans doute pas tellement ce qu'il se passe. sans doute. mais c'est un nouveau chapitre qui se tourne. t'en as pas conscience. mais tu le vis maintenant. tout de suite. tu ne les remercierais jamais assez de ça. tes parents. certes adoptifs. sans eux. tu serais pas la femme que tu serais devenue. tu serais peut être même rien. et ça, ça vaut tout l'or du monde.

you know, there's still a place for people like us tu fronces tes petits yeux. tu n'es pas contente. tes poings se ferment. ta rage n'est même pas crédible avec ta bouille d'ange. mais tu ne te démontes pas. il t'en faudrait plus. « arrête ça ! rends-le moi ! » tu dis alors. tu t'impatientes. mais ça n'a aucun effet. l'enfant devant toi est bien cruel. t'es toute petite contrairement à lui. toute frêle. mais tu ne te démontes pas. pas tout de suite. il t'en faut plus. t'es sans doute la petite fille la plus téméraire du siècle. le garçon d'en face agite fièrement le collier. il doit faire un mètre. ou peut être deux. t'es tellement petite. ta mère te répète que tout ce qui est petit est mignon. mais toi t'aimerais bien prendre au moins deux centimètres. ça t'éviterait ce genre de situation. alors tu sautes pour tenter d'attraper ton midi. raté. « bah alors, la petite fille a sa maman a perdu son collier ? » il ricane. toi tu sens les larmes monter aux yeux. des larmes de rage. évidemment. les enfants sont cruels. surtout quand ils découvrent une faiblesse. ça te met en colère. pourtant t'as que huit ans. c'est idiot et tu le sais. mais t'y peux rien. alors tu tentes encore d'attraper son goûter. une dernière fois. raté. t'aurais aimé que dorian soit là. il est encore dans la classe. surement à ranger les derniers jouets. tu désespères. à deux vous êtes plus forts. toujours. c'est ton ami. rencontré sur les bancs de l'école en couches culottes. « allez rends-le moi. » mais t'es seule là. toute seule. alors tu sens la colère monter d'un cran. comme tes larmes. tu l'exècres. t'aimerais qu'il arrête ça. tu veux juste partir. c'est pas sorcier ça non ? et c'est là que tout change. tu sais pas tellement pourquoi. ça arrive comme ça d'un coup. t'en es même surprise. choquée. la vitre derrière vous explose. littéralement. sans raison apparente. une pluie de verres dégringole sur le sol. toi tu restes bouche bée. l'autre s'enfuit en lâchant ton précieux objet. tu le récupères. enfin pas tout de suite. t'es encore trop ébahie par l'ouverture à présent béante devant toi. c'est ... incroyable. mais t'en es pas fascinée. loin de là. tu le sais. eh oui. tu sais que c'est toi. c'est ta colère. ce sentiment si fort. tu sais que c'est toi parce que ça t'est déjà arrivé avec un verre. tu n'aurais pas du. c'est étrange cette sensation. tu ne bouges pas. même quand ta maîtresse arrive avec dorian. tu ne bouges pas. tu restes immobile. c'est la dame qui te fait te reculer. elle vérifie que tu n'as rien. non. t'es pas blessée. juste secouée. tu sais faire de grandes choses. des trucs que tu ne contrôles pas. ça te fait peur dans un sens. tu comprends pas. tes parents t'ont dit de ne pas recommencer. de faire attention. t'as fauté. dorian te regarde. tu dis rien. même après quelques heures. quand vous déjeunez tous les deux à la cantine. t'es trop silencieuse aujourd'hui. tu te sens coupable. tellement. mais tu ne sais même pas comment tu fais. ça arrive comme ça. sans prévenir. tu finis par poser ton regard azur sur le petit garçon. il te parle. t'essayes de l'écouter mais t'as décroché aujourd'hui. tu finis par lâcher un petit « c'est ma faute. » tes parents t'avaient dit de ne rien dire. mais tu peux lui cacher à dorian. c'est plus fort que toi. tu vois qu'il ne comprend pas. tu soupires. « la vitre. c'est moi qui l'ait cassée. je sais pas comment. juste... comme ça. » t'as pas d'autres mots. parce que c'est aussi incompréhensible dans ta tête qu'autre chose. peut être que tes parents biologiques étaient des sorciers. qui sait ? tu délires. ce n'est que dans les histoires. ça n'existe pas. pourtant t'es bien vivante toi. « moi je sais. » tu tournes ton regard vers lui. surprise. il sait. c'est le début d'un nouveau monde pour toi. tu le sais pas encore. la porte c'est dorian. il va t'ouvrir à son propre monde. le tien en vérité. il va te parler de gens comme toi. comme lui. de magie aussi. surtout de magie.

