Navigation rapide

guide du nouveau
familles pures
familles mêlées
les alliances
géographie sorcière
monde magique et politique
autres annexes

le grand registre

journal de l'empire
top site

le flood !



 

fermeture du forum

Partagez | 
 

 (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 21:52


Liséa Rosenwald
Remember me.
— Prénom(s): Liséa, mariage entre Lise et Léa. Les géniteurs désiraient un prénom original et saisissant, à la hauteur de cette seule fille. Quelques lettres qui glissent sous la langue, consonances hivernales. — Nom: Née Taborska, mariée Rosenwald. Satisfaite de ce nouveau rang social. Elle en oublierait ses racines, dénigrant presque cette famille qu'elle considère comme de simples moutons. Elle rêvait de grandeur, recevant ce qui lui était dû. — Age: 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.  — Date et lieu de naissance: La neige s'emparait du décor, le douze janvier. La première année où les Taborski posaient bagage en Allemagne. — Etat du sang : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours. Les purs. — Statut civil : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte. Mère de la petite Liliana.— Emploi: Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes. — Niveau de richesse : Riche par procuration, profitant de l'argent des Rosenwald même si cette dernière pourrait être indépendante. Elle rentre un bon salaire chaque mois mais préfère le mettre de côté pour Liliana. — Dieu affilié : La rose, sans aucun doute. Depuis toujours, comme une évidence. — Lieu d'habitation : Berlin, palais des Rosenwald qui l'accueil. Elle ne s'y sent pas chez elle, bien trop marqué par les traces du passé. Liséa s'en contente pour l'instant. — Camp politique : Fidèle à son mari et la famille Rosenwald. Idolâtrant la rose, incapable de trahison quand il est question des siens.   — Traits de caractère : Manipulatrice, Liséa se montrait très joueuse dès son plus jeune âge. Féroce, elle compare souvent son caractère à celui d'un lion en cage. Loyale envers ceux qui compte réellement, les Rosenwald. Espiègle, savant parfaitement renverser une situation en sa faveur. Sensible quand cela concerne sa famille. Son seul point faible. Virulente envers les sangs mêlés qui ne méritent pas la vie à ses yeux. Déterminée dans tous ce qu'elle fait. Ambitieuse, incapable de se satisfaire du nécessaire. Toujours plus haut, répète t-elle avant de s'endormir. Sensuelle, jouant de ses charmes quand il le faut. Tendre, ses doigts de fée massent à merveille.
DO. Liséa est accro à sa famille. Elle vit pour eux et cette quête de pouvoir. La blonde ne l'avouera jamais mais elle craint toujours que son mariage se dégrade. Non par amour mais parce que ce confort la comble. Lui, Lukas, il est simplement le mari qui lui fallait. Ni plus, ni moins. RE. Sa haine pour les sangs mêlés est sans fin. Ils la répugnent et lui donnent même la nausée. Elle rêve de voir ces vermines brûler sous ses yeux. Liséa tente de se contrôler en public pour ne pas faire de vagues mais sa haine est tout aussi grande que dans le passé MI.  Sa fascination pour le sang prend de plus en plus d'ampleur. Elle aime cette texture qui lui caresse le bout des phalanges, cette odeur qui enivre ses narines jusqu'à l'ivresse. La blonde aimerait tuer un jour mais la responsabilité est trop grande. C'est une bombe à retardement. FA. Le piano, une passion qu'elle entretient depuis des années. La jeune femme en joue régulièrement au cabaret en fin de soirée tandis que ses filles lui offrent une dernière danse. Elle s'évade également la nuit sur l'instrument des Rosenwald, mélancolie qui s'évapore entre ses doigts. SOL. Liséa aime les corps. Autant masculin que féminin. Elle aime les courbes généreuses d'une demoiselle et la musculature parfaite d'un étalon. Elle se délecte de chaque spectacle, désirant parfois bien plus qu'un sens pour en explorer les charmes. LA. Liséa et Lukas, c'est une histoire qui débutait depuis l'enfance. Jamais ils ne se sont aimés mais l'un et l'autre se vouaient un respect infini. La force des choses les amenait bien vite à un mariage pour le plus grand plaisir de chacun. Une complicité qui fait perdurer le rêve, deux âmes qui savent se comprendre sans dire un mot. Ils sont deux opposés qui s'attirent comme des aimants, corps comme esprits. SI. La blonde est engagée politiquement. Elle sait faire entendre sa voix mais surtout dicter ses exigences. Liséa rêvait depuis l'enfance de cette place privilégiée. Elle la chérit et s'en délecte chaque jour. DO. Elle a habitué son entourage à une apparence impeccable. Habillée à la pointe de la mode et toujours apprêtait, elle inspire charisme et élégance. Son rire ne laisse jamais indifférent, l'un des seuls moments où elle semble vulnérable.
— Manipulation : Rosenwald n'est pas un hasard heureux pour Liséa. Depuis sa tendre enfance, elle s'acharnait à être cette petite fille modèle que les géniteurs Rosenwald appréciaient. Elle pensait au mariage avant même que ses derniers en concevaient l'idée. Elle tirait son épingle du jeu, manipulant ces personnes qu'elle estime pour être la femme d'un des jumeaux. Lukas de préférence.  — Charisme : Même si elle ne danse pas pour les clients du cabaret, beaucoup d'hommes passent les portes en espérant partager un verre avec la femme d'affaire. Certains la décriraient comme fatale, aux yeux ravageurs. On l'estime pour l'apparence qu'elle dégage mais également pour ses discours toujours droits et parfaitement débités.  — Persuasion : Elle sait parfaitement étaler des arguments mais surtout faire entendre sa voix. C'est ainsi qu'elle s'est engagée dans la politique et obtient souvent une place importante dans les décisions. Liséa peut taper du poing sur la table comme nier l'évidence pour faire comprendre à ses détracteurs qu'ils sont sur la mauvaise voix.  
— pseudo : Littlewolf    — âge : 23 années    — pays : France. — disponibilité : 5/7j — personnage : inventé — avatar : Natalie Dormer — crédits : Tumblr (Ouais c'est pas un crédit mais j'avais déjà fermé la page  — commentaires ou suggestions ? : Je vous aime  
(c) light of the seven

