Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum

Partagez | 
 

 you have wings, learn to fly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Leda Koleczko
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 59
‹ PSEUDO : natblida, jen.
‹ FACE & CREDITS : as, january blues.
‹ MULTICOMPTES : le futur roi d'italie.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit années damnées, le double de maux.
‹ STATUT CIVIL : le cœur est patience.
‹ STATUT DU SANG : le juste mêlé, le bas, mais aucune envie de se hisser.
‹ OCCUPATION : servante, les mains et oreilles du cadet de l'impératrice.
‹ ALLÉGEANCE : disciple de la rose.
‹ LOCALISATION : le palais de la rose. au plus près des maîtres admirés, depuis ses premières années de vie.
‹ COMPÉTENCES : discrétion (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; empathie (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:06


Leda Koleczko
the dose makes the poison
— Prénom(s): leda. syllabes crues, qui savamment collent à son être. — Nom: koleczko. ces discrets dont elle ne fait partie, pourtant tout aussi nimbée de secrets, porteuse de leurs tares et maintes vertus. — Age: vingt-huit années de damnation, et le double de maux. — Date et lieu de naissance: le treize juillet ils reculaient d'un pas, ne la serraient dans leurs bras. les larmes, et ce silence après les cris dans les couloirs glaçants de l’hôpital günther bartholomaeus. — Etat du sang : le juste mêlé, le si bas, mais l'accepté. aucune envie de se hisser. — Statut civil : le cœur attends, en vain sûrement. — Emploi: servante, mains et oreilles de niklas rosenwald, chef de famille de la dernière branche de la famille impériale. — Niveau de richesse : pauvre par les racines, mais si riche des prestiges accordés. — Dieu affilié : l'honnie devrait être vénérée, et pourtant le rose est favorite. — Lieu d'habitation : le palais de la rose. au plus près des maîtres, des admirés, des si bons, depuis ses premières années de vie. — Camp politique : impérialiste de la rose, des premiers cris jusqu'au tombeau. — Traits de caractère : douce, serviable, menteuse, discrète, naïve, insatisfaite, calme, polie, dépendante, maligne, fragile, réaliste, distinguée, secrète, pessimiste, suiveuse, fidèle, observatrice.
des prunelles si claires qu'on aurait pu la penser aveugle. l'azur, signe de malédiction chez les koleczko, ce clan des plus superstitieux. très peu ont hérités de cette tare, et chacun d'eux semble en avoir payé le prix. depuis la nuit des temps, ils inspirent la peur. regardés de travers, soupçonnés, confinés, car chacun sait qu'ils apporteront le mal à ceux qui les approcheront de trop près. coïncidences ou véritable damnation, nul ne le saura jamais et pourtant presque tous y croient dur comme fer. fidèle à y laisser sa chaire au clan rosenwald, elle partage les mœurs de l'élite et se courbe avec entrain devant leur pureté. car en son propre sang elle ne verra jamais que bassesse, mêlés et magiciens n'auront jamais la poigne suffisante pour gouverner ce monde au sein duquel elle se sent à sa juste place. gardienne de secrets et fidèle servante, là ne sont pourtant que maigres contreparties