you see, it's not the wings that make the angel tu tritures un petit peu tes doigts. tu es bien silencieuse aujourd'hui. cela ne te ressemble pas. tu n'as pas envie de parler. ni même t'intéresser à quelque chose. tu es simplement assise dans l'herbe. tes cheveux bruns te tombent sur le visage. tu ne prends même pas la peine de dégager ton visage. tu verras ça plus tard. tu es simplement bien en fait. le ciel t'observerait presque. les nuages s'enfuient. toi t'es parmi les fleurs. pas de bruit. juste le silence. c'est presque reposant. alors tu te berces par tout ça. tu fermes doucement les yeux et tu le laisses bercer. t'entends la nature qui frétille à tes oreilles. t'entends le bruit du vent dans les feuilles. t'écoutes les rayons caresser ton visage. certains oiseaux même t'enchantent de leur chant. tu finis par rouvrir les yeux quelques secondes plus tard. tu promènes tes mains sur l'herbe. à la recherche de bout de papiers. tu finis par les retrouver. tu les portes à nouveau à tes yeux. l'écriture un peu biscornue te fait sourire. tu la reconnaîtrais entre mille. pour sûr. tu relis encore ses mots. tu ne t'en lasses pas. c'est une petite compensation. une sorte de substitution dans ton attention. c'est mieux que rien. vous êtes tellement loin. il étudie. toi tu restes ici. c'est presque injuste. l'envies-tu ? sans doute. tu n'as pas le droit à tout ça. ta naissance te l'interdit. mais t'acceptes. difficilement sans doute. tu sais qu'au moins lui ne te laissera pas tomber. il te donne même ce que tu ne peux avoir. un enseignement. c'était tellement plus simple avant. ou pendant les vacances. il faisait. tu reproduisais. il pouvait te corriger. vous pouviez parler. il te manque. t'aimerais qu'il soit là. et pas seulement pour t'apprendre des sorts. t'es avide de connaissance mais tu te languies de lui. tout simplement. c'est long des mois. presque une éternité. alors vous vous envoyez des lettres. souvent. des nouvelles couchées sur le papier. des conversations à ralentissement. vous allez vous revoir bientôt. les vacances approchent. enfin. mais en attendant. tu dois te contenter de ça. alors tu te redresses un peu. il voudrait surement voir tes progrès. tu relis encore une fois les instructions. quelques phrases jetées sur le papier. pas grand chose en somme. mais tu te concentres. tu plisses un peu le front. chose que tu fais toujours en te concentrant. ça demande beaucoup. t'es pas la meilleure à te concentrer. t'es souvent distraite. mais quand tu t'y mets t'es assidue et studieuse. qui l'aurait cru. tu soulèves doucement ta main au dessus. tu la fais onduler. comme les explications. rien ne se passe. tu fronces encore plus les sourcils. agacée. « pourquoi ça ne marche pas ? » tu parles toute seule. c'est souvent. comme pour un fantôme. une personne présente en pensée. tu relis encore une fois. ondule ta main comme une vague au dessus, concentre-toi bien et monte ta main. ce n'était pas sorcier pourtant. alors tu pris une inspiration. ça va le faire. tu te concentres encore une fois. tu t'exécutes à la lettre. et là. miracle. la plume autrefois posée dans l'herbe s'élevait à présent dans les airs avec aisance et grace. un grand sourire se dessina sur tes lèvres. « j'ai réussi. » t'étais heureuse. « alors qu'est-ce que tu dis de ça vanheycke hein ! » t'es fière. t'aurais aimé qu'il soit là. partager les petites victoires quotidiennes. c'était ça être amis. tu devras attendre un petit peu pourtant. face à ta joie. tu perds ta concentration. la plume dégringole à nouveau sur le sol. mais tu as réussi. c'est sans doute petit. mais chaque nouveau sort appris te grandit un peu plus. c'est le seul enseignement que tu reçois. alors tu te réjouis de peu. c'est déjà ça. tu as hâte qu'il rentre enfin. que tu puisses lui montrer. que vous puissiez enfin discuter comme avant. dans le jardin. oui ça te manque ça. il te manque. les mois sont décidément bien trop longs pour toi.

easy as a kiss, we'll find an answer tu lui souris. tu es bien. « merci pour cette soirée. » tu finis par dire. le bruit de la circulation vous berce. un peu plus et vous vous seriez endormis. il fait si bon. il tourne vers la tête vers toi. ton sourire est contagieux. « j'ai beaucoup aimé ce dîner. » tu finis par dire dans un souffle. après tout tu n'as pas l'habitude. les effusions de sentiments ce n'est pas ton truc. t'es plus dans la retenue toi. ton coeur ne s'ouvre pas facilement. mais ça semble si simple avec lui. presque enfantin. « j'ai passé une excellente soirée aussi. » finit-il par dire. c'est partagé. dehors, la vie est toujours en mouvement. pourtant vous êtes dans votre petit cocon. tu n'as pas envie de le briser. pourtant, tu sais que dans quelques minutes tu devras sortir du taxi. il avait voulu t'impressionner. avec toute cette mascarade. ce dîner. le taxi. il avait insisté pour que vous en preniez. ça te fait sourire. c'est touchant. mais vous ne pouvez pas en dire plus. le taxi est arrivé à bon port. trop tôt. la maison de tes parents se dessine dans la pénombre. « französische straße, 35. » ta maison oui. « bon.. » tu commences. mais il ne te laisse pas le temps. « attends, je t'accompagne. » alors il prend la portière comme toi. et sort dehors. il commence à pleuvoir. tu sens quelques gouttes sur ton visage. tu t'en fiches. tu n'as jamais craint la pluie. tu refermes un peu ton manteau autour de toi. les nuits commencent à devenir fraîche. tu entends alors ton compagnon s'adresser au chauffeur. « vous pouvez y aller. » toi tu fais quelques pas vers chez toi. enfin pas tellement. parce que t'aimerais que cette soirée dure encore. vous avez beaucoup parlé. beaucoup ri aussi. il t'a fait rire. insouciants et innocents. cela faisait du bien. le taxi repart alors dans la nuit noire. ton compagnon de soirée accompagne alors tes pas. vous êtes d'abord silencieux. toujours ce moment de creux. ce moment où on en a déjà trop dit. mais pas assez en même temps. où on voudrait dire plus. mais on ne sait pas quoi. ce moment où tout parait possible mais tellement compliqué. seul le bruit de tes talons résonnent sur le sol. tu as fait un effort aujourd'hui. tu regrettes un peu. t'as un peu mal aux pieds. il faut souffrir pour être une fille. ta mère te le répète assez souvent. tu finis par t'arrêter devant une petite porte bleue. « voilà c'est ici. » tu désignes alors derrière toi. c'est le moment gênant. le moment des premiers fins de rendez-vous où l'on ne sait pas. où on hésite. « jolie porte rouge. » tu souris doucement avant de baisser la tête. « je t'aurais bien fait entrer mais tu sais, mes parents... » tu commences. tu veux te justifier. tu sais pas tellement pourquoi. après tout t'as vingt ans. tu devrais pas encore habiter chez tes parents. tu devrais être posée. sans doute. mais t'es bien encore ici. aucune autre raison te pousse à t'installer. peut être que t'en trouvera une incessamment sous peu. sans doute. « une prochaine fois peut-être alors. » dit-il alors. t'acquiesces doucement. il y a aura alors une prochaine fois. ça t'enchante. « et puis, il ne faudra pas oublier de remercier dorian, aussi. » tu fronces un peu les sourcils. « pourquoi donc ? » pour vous avoir présenté ? certes. « pour ça. » et là tu ne t'y attendais pas. son visage coule vers toi. il attrape tes lèvres avec douceur. tu te figes quelques secondes. pas plus. t'es surprise. mais tu te laisses bien vite à cette étreinte. ça bouillonne en toi. c'est les feux d'artifice. c'est la fanfare du nouvel an. le bonheur tout simplement. ses lèvres contre les tiennes, tu lui rends son baiser. c'est parfait. tu ne penses plus à rien. juste à ce contact. si doux. si tendre. mais si passionné. t'es dans ta bulle. dans ton rêve. c'est bien. t'oublies tout le reste. tu ne sais plus où tu es. c'est l'explosion de couleurs. ton coeur va exploser. c'est que ça tambourine-là dedans. alors c'est ça ce qu'on ressent. c'est ça être amoureux. c'est une sensation presque étrange. t'es pas comme toutes les autres filles. t'as pas un coeur d'artichaut. mais ce soir, tu te laisses aller à cette étreinte. cela représente beaucoup. tu le sens. la promesse d'un avenir.