   





Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.


Dernière édition par Liséa Rosenwald le Sam 13 Aoû - 23:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 21:52


POUVOIR
Uncover
Do.

Ses lèvres se pinçaient finement alors qu’elle gagnait la table qui s’étalait le long du salon. Elle aimait cette demeure, cette luxure. Liséa Taborska, fine blonde au corps déjà enlacé, le regard perçant et cette malice qui se dégageait du regard bleu azur qu’elle maniait à la perfection. Dernière et seule fille de la branche majeure, celle qui serait promise à un mariage de pouvoir. Ses doigts plissaient la nappe sur le coin de table, elle possédait déjà un certain goût à la droiture et à la minutie. Liséa, elle regardait les Rosenwald s’installaient à leur table. Chacun riaient avec son voisin, plaisantaient avec délicatesse sur ce monde qui semblait évoluer bien vite pour les sangs purs. Elle écoutait avec attention le père Rosenwald, ce passionnant déjà pour ses discours et ses positions politiques que tous partageaient à cette table. Liséa, elle rêvait de parler de la sorte. Elle s’imaginait femme de luxure et de pouvoir, pouvant rugir comme un lion et plaire comme la rose. Son ambition se voulait bien trop haute pour son statut social actuel mais elle n’en avait que faire. La blonde dansait avec ses espoirs, s’organisant un futur où elle ne manquerait de rien. Beaucoup se passionnaient pour la magie, elle jubilait à l’idée de pouvoirs politiques. Ses yeux se détournaient du paternel pour accorder de l’attention à ces deux jumeaux. Un sourire poli qu’elle adressait à ses amis de jeu. Elle les connaissait depuis toujours, se souvenait encore de chaque jour qu’elle partageait avec Luis et Lukas. Liséa, elle savait que son ascension résidait dans ces deux êtres encore bien trop innocents pour comprendre. Elle se faisait apprécier de cette famille, se montrant serviable et exemplaire. Le père Taborski, il plaisantait souvent sur le fait que sa progéniture mendiait de l’attention comme un vulgaire chien. Elle riait jaune. La blonde, elle savait pertinemment que tout cela serait payant. Un jour, l’un des jumeaux serait promis à elle. Servi sur un plateau d’or. Elle apprendrait certainement à l’aimer, à le chérir. Liséa, elle serait cette épouse exemplaire qui pousserait son mari jusqu’à l’excellence. Sa langue claquait contre son palet, le bruit passait inaperçu entre les rires gras et l'humour noir. Elle ne faisait qu’observer. La gamine restait silencieuse, appréciant simplement le diner en rêvant d’un futur meilleur. Elle naissait Taborska, un mauvais tirage au sort qui serait bien vite effacé. La blonde possédait une chose que sa lignée ne connaissait pas, l’ambition de ne pas être un mouton mais bien le berger. Elle serait au bout de cette table, un jour. Liséa, elle regardait une dernière fois les jumeaux avant de quitter la table avec la permission des paternels. Passant derrière ses deux gamins, elle glissait à quelques mots entre les chevelures brunes. « Je vous attends dans le jardin, le premier sera récompensé. » Elle apprendrait certainement un sort à celui qui gagnerait. Tout ce qu’elle désirait, c’était cet esprit de compétition. Liséa, elle usait de ses qualités pour pousser les jumeaux à ce futur qui les guettaient. Personne n’aurait sa place, elle se le jurait.