face à la grandeur de cette reconnaissance qu'elle éprouve envers ses maître. ceux qui la font profiter des beautés de leur univers, ceux qui la traite de bien meilleure manière qu'elle ne le méritera jamais. jadis, sa mère hantait ses cauchemars, alors qu'elle pleurait le jour l'absence de ses pairs. mais le temps panse les plaies, fait oublier les peines. frêle poupon laissé de côté et devenu pupille des rosenwald, elle vit pour leurs couleurs, les seuls qui illuminent son cœur. le jour de ses treize ans, on lui proposait une place de servante auprès d'ulrich rosenwald, l'ancien empereur. si fidèle domestique qu'elle aurait pris sa place dans le tombeau si le choix lui avait été donné. mais bien plus que ses yeux, ses mains, ou encore cette oreille attentive dont jamais les secrets ne s'échapperont. elle fut aussi, plus tard, son amante durant de longs mois, jusqu'à ce que le poison emporte l'aimé trop près du précipice. mais elle ne connaîtra jamais les machinations d'helmina, alors la douce continuera de culpabiliser. si elle ne s'était pas donnée, peut-être serait-il toujours là. elle redonnait son cœur, trois années après cela, à un ancien domestique devenu soldat de la rose. il savait tout d'elle, de ses maux à ce qui la faisait rire, de ses secrets les plus enfuis à ses mimiques les plus sordides. une fois il échappait à la mort, alors que leur relation demeurait encore platonique. puis l'amour, les baisers échangés, les corps mélangés. elle avait fini par se donner à celui qui n'avait eu de cesse de quémander. mais le champ de bataille l'a enlevé une seconde fois à la belle. pour des mois, devenus années. et encore aujourd'hui son cœur attend ce fiancé perdu, celui qu'elle n'aurait dû aimer. si douce, tellement élégante, par la voix, les gestes et les mots. jamais une ombre ne semble ternir ce regard menteur, aussi nombreux sont les démons qui le hantent. nul haussement de tons, moins encore de langage ordurier, toujours ces belles paroles, sages, calculées. une maîtrise de soi hors du commun. même lorsque son âme pense noir, ses lèvres elles, affirment blanc.
— discrétion : tu n'as toujours été que cette ombre, discrète et volage. vautour aguerri parmi les foules, tes prunelles aiguisées tirent et soutirent sans qu'on ne puisse jamais les croiser. — loyauté : l'esprit fort de ce courage, l'unique qui n'est imposé par la peur, seulement l'envie d'un cœur pur. et tes mains souvent se tâchent pour faire briller l'étendard, jamais tu ne cesseras d'hurler ses couleurs. — empathie : ta main sans cesse tendue vers l'autre. qui pour ressentir les maux si ce n'est l'incurable, toi qui ne connais que trop bien l'infortune pour vouloir la partager.
— pseudo : natblida, jennifer. — âge : toujours vingt-deux ans, et pour encore quelques semaines. — pays : aux armes, citoyens. — disponibilité : bien trop souvent, comme vous avez déjà pu le remarquer. — personnage : inventé, mais membre d'une famille prédéfinie. — avatar : ma muse, la belle anna selezneva. — crédits : a-s, tumblr. — commentaires ou suggestions ? : cœur sur vous les beaux, j'vous aime tellement que j'en deviens schizophrène.
(c) light of the seven