you're the best paint life ever made tu es nerveuse. cela se voit. tu tritures tes mains. tu fais toujours ça quand tu es nerveuse. tu pourrais faire les cent pas même. ton coeur bat à tout rompre. tu l'attendais tellement cette journée. vraiment. t'aimerais que tout soit parfait. t'aimerais enfin descendre cette allée. que tu sois à son bras. mais tu dois encore attendre. tu vas finir par devenir folle. tu penses. encore et encore. trop sans doute. ce n'est pas bon. t'es seule. les autres sont déjà en place. oh comme t'aimerais déjà y être. c'est dingue. mais les minutes s'écoulent en heures. tu finis par te regarder une dernière fois dans le miroir. il ne manquerait plus que tu viennes débraillée. mais non. tout est parfait. tu passes doucement ta main sur l'étoffe blanche immaculée. soyeuse. certaines perles se perdent dans ton corsage. tu peux à peine respirer. mais c'est la mode. ta pénitence. ta peine pour ton bonheur. tu n'y fais plus trop attention. tes manches voilées se mouvent parfaitement avec tes mouvements. ta peau légèrement halée se marie parfaitement avec les quelques touches de bleu par-ci par-là. tu n'es sans doute pas très tradition. mais t'aimes bien le concept. ils ne sont pas si fous que ça ces américains. il faut du bleu. les perles de ta robe. de l'ancien. tu portes alors la main à ton collier. il n'a pas bougé. c'est la seule chose qui reste. tu l'avais quand on t'a amené à l'orphelinat. il ne t'a jamais quitté. tu n'as jamais pu le retirer. après tout dans un sens ils seront là ce soir. t'espères qu'ils sont fiers de toi. tu l'espères vraiment. tu ne sais rien de plus. t'as pas voulu savoir non plus. juste un accident banal. idiot presque. et puis personne pour toi. c'est aussi simple que ça. à part ce collier. alors tu t'y accroches bien fort. aussi fort que tu peux. peut être que ça te donnera un peu de courage pour la suite. ça serait bien. tu réfléchis un instant. une chose empruntée. t'as oublié. idiote. tu l'avais pourtant préparé. mais elle est restée chez vous. tu vois très bien où. tu pourrais faire un scandale. tu comprends pourquoi les mariées sont réputées pour être des furies. t'as tellement le stress qui monte qu'il pourrait t'étouffer. tu agonises. « chérie ? tu es prête ? » tu l'as été toute ta vie. ce jourd'hui tu l'as tellement attendu. tu l'as attendu. tu te retournes vers ta mère. « jamais autant de ma vie. » l'intéressée étire ses lèvres en un doux rictus. tu vois la fierté dans ses yeux. presque des larmes. « maman, ne pleure pas. sinon tu vas me faire pleurer. » oui parce que tu les sens monter les larmes. c'est presque idiot. t'es pas du genre à pleurer pour rien. oh que non. mais là c'est sans doute un trop plein. et pis voir ta mère pleurer ce n'est pas possible. vraiment. cette dernière se met à rire à rire. t'as toujours aimé l'entendre rire. ses cheveux argentés sont relevés en chignon. elle est belle ta mère. tu l'as toujours dit. « je vais essayer alors. ce serait bête que la mariée se mette à pleurer avant la cérémonie. » elle s'approche un peu plus de toi. tu remarques alors une boite dans ses mains. un regard interrogateur sur le visage. « je suis venue te donner quelque chose. il te fallait quelque chose d'emprunté n'est-ce pas ? » tu verrais presque de la malice dans son regard. « j'ai pensé que cela pourrait te servir. » elle ouvre la petite boîte. ton regard s'agrandit. ce n'est pas possible. sa barrette. tu l'as toujours connue. elle t'a déjà raconté au moins mille fois son histoire. cette même barrette à fleurs qu'elle a porté pour son mariage. ça y est. tu pleures. « oh maman. » l'intéressée se met à sourire. encore et toujours. elle la retire de son coffre fort. elle se tourne vers toi et la glisse doucement dans tes cheveux. « là tu es prête. » oui elle a raison. là. tu es prête. prête à épouser l'homme de ta vie. prête à donner ta vie pour lui. prête à l'aimer toute ta vie. espérons.