Ré.

Le coeur qui palpitait à s’en rompre. Ses yeux s’écarquillaient, ses muscles se tendaient devant ce spectacle. Un sang mêlé qui se promenait sans aucune crainte sous sa fenêtre. Elle se rappelait de ce jour, à ses seize ans. L’adolescence. Ses camarades se focalisaient sur la magie, sur ce pouvoir de force qu’ils pensaient invisibles. Liséa, elle préférait s’accoutumer de la manipulation et de la politique. Elle s’amusait à se jouer des âmes plutôt qu’à les briser de ses mains, cela semblait bien plus poétique. Dramaturge, poète mais surtout artiste à ses heures perdues. Elle s’essayait à toutes formes de créations mais son amour pour les purs restaient bien plus fort. La blonde choisissait bien vite son camp, rejoignant sa famille tout en étant bien plus extrémiste. Elle se révoltait de ses sangs impurs qui vivaient sur la même terre que ses ancêtres. Liséa, elle découvrait l’ampleur de la haine à ses dépends. La jeune femme vivait pour l’ordre et la droiture, elle rêvait encore de ce monde où les purs se voyaient supérieur. Elles ne constatait que des vermines qui empoisonnaient l’air, des chiens errants qui dégradaient l’environnement. La blonde se refusait à respirer le même air. Elle s’interdisait toute interaction avec ce fléau qu’il fallait éradiquer. Un soupire qui s’extirpait de ses lèvres, l’envie de lancer une pierre sur la tête de cet imbécile heureux. Parce qu’il n’était que chairs en putréfactions et abomination des dieux. Ses poings qui se serraient, la nausée qui serrait sa gorge. Liséa ouvrait la fenêtre avec force, se contentant de cracher avec élégance sur le sommet de son crâne. Avec délicatesse, suprématie. Un sourire en coin qui illuminait son visage tandis que la vermine levait la tête pour apercevoir l’agresseur. La blonde, elle ne se cachait pas. Elle assumait ses choix, revendiquait ses opinions sans pour autant montrer son côté extrémiste qui compromettrait certainement son ascension. Elle adressait un signe non chaland à l’homme, l’invitant à continuer son chemin. Il fronçait les sourcils, marmonnant quelques insultes à l’encontre de la jeune Tabroska. Elle riait, lui lançant finalement une corde en l’invitant à en faire bon usage. Refermant la fenêtre en continuant de ricaner, elle se stoppait instantanément en sentant la présence oppressante de son père à l’entrée de sa chambre. Elle pouvait deviner son mécontentement. Sans se retourner, elle baissait finalement les yeux vers le sol en joignant ses mains sur son entre-jambe. « Cela ne se reproduira plus père. La folie m’a emporté l’espace d’un instant. » Elle serrait finalement les dents, sachant pertinemment que cela n’était que mensonge. Liséa ne pouvait pas se montrer aussi virulente. Elle portait un nom. Le paternel repartait en silence, ne voulant pas gaspiller de sa salive pour des enfantillages. La blonde devait être plus prudente. Un jour, elle pourrait s’en prendre librement à ses abominations. Elle brossait finalement sa crinière blonde pour plaire à son paternel avant de descendre dans la pièce principale avec son image de fille modèle.