   



Dernière édition par Leda Koleczko le Mer 31 Aoû - 14:23, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Leda Koleczko
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 59
‹ PSEUDO : natblida, jen.
‹ FACE & CREDITS : as, january blues.
‹ MULTICOMPTES : le futur roi d'italie.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit années damnées, le double de maux.
‹ STATUT CIVIL : le cœur est patience.
‹ STATUT DU SANG : le juste mêlé, le bas, mais aucune envie de se hisser.
‹ OCCUPATION : servante, les mains et oreilles du cadet de l'impératrice.
‹ ALLÉGEANCE : disciple de la rose.
‹ LOCALISATION : le palais de la rose. au plus près des maîtres admirés, depuis ses premières années de vie.
‹ COMPÉTENCES : discrétion (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; empathie (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:07


catalyst and chaos
L'étoile a pleuré rose au coeur de tes oreilles,
L'infini roulé blanc de ta nuque à tes reins,
La mer a perlé rousse à tes mammes vermeilles,
Et l'Homme saigné noir à ton flanc souverain.
1989, au sud du square des trois roses. « Laissons-là aux Rosenwald, elle sera heureuse. » Tu jouais dans un coin de la pièce, encore sourde face aux conversations des grands. Mais comment se douter des propos de cette mère qui savait user d'une voix doucereuse pour n'attirer l'attention. Si paisible, tu avais osé un regard en sa direction quelques secondes avant et elle t'avait rendu ce sourire qui semblait tellement sincère, si véritable. La vie l'avait-elle endurcie, ta mère, ou n'avait-elle jamais été que cette femme rusée à l'honneur bien trop grand ? Tu ne le saurais jamais, ne pourrait que deviner, imaginer les démons qui la hantaient. « Et nous, serons-nous heureux sans elle ? » Ton père lui ne prenais jamais de gants, alors il attirait ton faciès naïf le temps d'une brève seconde, avant que les couleurs des cubes face à toi ne reprennent toute ton attention. « Ce ne sont que des rumeurs. » Les bras de ton père demeuraient cet unique endroit de quiétude, et lorsque ses prunelles t'admiraient, rien ne pouvait t'arriver. Et tu ne souriais jamais plus qu'en sa compagnie, tu n'étais jamais plus heureuse qu'auprès de lui. Était-ce cela que ta mère jalousait, ou là seulement l'une des excuses qui serviraient à calmer remords et honte. « Ta tante, et l'oncle de sa mère avant cela. » « Ce ne sont que des coïncidences, de vulgaires légendes auxquelles je n'ai jamais cru. » Et pourtant les faits étaient là, papa n'était qu'aveuglé par l'amour, et son cœur déchiré tentait vainement de se raccrocher à quelque chose, n'importe quoi. « C'est ta fille, notre enfant. » Poupon maudit, présage de malheur. « Nous ne l'abandonnons pas, nous faisons juste ce qui est le mieux. » « Pour elle, ou pour nous ? » Pour tout le monde, et le pire pour toi, frêle nourrisson. Si seulement tu savais, si seulement tu pouvais entendre, et te préparer aux larmes, à voir ton cœur à toi aussi se déchirer. Ta mère ne désirait répondre, connaissait-elle la compassion finalement ? Ou était-ce toujours l'infamie qui la rendait muette. « Et les Rosenwald ? » « Ils ne craignent rien. » Tu porteras leurs maux, à ces gens. Et ton dos sera chargé de ces fardeaux que tu penseras tient. Car on ne t'apprendra jamais à croire au destin, seulement à la damnation. Ta malédiction. « Qu'en sais-tu ? » « Le malheur ne s'est jamais abattu que sur les Kolecsko. » Tu mimais un chuintement au loin, mais les pupilles sombres de ta mère avortaient toute esquisse de crise. Tu la craignais, ta mère. Tu la craindrais toujours. « Parce qu'ils ont fait l'erreur de les garder auprès d'eux. » « Elle n'est pas une erreur. » « Non, bien-sûr que non. » Elle avait toujours été malhonnête, ta maman. « Mais nous ne pouvons la garder ici. » Les géniteurs désabusés avaient au même moment tournés leurs regards vers toi, fillette. Et dans leurs esprits, des songes si différents. Mais au sein de tous, la peur.