put all your fears back in the shade tu te lèves. avec un peu de difficulté. ça devient dur. c'est presque la fin. mais pas tout de suite. tu soupires. « je vais finir par exploser littéralement. je suis une baleine. » c'est vrai. ton tour de taille avait du tripler au cours des derniers mois. c'était presque incroyable. t'avais l'impression de grossir à chaque minute qui passait. tu finis par t'asseoir sur la chaise un peu plus loin. tu déposes ta tasse sur la table. « tu es magnifique. » corrige-t-il alors. tu fais la moue. il rit. c'est toujours comme ça avec lui. même avec un sac sur la tête il te le dirait sans doute. tu l'aimes pour ça. il est si gentil. si attentionné. « arrête de dire des bêtises. et dis-moi plutôt ce que tu as trouvé. » tu dis. tu secoues la tête. faudrait peut être que vous vous dépêchiez. il serait temps. vous n'avez plus tellement le temps. pourtant vous y avez réfléchi. longuement. mais jamais d'accord. à croire que chacun était en opposition à l'autre. mais vous alliez trouver. vous n'allez quand même pas avoir un enfant sans nom. « eh bien j'ai noté ceux-là. » il glisse vers toi une liste. tu l'attrapes. tu la lis. tu réfléchis aussi. c'est bien plus compliqué que tu ne l'aurais cru. on montre souvent ça comme une chose rapide. mais c'est faux. il vous a pas suffi d'ouvrir un livre et de prendre le premier prénom qui vient. il va porter ce prénom toute sa vie. alors il faut pas vous tromper. tu le sais bien. un mauvais prénom et le pauvre est condamné toute sa vie. avoir une mère magicienne et un père sang mêlé était déjà sa peine. dans votre monde, tu es l'indésirable. celle que l'on évince. les magiciens n'ont pas leur place dans le magique royaume. c'est ce qu'ils prétendent. t'es obligée de te cacher. de mentir aussi. beaucoup. et ça te tue parfois. de ne pas être acceptée. de devoir cacher ce que tu étais réellement. oui. ça te minait. t'aimerais que ton fils ne naisse pas dans ce genre de monde. un monde où même parfois son propre père n'était pas à sa place. être sang mêlé était mieux vu. mais pas complètement. oui, t'aurais aimé que cela se passe autrement. mais il y a peu de chance. il faut que tu t'en contentes. tu préfères penser à penser à ton bonheur avec ton mari. c'était le mieux. vraiment. tu finis par relever la tête. « wilhem ? » c'était un vieux prénom. pas réellement courant. un peu comme le tien d'ailleurs. « c'était le prénom de mon grand-père. » expliqua-t-il avec un hochement de tête. « je ne l'ai pas connu mais j'ai pensé que peut être... si tu n'aimes pas on peut changer. » tu voyais dans ses yeux que c'était important pour lui. il y avait peu de prénom sur la liste en vérité. juste quelques-uns jetés sur le papier. alors oui. tu sentais que celui-là il était important pour lui. c'était décidé. « non. non. c'est parfait. vraiment. » son sourire fait écho au tien. et il glisse une main vers toi. tu l'attrapes et la serres doucement dans la tienne. t'aimes ces moments simples entre vous. ces moments de simplicité totale. oui t'adorais ça. c'était presque vous contre le reste du monde. enfin vous serais bientôt trois. ça te fait presque peur. la suite. votre vie sera réorganisée. chamboulée. pour le meilleur. voir un petit bout de vous, un petit mélange parfait de votre amour, c'était ton plus grand rêve. oh que oui. ça ira. tu t'en persuades. il te le répète souvent. tu lui réponds d'un sourire à peine voilé. parce que oui. t'as peur. ça te fait peur de devenir mère. de scinder ton coeur en dehors de ton corps. oh que oui. il te rassure. ça te calme un instant. ça te fait du bien. comme aujourd'hui. c'est tout ce que tu demandes. vraiment.

don't become a ghost without no color les paroles continuent. mais tu ne les entends pas. plus du moins. ton coeur bat trop fort. il sortirait presque. t'essayes même pas de le retenir. ta gorge est sèche. tu manques d'air. d'espace. t'as l'impression de couler. autour de toi. tu vois plus rien. tes yeux sont fixes. tu ne sais plus où les poser. t'es surprise. choquée. désespérée. tu ne sais plus à quel saint te vouer. et ça fait mal nom d'un chien. ça brûle. ça t'étrangle. tu meurs à petit feu. tu ne sais même plus si t'es debout ou assis. tu ne sais plus non. c'est dur pour toi. t'as la tête qui va exploser aussi. tout va exploser en toi. tu la sens monter cette colère. elle est encore anesthésiée. par le choc. mais tu la sens naître dans ta poitrine. elle remonte le long de ta gorge. ce feu qui brûle. et elle va finir par éclater. tu le sens. mais pas maintenant. non. ça ne fait que quelques secondes. après tout. tes jambes ne te portent plus. tu t'écroules. t'entends des pas. enfin tu penses. c'est encore flou dans ta tête. t'essayes même pas de te lever. tu restes au sol. ça te soulage. pas vraiment. pourtant on te lève. te soutient. te porte aussi. tu sais pas trop comment. ah oui. tes parents sans doute. tu t'en rappelles à présent. ils étaient là. pour une visite surprise. ça t'avait fait plaisir. depuis ton mariage tu ne les voyais plus aussi souvent. et pis il apprenait aussi à connaître votre fils. ton coeur se serre. wilhem. ça te fait mal. encore plus. c'est injuste. tellement. tu te laisses faire. on t'assoit sur une chaise. te parle. ils savent. tu le sais. t'as même pas besoin de leur dire. t'as de toute façon plus de mots. deux minutes. c'est tout. c'est pas possible. tu commences à refuser. la colère. pas lui. pas vous. ça ne peut pas vous arriver. pas à vous. t'avais envie de crier. d'hurler. toute cette peine qui t'empoisonne. mais tu ne peux pas. tes cris ressemblent à des murmures. les larmes montes. elles coulent vers le haut. t'es pas bien. faut que t'exploses. tu le sens. alors ça continue. tes joues sont vite trempées. mais tu t'en fiches. comme du monde autour. ce n'est pas possible pas lui. t'entends même pas les paroles de ta mère. elle te rassure. sans doute. te dit que ça va aller. peut être bien. mais tu l'écoutes pas. tu ne veux pas l'écouter. t'avais ta vie il y a deux minutes. un avenir. maintenant tu ne sais plus. tu l'aimais tellement. trop peut-être. il n'est plus là. mort. t'es toute seule. avec ton fils. t'oses même pas le regarder. comment tu peux dire ça un à enfant d'à peine un an. il n'avait rien vu du monde. il n'avait rien appris. et il perdait déjà son père. on l'avait emmené loin. dans la petite pièce d'à côté surement. tu finis par le chercher du regard. t'es une mère. tu veux protéger ton enfant. tu sais que tu ne pourras pas le faire indéfiniment. mais t'essayes le plus possible. c'est déjà ça. en fait. t'arrives même pas à le formuler. t'essayes oui. mais tu veux pas que ce soit réel. le dire serait trop cruel. trop réel. trop de peine. alors tu repousses les mots. aussi loin que tu peux. ça marche plus ou moins. mais les paroles reviennent celles qui t'ont fait te déconnecter. celles qui ont détruit ton monde. alors tu t'accroches. comme tu peux. à tout et n'importe quoi. à rien surtout. mais tu te sens glisser. tu peux rien faire. tu te glisses dans un trou béant. sans fond. ça te fait peur. mais tu peux pas t'en empêcher. c'est plus fort que toi. t'es bien trop fragile. trop faible. alors tu sens encore les larmes. toujours elles. elles coulent toute seule. tu ne les retiens même plus. tes épaules en trembleraient presque. mais elles tiennent le coup. c'est bien les seules. toi tu tombes encore. mais tu finis par sentir quelque chose. quelqu'un qui veut capter ton regard. « ilse. » c'est ta mère. tu vois ta propre douleur se refléter dans ses yeux. « ça va aller, ma chérie, ça va aller. » c'est comme si tu te reconnectais au monde. ta mère t'entoure de ses bras. elle veut te rassurer. et toi tu la voyais même pas. t'étais bien loin. mais non. ça ne va pas aller. il... ton mari. il était mort. rien que cette pensée fit redoubler tes pleurs.