Mi.

Elle poussait les portes du cabaret dont elle venait de faire l’acquisition. Liséa, elle rêvait de cet endroit depuis des années. Cela représentait sa seconde maison, l’endroit où son âme d’artiste pouvait vagabonder à son aise. Les femmes se voulaient délicieuses, à la hauteur de la réputation dont elle jouissait dans ce domaine. En quelques semaines, l’endroit devenait un fabuleux point de rencontre pour les sangs purs. Malheureusement, elle ne pouvait éviter les vermines qui se glissaient dans le décors. Eux, ils ne pouvaient effleurer ses douces roses. Ils n’usaient que de leurs yeux. Un panneau se voulait assez explicite à ce sujet. Seul les sangs purs s’adonnaient au touché, aux délices de la chair sans jamais franchir la limite. Du moins, pas dans ce lieu. Liséa se voyait comblée par cet infime pouvoir qui la propulsait à un rang social supérieur. Ses lèvres qui se posaient sur la joue d’une de ses filles, laissant une marque de rouge à lèvre mauve sur son passage. Lui effleurant le bras, elle lui souriait avec enthousiasme. « Ce soir, pas de bavure ma belle. » La blonde ne voulait pas que la soirée passée se renouvelle. Elle pouvait encore sentir l’odeur du carmin, les traces sur le piano qui s’effaçaient durant la nuit. Elle passait un dernier coup de chiffon sur les touches pour ôter toute preuve. La veille, un sang mêlé ivre venait agripper une danseuse, l’emportant hors de la scène avant de la trainer par le bras. Liséa, elle sentait cette haine qui l’étouffait. Claquant ses talons contre le parquet, elle arrivait à la hauteur de la vermine avant de le tirer par le col jusqu’au sous sol. Son bras droit l’accompagnait pour sécuriser les lieux et vérifier que personne ne suivait. Cela n’était pas la première fois et les danseuses connaissaient pertinemment la suite des événements. Liséa faisait le sale boulot. Non par contrainte mais parce qu’elle éprouvait un plaisir malsain à torturer ces abominations. Un poing puis deux sous la mâchoire avant d’attraper sa chevelure. « Tu n’as pas choisi le bon soir, mon garçon. » Le vouvoiement s’évaporait quand il s’agissait de sang mêlé. Elle continuait les coups, finissant par enfoncer son talon dans la jambe de l’homme. La blonde y mettait toute sa passion jusqu’à ce que le carmin se manifeste abondamment. Elle y trempait ses doigts, se vidant instantanément de toute cette haine. Ses phalanges s’entrechoquaient, jouant avec le liquide tandis que le silence devenait pesant. Elle stoppait tout, restant en adoration devant cette couleur écarlate. Elle redevenait une enfant l’espace d’un instant. Les heures défilaient, elle restait assise devant ce spectacle tandis que l’homme n’osait plus bouger. Alors que Liséa entendait les clients quitter le cabaret, elle finissait par se redressait en serrant l’épaule de sa victime. « Ne t’avises pas de raconter cela, personne ne croira que je suis capable de cela. Tu seras punis pour ton mensonge. Et si cela ne te suffis pas, je viendrais finir le travail. » L’homme faisait des signes de tête positif avant d’être relâché. Liséa, elle remontait finalement les marches, les mains ensanglantées. Ses phalanges qui touchaient les touches du piano, entamant une mélodie sensuelle qui lui collait à la peau. « Dansez mes belles. » Elle regardait ses corps, savourait le fruit de son travail. Liséa, elle y mettait à nouveau toute sa passion mais cette fois, avec beaucoup de douceur et de sensibilité. Elle aimait les corps, elle aimait le sang et ces notes de piano qui harmonisaient le tout. Depuis le temps, la jeune femme ne se passait plus de son piano avant de se coucher. Secrètement, elle rêvait de tuer pour la première fois. Pourtant, la blonde s’en voyait incapable. Cette minuscule frontière qui l’en empêchait. Elle n’usait que rarement de magie pour la torture, préférant sentir chaque impact malgré les éraflures qui gonflaient ses mains le lendemain.