2004, le palais de la rose. « Madame Rosenwald m'envoie vous dire que.. » « Qu'importe ses dires, viens. » Alors tu t'approchais, toujours ce sourire naïf qui dessinait tes lèvres. « Cela semblait important. » Et sa main s'emparait de la tienne, il se levait, te surplombait largement et laissait ses doigts glisser sur ta nuque, le long de ton dos, au creux de tes reins. « Plus important que cela ? » Il descendait plus bas encore, et de son regard te dévorait déjà, tel le dominant, ce prédateur que tu aimais qu'il soit. « C'est à propos de Serena. » C'était toujours à propos de Serena. Jamais la première dame ne semblait laisser ses iris regarder ailleurs, jamais un autre nom ne franchissait le seuil de ses lèvres, jamais personne d'autre dans ses bras. Peut-être était-ce pour cela, qu'il venait à toi. « Ma fille peut attendre. » « Moi aussi. » Tu n'étais qu'à son entière disposition, depuis que tu demeurais en âge de travailler. Et parfois même avant, car tu avais grandi entre ces murs qui étaient siens, dans sa demeure, dans l'un de ses lits surplombé de ce blason qui ne serait jamais tien, mais que tu portais farouchement dans ton cœur. Chaque jour, chaque nuit. Appelée par les murmures ou les cris, accueillie sous les caresses ou les coups. Tu étais sienne, mais son objet seulement. Une servante, à laquelle il avait depuis quelques mois trouvé nouvelle utilité. Et pourtant il demeurait tellement plus que cela, pour toi. Naïve enfant en constante recherche de reconnaissance, tellement dépendante. Il te regardait, et la lâche en toi aimait ça. Peu importait les maux alentours, car pour une fois, tu comptais. « Mais pas moi. » Il était beau, si fort. Tu n'avais jamais cherché le pouvoir, tu le craignais même, et pourtant lui t'inspirait. Alors tu devenais sienne, pour quelques minutes, une heure, plusieurs parfois. Et tu rêvais de lui lorsqu'il était ailleurs, dans les bras de sa femme, ou des autres, bien plus belles que toi. Mais cela ne te dérangeait pas, car il te regardait. Pour un court instant, il ne regardait que toi.

2008, le sentier de la main coupée. Quelques semaines qu'il avait été enterrer, que tu avais mordu jusqu'au sang l'intérieur de tes joues pour ne trop pleurer. Mais des années qu'il dépérissait, des mois que tu culpabilisais. Tout ce que tu touchais déclinais, tout ceux qui t'approchaient faiblissaient. L'empereur, et lui avant cela, revenu blessé du combat. Payait-il le temps passé auprès de toi, ou seulement ces sentiments naissant que tu devinais. Et Serena, la si belle Serena, fruit du protecteur qui s'en était allé. Tu la veillais, parfois. Allait-elle périr, elle aussi ? Comme ta grand-mère, qui savourait loin de toi les dernières semaines que la faucheuse lui octroyait. Tout ne semblait que chaos dans ton sillon, et plus tu songeais à l'anarchie environnante, plus les exemples fusaient. Avaient-ils eu raison ? Était-ce de l'intelligence que de te garder éloignée, ou une énième folie de ta lignée ? Tu peinais davantage à croire à l'aliénation avec les années, à voir tous les tourments auxquels tu étais reliée. Quelques-uns avant toi avaient aussi porté la marque du malheur, avaient été pointés du doigt, déclaré maudits. Et pourtant, c'est leur propre vie qu'ils avaient ruinés, pas celle d'autrui. Certain étaient décédés si jeunes qu'on s'en souvenait à peine, d'autres s'étaient donné la mort, épuisés par les épreuves de la vie. Mais toi, tu vivais bien, trop bien sûrement. Et c'est le monde qui en pâtissaient. « Pourquoi tu m'as emmenée ici ? » « Pour te changer les idées, et que tu l'oublies. » Et pourtant, malgré tout, autour de toi encore gravitait la bienveillance, sans que tu ne saches véritablement pourquoi. « Tu veux me faire oublier la mort en m'envoyant dans un coupe-gorge ? » C'était la première fois que tu riais, depuis longtemps. Parce que tu n'osais plus rire, te sentais coupable de rire, d'éprouver de la joie, alors que tant d'autres en manquait. Peut-être à cause de toi. « C'est une bonne idée, hein ? » Tu le laissais prendre ta main, suivais ses pas dans cette sombre ruelle et ne fixais que son faciès, incapable de faire face aux malheureux. « Je ne comprends pas. » « Au moins ici, t'es avec tes semblables. » Et ta main lâchait la sienne pour aller doucement frapper son épaule, alors que tes lèvres s'étiraient à nouveau en sourire. Tu pouffais - et ça te faisait presque mal. « J'te deteste. » Tu l'aimais, tellement, mais tu ne devrais pas. Tu n'étais de ces bonnes à marier, pas même à donner, moins encore à aimer.