just have to move the bats out of your head t'étais bien plus forte que tu ne voulais le croire. tu tenais le coup. il fallait bien. tu n'étais pas toute seule. tu te découvrais une force intérieure. cachée mais réelle. et ça faisait du bien. parce que la spirale elle a pas fini de tourner. elle t'a embarquée sans que tu dises quelque chose. mais elle t'a plongée encore plus. des dettes. des problèmes financiers. tu t'en sortais plus. alors t'as du partir. pour vivre. pour ton fils. t'as fini par atterrir ici. t'en es pas tellement fière. vivre aux crochets des autres te gêne. ça t'humilie presque. t'aimerais faire autrement. mais t'as pas le choix. tes parents ne peuvent pas vous assumer. c'est trop compliqué pour eux. heureusement qu'il y a dorian. toujours lui. toujours là quand il faut. tu sais pas comment tu ferais sans lui. c'est ton meilleur ami. pour sûr. tu lui revaudrais jamais ça. c'est sûr. alors t'essayes de mériter son amitié. tu veux pas passer pour celle qui en profite. oh que non. c'est pas toi ça. ça ne l'a jamais été. alors t'essayes de faire le plus que tu peux. d'aider dans la maison. de te proposer pour tout et n'importe quoi. de travailler. t'as commencé par ça. tenter de récolter le plus vite possible de l'argent. mais c'est plus compliqué. ton statut ne te permet pas grand chose. et encore tu mens. tu te prétends sang mêlé. même à la famille de dorian. s'ils savaient ils ne t'auraient jamais accepté. oh que non. les magiciens c'est la peste. le choléra. alors t'as du mentir pour deux. t'aimes pas ça. mais t'as pas le choix. t'as l'impression de renier ce que tu es. de passer à la trappe ton essence même. mais la balance penche déjà. t'as plus le choix. alors tu te fais. tu fais semblant. ça n'est pas trop difficile au final. même si tu attrapes vite des sueurs froides. mais ça se règle. t'es forte. les épreuves t'atteignent gravement, te blessent. mais elles finissent par glisser sur toi comme de l'eau. tu t'accroches à tout toi. il ne te reste plus que ça. ouais. heureusement que t'as wilhem. t'aimerais autre chose pour lui parfois. une vie bien meilleure que ce que tu peux lui offrir. mais tu sais pas où tu en serais sans lui. c'est lui qui te donne ta force. c'est lui qui te demande de te battre. ton instinct maternelle sans doute. alors tu te débats oh que oui. c'est le plus important à présent. lui. alors tu lui souris. t'es une maman attentive. t'essayes de passer le plus possible de temps avec lui. tu ne veux pas le voir grandir trop vite. même si la vie l'y oblige presque. le petit ouvre ses grands yeux. il rit. alors tu rouvres à nouveau ta main. de petites étincelles s'en échappe. une minuscule pluie d'étoiles. cela lui a toujours donné le sourire. t'aimes le voir heureux. il regarde les petites pellicules d'astres émerveillé. curieux aussi. « un jour tu le feras toi aussi. » c'était un des premiers sorts que dorian t'avait appris. t'étais fière de le montrer à ton fils. oh que oui. il ne doit pas comprendre sans doute. mais son regard s'illumine. tu souris. encore. l'enfant d'un an passé posa alors sa petite main dans la tienne. assis, il ne bouge presque pas sur ton lit. c'est une après midi tranquille. l'hôtel particulier des vanheycke était silencieux. cela te glaçait presque. t'aimais le bruit toi. l'agitation. mais t'étais bien trop concentrée sur ton fils pour y réfléchir. tu fis encore une fois le tour. à la plus grand joie de l'intéressée. pourtant tu t'arrêtas bien vite. wilhem en sembla même surpris. des pas dans le couloir. puis quelqu'un qui toquait. si quelqu'un te voyait exécuter un tour sans paroles. t'étais sans aucun doute fichue. on saurait que t'étais magicienne. parce que ne pas prononcer de sorts c'était soit être sorcier, soit être magicien. et les "sangs purs" étaient connus. tu pouvais pas prétendre leur appartenir. oh que non. alors t'aurais été fichu. et dorian aurait fait tout ça pour rien. tu éparpilles vite les étoiles qui s'évapore. tu te lèves alors du dessus de ton lit tout en prenant ton fils dans tes bras. ce dernier semblait contrarié. « on refera ça tout à l'heure d'accord ? » tu ne le savais même pas. tu pouvais pas prendre trop de risque. tu le savais. tu finis par ouvrir la porte avec ta main libre. ton coeur s'arrêta presque. ouf. tu découvris alors ton meilleur ami. soulagement total. cette vie était disons bien compliquée. ta vie du moins. tu trainais ta peine. tu la bordais sous des sourires. ce que tu es est caché. pourtant t'en es fière. mais t'as pas le choix. c'est ta vie à présent. quelle vie.
(c) light of the seven

   



 

what's wrong with you ? he's just a kid. we're all just kids and we just have this life and the things you say and do, we feel that. how can you have so much hate in your heart ? how can you act like it doesn't matter? it does matter. what happened to us ? we're just kids. we can't be like this. it's not possible.