2016, le palais de la rose. Tu aurais voulu te fondre dans les tapisseries, et ne porter cette robe trop scintillante qui attirait les regards. Pourtant, tu aimais cela, qu'on te regarde. Mais eux ne t'aimaient pas. Tous ces gens, tous ces purs. Ils ne voyaient en toi qu'une moins que rien. Les hommes reluquaient tes courbes, alors que des femmes tu n'avais le droit qu'aux regards en coin. Et tu n'étais à l'aise dans la foule, alors tu regardais au loin, cherchais ton maître, espérais si fort qu'il t'appelle. « Elle arrive, tenez-vous droit. » Mais ce n'était que la voix de ta mère qui parvenait jusqu'à tes oreilles, celle que tu entendais si peu, encore trop souvent. « Et souriez. » Souris, Leda, aurait-elle dû dire. Car tu sentais son regard te scruter. Ce regard insistant, critique, sévère. Elle ne parlait qu'à toi, et pourtant ne t'adressais jamais un mot. Tu avais toujours du lire entre les lignes, mais si rare demeurait la bienveillance dans ce que tu devais deviner. Alors tu avais arrêté d'essayer de trouver le bon à côté duquel tu pensais passer. Tu avais arrêté d'essayer de comprendre, de parler, d'exister. Tu avais arrêté de la regarder, de les regarder, et d'espérer faire partie de ce clan dont tu ne portais jamais que le nom. Même maintenant, alors que l'impératrice faisait profiter l'assemblée de ses mots, tu demeurais en retrait. Prostrée derrière, cachée. Toujours cachée. « L'un de vous a tenté de m'empoisonner, moi et ma famille. » Elle parlait toujours, celle qui aurait pu être ta mère, alors que la véritable se tournait enfin vers toi, pointait presque du doigt le coupable. Son coupable, celui qu'elle s'était inventé, que le diable avait façonné.
(c) light of the seven

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:17

je ne connaissais pas l'avatar mais qu'elle est belle
superbe choix de famille je vais de ce pas lire cette fiche déjà bien avancée
mais avant ça, rebienvenuuue
Revenir en haut Aller en bas

Klaus Badstuber
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 833
‹ PSEUDO : cranes for spidey (not so serious) - emma.
‹ FACE & CREDITS : toby regbo - gentle heart.
‹ MULTICOMPTES : chiyoko wolffhart, meilleure que vous.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit ans.
‹ STATUT CIVIL : marié, un anneau qu'il aimerait jeter dans les flammes.
‹ STATUT DU SANG : sang-mêlé, malédiction de sa lignée.
‹ OCCUPATION : homme de main de la femme de sa vie. mais pas de sa femme.
‹ SCOLARITÉ : il a suivi le cursus de la prestigieuse académie de Goldadler, même si bien sûr tout l'argent investi ne suffit pas à le débarrasser de ces maudites incantations.
‹ ALLÉGEANCE : loyal aux lowëlad mais avant tout aux monaci. son coeur lui n'obéira toujours qu'aux ordres de micaëla
‹ LOCALISATION : il alterne entre son appartement à Hambourg avec sa femme, sa chambre de fonction au palais des Löwewald et sa demeure familiale à Brême.
‹ INVENTAIRE : sa bite et son couteau. l'un de ces deux objets est long.
‹ COMPÉTENCES : abnégation (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; impulsivité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:30

re, saleté



tried to keep you close to me but life got in between. hold back the river, let me look in your eyes, hold back the river, so i can stop for a minute and see where you hide. lonely water, won't you let us wander, let us hold each other ?
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:57

... C'est quoi cette histoire (j'ai lu en diagonale je kiffe)

Rebienvenue ici What a Face la schizophrénie, c'est mal What a Face


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Phillip Vasilis
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 261
‹ PSEUDO : GBK.
‹ FACE & CREDITS : Bob Morley.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Thais Badstuber.
‹ STATUT DU SANG : Mêlé.
‹ OCCUPATION : Directeur de la Reinbank.
‹ SCOLARITÉ : Goldalder il y a très longtemps.
‹ ALLÉGEANCE : Impérialiste du Lion.
‹ LOCALISATION : Hambourg.
‹ COMPÉTENCES : audace (niveau 1), discrétion (niveau 1), espionnage (niveau 1).