Dernière édition par Ilse Ackerman le Lun 24 Oct - 23:44, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas

Franziska Fuchs
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 591
‹ PSEUDO : indi
‹ FACE & CREDITS : Hanna Mangan Lawrence & indi (ava), tumblr (gifs), F. von Schiller (citations)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
‹ STATUT CIVIL : jeune fleur dans le meilleur des âges, son mariage n'est plus qu'une question de temps. Son fiancé est un fils des Monaci, Matteo.
‹ STATUT DU SANG : pose lui la question en face si tu oses, tu ne seras pas déçu de la réponse.
‹ OCCUPATION : Des mauvaises langues vous diront qu'elle se rend chaque jour à la réserve 'Die Höhle' dans le seul but de rabaisser les employés si ces derniers ne se plient pas assez vite à ses nombreuses caprises. Alors qu'officiellement, elle y est employé en tant que gestionnaire de la faune depuis qu'elle a obtenu sa licence en biologie de la conservation quelques années auparavant. Un emploi qu'elle apprécie plus que tout, bien qu'elle ne l'avouerait certainement jamais, préférant se plaindre haut et fort de l'effet que le travail en plein air aurait sa peau délicate.
‹ ALLÉGEANCE : les Löwewald, comme tous les membres de sa famille, mais il ne s'agit là que d'une alliance par intérêt, car la jolie brune tournerait sa veste en un clignement des yeux si cela pouvait servir ses intérêts
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 2) ; ténacité (niv. 1) ; dominance (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 19:33

bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche


Traue nie einer Füchsin.


⋆ Das Gesetz ist der Freund des Schwachen.


Dreifach ist der Schritt der Zeit: zögernd kommt die Zukunft hergezogen, pfeilschnell ist das Jetzt verflogen, ewig still steht die Vergangenheit.
Revenir en haut Aller en bas

Phillip Vasilis
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 261
‹ PSEUDO : GBK.
‹ FACE & CREDITS : Bob Morley.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Thais Badstuber.
‹ STATUT DU SANG : Mêlé.
‹ OCCUPATION : Directeur de la Reinbank.
‹ SCOLARITÉ : Goldalder il y a très longtemps.
‹ ALLÉGEANCE : Impérialiste du Lion.
‹ LOCALISATION : Hambourg.
‹ COMPÉTENCES : audace (niveau 1), discrétion (niveau 1), espionnage (niveau 1).

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 19:42

Bienvenue et bon courage pour ta fiche


Revenir en haut Aller en bas

Isabella Fuchs
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 341
‹ PSEUDO : Melo
‹ FACE & CREDITS : Anna speckhart & angeldust
‹ MULTICOMPTES : Aucun pour le moment
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 21 petites années qu'elle n'a pas eu le temps de contrôler.
‹ STATUT CIVIL : Fiancée, mais elle se considère célibataire. La demoiselle a un fort caractère et semble ne pas vraiment apprécier qu'on l'oblige à épouser un homme pour garantir la pureté de sa famille.
‹ STATUT DU SANG : Aussi pur que l'air que vous respirez et pourtant bien souvent toxique.
‹ OCCUPATION : Elle pratique régulièrement l'équitation, elle a toujours été passionnée par les chevaux. Elle aime aussi beaucoup l'écriture, mais n'a pas vraiment une très grande fibre artistique.
‹ SCOLARITÉ : Après avoir terminé son cursus à Goldadler, elle suit désormais des études vétérinaires pour pouvoir s'occuper des soins des animaux de la réserve qu'ils soient magiques ou non.
‹ ALLÉGEANCE : Elle devrait sans doute dire à sa famille et pourtant... elle n'arrive pas à s'y tenir. Une colère sourde grandit en elle, la seule allégéance qu'elle a va, va finalement à elle même. Mais n'allez pas croire qu'elle veut voir sa famille tomber, ce n'est pas le cas, disons qu'elle ne prend pas vraiment partie.
‹ LOCALISATION : Stuttgart, là ou est "sa" place.
‹ COMPÉTENCES : Persuasion (niv. 1) ; tenacité (niv. 1) ; espionnage (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 19:57

Bienvenue parmi nous , bon courage pour ta fiche tu vas faire un heureux


one thousand lonely stars
I like the night. Without the dark, we'd never see the stars ✻ “You may say I'm a dreamer, but I'm not the only one. I hope someday you'll join us. And the world will live as one.”
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 21:02

Ilse ** j'aime trop ce scénario Arrow
Bienvenue ici, et bon courage, si tu as des questions, tu sais où nous trouver !


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Marzia Monaci
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 132
‹ PSEUDO : songbird // chloé
‹ FACE & CREDITS : emily browning // - (av.)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-quatre ans
‹ STATUT CIVIL : fiancée, comme toutes les jeunes femmes de son rang - son promis est un Fuchs, Andreas.
‹ STATUT DU SANG : est-ce une vraie question ? aussi pur qu'il puisse l'être.
‹ OCCUPATION : organisatrice d'événements chez K&E
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion.
‹ LOCALISATION : bremen
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 1) ; fraternité (niv. 1) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 22:06

comme t'es jolie I love you
bienvenue et bon courage pour ta fiche



”like a river flows
surely to the sea
darling, so it goes.”

I FOUND THE DEVIL:
 
Revenir en haut Aller en bas

Aloisia Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 468
‹ PSEUDO : flyingsquirrel. (maëlle)
‹ FACE & CREDITS : holland roden. (hepburns)
‹ MULTICOMPTES : andreas le plus beau.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : elle effleure les trois décennies du bout des doigts. vingt-huit ans, un âge vêtu d'une grande signification à ses yeux. une année qu'elle n'oubliera pas.
‹ STATUT CIVIL : l'alliance à son doigt la lie pour la vie à luis rosenwald. mariée depuis quatre ans au futur empereur, on ne peut pas dire qu'ils s'aiment d'un amour fou, mais forment un duo très soudé. cependant il n'est pas rare qu'aloisia ne se perde dans les draps d'un autre.
‹ STATUT DU SANG : son sang est pur et il ne pourrait pas en être autrement.
‹ OCCUPATION : aloisia est juge et ce depuis quelques années. c'est elle qui fait et défait des vies, qui décide qui est coupable et qui ne l'est pas.
‹ SCOLARITÉ : diplômée de goldadler depuis une dizaine d'années, aloisia était une étudiante qui excellait dans tous les domaines.
‹ ALLÉGEANCE : son allégeance va au rosenwald et de ce fait à l'impératrice. ça a toujours été une évidence pour aloisia, qui a été élevée avec les valeurs de l'empire.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 1) ; fraternité (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 22:10

bienvenue parmi nous I love you jenna est parfaite maelle
par contre, jenna est justement tentée par un autre membre, je préfère te prévenir puisque vous êtes toutes les deux en compétition pour l'avatar du coup I love you
bon courage pour ta fiche



 
the stars gave her a crown and said this is your place of belonging.

aesthetics:
 
Revenir en haut Aller en bas

Alan Walgenwitz
politiquement neutre

avatar

‹ MESSAGES : 539
‹ PSEUDO : Argo
‹ FACE & CREDITS : Andrew Garfield - (Lellia, Bazzart)
‹ MULTICOMPTES : Non
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans
‹ STATUT DU SANG : Mêlé
‹ COMPÉTENCES : Audace (niv.1) Diplomatie (niv.1) Empathie (niv.1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 22:20

Bienvenue sur le forum Smile
Revenir en haut Aller en bas

Ilse Ackerman
pour un nouveau régime

avatar

‹ MESSAGES : 19
‹ PSEUDO : imaginatorium.
‹ FACE & CREDITS : jenna-louise coleman (timeless + imaginatorium).
‹ MULTICOMPTES : aucun pour le moment.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans d'existence. c'est bien beau tout ça. vingt-cinq années à respirer sur cette terre. vingt-cinq ans de drame, de tragédie et d'espoir. c'est tout ce qu'il reste en elle. de l'espoir.
‹ STATUT CIVIL : tu l'aimais. mais le sort vous a frappé. ce fut soudain. une tragédie. tu portes encore l'anneau qui vous unit. unissait. t'as du mal à le croire. t'es trop jeune pour ça. trop frêle pour ça. mais t'es veuve. tu commences à le réaliser. ça te terrifie. surtout quand tu vois qu'il a son regard. wilhem.
‹ STATUT DU SANG : dans tes dansent les étoiles. tu ne fais pas partie de ce monde. t'es céleste, jolie magicienne. mais impure. tu fais des choses que tes autres paires, humains, ne comprennent pas. tu fais des choses que des sorciers ne comprennent que trop bien. t'es entre deux eaux. t'es rejetée par tes cousins les humains. t'es dégradée par tes frères sorciers. alors où es-tu ?
‹ OCCUPATION : rêve avorté. tu dois bien survivre. ce n'est peut être pas glorieux. pas tellement enrichissant. c'est vrai. mais t'as pas réellement le choix. il faut bien que tu économises. que tu travailles pour mettre de ton côté. ton rang ne te permet pas grand chose. alors t'as du accepté d'être service de quelqu'un. tu détestes ça. ta ravale ta fierté tous les matins. tu voudrais t'insurger. hurler. mais tu t'écrases. t'as pas le droit à l'erreur. vraiment. tu le fais pour ton fils. toujours lui évidement.
‹ SCOLARITÉ : tu n'as pas eu cette chance. tu as appris sur le tas. comme ça. grâce à ton meilleur ami aussi. et à ta ténacité. cela fait beaucoup.
‹ LOCALISATION : tu as quitté ta maison. tous ces souvenirs dedans. toute cette peine qui ancrait tes murs. on t'héberge. t'y croirais presque pas tes yeux. l'hôtel particulier des vanheycke. grâce à dorian. évidemment. qui d'autre ? tu sais que sans lui tu serais probablement à la rue avec ton fils. jamais tu ne pourrais assez le remercier. tu sais les risques qu'il prend pour toi. ça te touche. vraiment.
‹ COMPÉTENCES : fraternité (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1) ; ténacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 22:27

oooown.   merci à tous vous êtes adorables.  

aloisa
, sérieux ? jenna est tentée ?   awn je l'ai pas vu dans les tentés. j'aime tellement pas la compétition. mais bon... Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Aloisia Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 468
‹ PSEUDO : flyingsquirrel. (maëlle)
‹ FACE & CREDITS : holland roden. (hepburns)
‹ MULTICOMPTES : andreas le plus beau.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : elle effleure les trois décennies du bout des doigts. vingt-huit ans, un âge vêtu d'une grande signification à ses yeux. une année qu'elle n'oubliera pas.
‹ STATUT CIVIL : l'alliance à son doigt la lie pour la vie à luis rosenwald. mariée depuis quatre ans au futur empereur, on ne peut pas dire qu'ils s'aiment d'un amour fou, mais forment un duo très soudé. cependant il n'est pas rare qu'aloisia ne se perde dans les draps d'un autre.
‹ STATUT DU SANG : son sang est pur et il ne pourrait pas en être autrement.
‹ OCCUPATION : aloisia est juge et ce depuis quelques années. c'est elle qui fait et défait des vies, qui décide qui est coupable et qui ne l'est pas.
‹ SCOLARITÉ : diplômée de goldadler depuis une dizaine d'années, aloisia était une étudiante qui excellait dans tous les domaines.
‹ ALLÉGEANCE : son allégeance va au rosenwald et de ce fait à l'impératrice. ça a toujours été une évidence pour aloisia, qui a été élevée avec les valeurs de l'empire.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 1) ; fraternité (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 23:37

oui, par ici I love you l'avatar n'est pas réservé ni rien, c'est pour ça que tu l'as pas vu je suppose :cœur: je comprends totalement j'aime pas trop la compétition non plus, donc vraiment à toi de voir maelle



 
the stars gave her a crown and said this is your place of belonging.

aesthetics:
 
Revenir en haut Aller en bas

Magdalena Feuerbach
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 964
‹ PSEUDO : appletini
‹ FACE & CREDITS : margot robbie & SWEET DISASTER ; tumblr
‹ MULTICOMPTES : roskana dashkov
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept années de vie qui se sont écoulées brusquement sans laisser de trace
‹ STATUT CIVIL : mariée, depuis peu, au deuxième fils de la branche majeure des Fuchs
‹ STATUT DU SANG : à n'en pas douter, son sang est aussi pur que le cristal
‹ SCOLARITÉ : ancienne membre du pavillon erde, diplomée de l'académie goldadler il y a déjà quelques années
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion.
‹ COMPÉTENCES : ténacité (niveau 2), fraternité (niveau 1), persuasion (niveau 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 23:43