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 14:59

Re-bienvenue et bon choix de personnage I love you


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 15:14

Joli prénom What a Face ell est belle
Je lirais dès que c'est fini j'ai hâte de voir ce que tu nous fabriques
Rebienvenue sur lots
Revenir en haut Aller en bas

Agnieszka Lindeberg
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 165
‹ PSEUDO : vae solis (paula)
‹ FACE & CREDITS : britt robertson (honeybones)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-six ans que son sourire rayonne
‹ STATUT CIVIL : mariée depuis plusieurs années à un lindeberg
‹ STATUT DU SANG : pur - si elle a été élevée en y accordant la plus grande importance, ce mot ne lui a jamais plu
‹ OCCUPATION : professeur d'alchimie
‹ ALLÉGEANCE : elle soutient le féminisme d'helmina rosenwald, mais en aucun cas la violence qu'elle lui associe parfois
‹ COMPÉTENCES : altruisme (niv. 1) ; persuasion (niv. 1) ; fraternité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 15:34

omg j'ai tout lu bc why not et jtm courage pour la fin de ta fiche What a Face


    fuel to fire Into the town we go, into your hideaway Where the towers grow, gone to be faraway Never do we know, never do they give away Where the towers grow, only you will hear them say Sing quietly along ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 16:32

Bienvenue et bon courage pour ta fiche!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 17:00

La schizophrénie c'est pas mal
T'es trop belle et j'adore ton histoire **
Revenir en haut Aller en bas

Leda Koleczko
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 59
‹ PSEUDO : natblida, jen.
‹ FACE & CREDITS : as, january blues.
‹ MULTICOMPTES : le futur roi d'italie.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit années damnées, le double de maux.
‹ STATUT CIVIL : le cœur est patience.
‹ STATUT DU SANG : le juste mêlé, le bas, mais aucune envie de se hisser.
‹ OCCUPATION : servante, les mains et oreilles du cadet de l'impératrice.
‹ ALLÉGEANCE : disciple de la rose.
‹ LOCALISATION : le palais de la rose. au plus près des maîtres admirés, depuis ses premières années de vie.
‹ COMPÉTENCES : discrétion (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; empathie (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 17:09

y'a qu'entre schizo qu'on sait se comprendre
meeeeerci beaucoup beaucoup à vous les beaux, vous êtes des amours
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 17:37

Ah que reuh' bienvenue
Avec ce magnifique personnage !
Bonne chance pour l'écriture de ta fiche ! <3
Et j'adore le prénom
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 21:16

Un autre DC 

Rebienvenue et bon courage pour ta refiche What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 23:24

Re bienvenue toi


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Leda Koleczko
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 59
‹ PSEUDO : natblida, jen.
‹ FACE & CREDITS : as, january blues.
‹ MULTICOMPTES : le futur roi d'italie.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-huit années damnées, le double de maux.
‹ STATUT CIVIL : le cœur est patience.
‹ STATUT DU SANG : le juste mêlé, le bas, mais aucune envie de se hisser.
‹ OCCUPATION : servante, les mains et oreilles du cadet de l'impératrice.
‹ ALLÉGEANCE : disciple de la rose.
‹ LOCALISATION : le palais de la rose. au plus près des maîtres admirés, depuis ses premières années de vie.
‹ COMPÉTENCES : discrétion (niv. 1) ; loyauté (niv. 1) ; empathie (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mar 30 Aoû - 23:53

merci beaucoup les mâles
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   Mer 31 Aoû - 0:53

Re Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: you have wings, learn to fly.   

Revenir en haut Aller en bas
 

you have wings, learn to fly.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Volubis :: La galerie des portraits :: En règle-