J'adore ce scénario I love you
Bienvenue sur LOTS et bon courage pour ta fiche ! N'hésite pas si tu as des questions


    fear of love
    underco. △ underco. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Ilse Ackerman
pour un nouveau régime

avatar

‹ MESSAGES : 19
‹ PSEUDO : imaginatorium.
‹ FACE & CREDITS : jenna-louise coleman (timeless + imaginatorium).
‹ MULTICOMPTES : aucun pour le moment.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans d'existence. c'est bien beau tout ça. vingt-cinq années à respirer sur cette terre. vingt-cinq ans de drame, de tragédie et d'espoir. c'est tout ce qu'il reste en elle. de l'espoir.
‹ STATUT CIVIL : tu l'aimais. mais le sort vous a frappé. ce fut soudain. une tragédie. tu portes encore l'anneau qui vous unit. unissait. t'as du mal à le croire. t'es trop jeune pour ça. trop frêle pour ça. mais t'es veuve. tu commences à le réaliser. ça te terrifie. surtout quand tu vois qu'il a son regard. wilhem.
‹ STATUT DU SANG : dans tes dansent les étoiles. tu ne fais pas partie de ce monde. t'es céleste, jolie magicienne. mais impure. tu fais des choses que tes autres paires, humains, ne comprennent pas. tu fais des choses que des sorciers ne comprennent que trop bien. t'es entre deux eaux. t'es rejetée par tes cousins les humains. t'es dégradée par tes frères sorciers. alors où es-tu ?
‹ OCCUPATION : rêve avorté. tu dois bien survivre. ce n'est peut être pas glorieux. pas tellement enrichissant. c'est vrai. mais t'as pas réellement le choix. il faut bien que tu économises. que tu travailles pour mettre de ton côté. ton rang ne te permet pas grand chose. alors t'as du accepté d'être service de quelqu'un. tu détestes ça. ta ravale ta fierté tous les matins. tu voudrais t'insurger. hurler. mais tu t'écrases. t'as pas le droit à l'erreur. vraiment. tu le fais pour ton fils. toujours lui évidement.
‹ SCOLARITÉ : tu n'as pas eu cette chance. tu as appris sur le tas. comme ça. grâce à ton meilleur ami aussi. et à ta ténacité. cela fait beaucoup.
‹ LOCALISATION : tu as quitté ta maison. tous ces souvenirs dedans. toute cette peine qui ancrait tes murs. on t'héberge. t'y croirais presque pas tes yeux. l'hôtel particulier des vanheycke. grâce à dorian. évidemment. qui d'autre ? tu sais que sans lui tu serais probablement à la rue avec ton fils. jamais tu ne pourrais assez le remercier. tu sais les risques qu'il prend pour toi. ça te touche. vraiment.
‹ COMPÉTENCES : fraternité (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1) ; ténacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Dim 16 Oct - 23:57

aloisa, oh je vois.   en fait je parlais surtout du google doc que vous avez envoyé par message privé avec tous les recensements dont les avatars tentés des non-validés.   m'enfin. Rolling Eyes

magdalena, own merci à toi.


 

what's wrong with you ? he's just a kid. we're all just kids and we just have this life and the things you say and do, we feel that. how can you have so much hate in your heart ? how can you act like it doesn't matter? it does matter. what happened to us ? we're just kids. we can't be like this. it's not possible.


Revenir en haut Aller en bas

Marius Löwewald
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 429
‹ PSEUDO : BARJAVEL
‹ FACE & CREDITS : sam claflin (faust)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept ans. des années qui s'écoulent, qui le forgent.
‹ STATUT CIVIL : mariée. une belle femme, celle que l'on voudrait, que l'on désirait. pourtant cela semble si compliqué pour lui.
‹ STATUT DU SANG : pur. une sang pourpre. digne d'un nom royal, il est de la haute société.
‹ OCCUPATION : avocat. une tempête de mots. des paroles qui défilent, une défense sans faille. comme sur un champ de bataille. ambitieux, la défaite n'est pas pour lui.
‹ SCOLARITÉ : diplômé de Goldadler. élève studieux. brillant et remarquable. comme un lion qui brille.
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion. avec sa famille. son père. lui.
‹ LOCALISATION : berlin, bel appartement où l'on se perd à cause du luxe.
‹ INVENTAIRE : une alliance au doigt qu'il ne peut retirer. un porte-feuille toujours sur lui. une chaîne autour du poignet offert par sa mère. et un téléphone.
‹ COMPÉTENCES : honneur (niv. 1) // leadership (niv. 2) // tenacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Lun 17 Oct - 19:20

jenna
bienvenue n'hésite pas si tu as des questions
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Lun 17 Oct - 19:35

Oh la jolie Jenna.
Bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas

Klaus Badstuber
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 833
‹ PSEUDO : cranes for spidey (not so serious) - emma.
‹ FACE & CREDITS : toby regbo - gentle heart.
‹ MULTICOMPTES : chiyoko wolffhart, meilleure que vous.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans.
‹ STATUT CIVIL : marié, un anneau qu'il aimerait jeter dans les flammes.
‹ STATUT DU SANG : sang-mêlé, malédiction de sa lignée.
‹ OCCUPATION : homme de main de la femme de sa vie. mais pas de sa femme.
‹ SCOLARITÉ : il a suivi le cursus de la prestigieuse académie de Goldadler, même si bien sûr tout l'argent investi ne suffit pas à le débarrasser de ces maudites incantations.
‹ ALLÉGEANCE : loyal aux lowëlad mais avant tout aux monaci. son coeur lui n'obéira toujours qu'aux ordres de micaëla
‹ LOCALISATION : il alterne entre son appartement à Hambourg avec sa femme, sa chambre de fonction au palais des Löwewald et sa demeure familiale à Brême.
‹ INVENTAIRE : sa bite et son couteau. l'un de ces deux objets est long.
‹ COMPÉTENCES : abnégation (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   Lun 17 Oct - 19:41

bienvenue parmi nous, j'adore jenna et ce scénario était définitivement attendu



tried to keep you close to me but life got in between. hold back the river, let me look in your eyes, hold back the river, so i can stop for a minute and see where you hide. lonely water, won't you let us wander, let us hold each other ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

she was chaos and beauty intertwined, a tornado of roses. (ilse) [Délai 1 : 26 octobre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Volubis :: La galerie des portraits :: En règle-