Fa.

Le soleil caressait son corps mince et élancé. Elle ouvrait doucement les yeux, priant pour que ce jour soit une fois de plus un spectacle vivant. Liséa, elle se tournait face à son mari qui dormait encore. Lukas semblait si paisible. Elle passait délicatement une phalange sur l’arête de son nez, se pinçant les lèvres en même temps. A ce jour, la jeune femme obtenait tout ce qu’elle voulait. Elle s’appelait dorénavant Rosenwald, son mari représentait parfaitement ce qu’elle souhaitait et leur fille la comblait de bonheur. Liséa vivait enfin dans un monde où elle se sentait enfin comprise. Lukas finissait par ouvrir les yeux, lui offrant son plus beau sourire comme chaque matin. Quelques rires, un baiser sur la joue qu’elle lui offrait. Elle ne l’aimait pas, tout comme lui. Pourtant, la blonde éprouvait cette affection démesurée pour l’homme qu’elle encourageait chaque jour. Ils se connaissaient, ils se domptaient mais surtout, ils se comprenaient. Les opposés s’entrechoquaient chaque jour, apprenant à l’autre les bonnes manières. Liséa calmait ses ardeurs politiques publiquement. Elle ne voulait pas être un fardeau pour son mari mais surtout, cela semblait à présent mal vu. Lukas, lui, tentait tant bien que mal de satisfaire la soif de pouvoir de sa femme. Ils formaient une bonne équipe, trouvant chacun le meilleur dans l’autre. Passant sa langue entre ses lèvres, elle faufilait la main dans les cheveux de l’homme pour attirer son attention. « Prêt pour un jour de plus avec la meilleure femme de cet univers? » Un rire s’échappait de ses lèvres. Les tutoiements restaient pour les discussions privés. Elle finissait par caresser le bras de Lukas avant de rompre le contact. La blonde ressentait le besoin de cette chaleur humaine. Il ne semblait pas rechigner. Chacun y trouvait son compte. Liséa sortait du lit pour aller s’occuper de Liliana. Avec sa fille dans ses bras, elle regagnait la cuisine et préparait le petit déjeuné pour tous le monde. C’était son petit plaisir. La petite dans la chaise haute, mangeant un bol de céréale pour la deuxième fois de sa vie, Liséa s’installait au piano avec sa fille afin de continuer à nourrir l’enfant. Quelques notes avant que son mari n’apparaisse. Chacun engloutissaient la nourriture, se laissant envelopper par la mélodie morose. Lukas finissait par se lever, jetant un coup d’oeil a sa femme. « Quelque chose de prévu aujourd’hui, mon cher ? » Un sourire en coin, laissant quelques notes s’évader encore de ses phalanges. « Je passerai voir Luis, il doit me parler de je ne sais quoi. Je ne rentrerai pas tard. » Elle stoppait net, roulant les yeux avant de donner une dernière bouchée à sa fille. Liséa se levait pour s’approcher au plus prêt de son mari. Ses lèvres qui effleuraient les siennes, le goût du risque. Elle soupirait. « Ne te laisse pas influencer, Lukas. N’oublies pas que ta famille est là. Celle qu’on a construit. Ceux qui te poussent vers le haut. » Elle posait sa main sur le torse de son interlocuteur, lui adressant un clin d’oeil avant de finalement lui tourner le dos vêtue de sa nuisette pour récupérer sa progéniture. « Soit rentré pour dix huit heure, ta femme a prévu une soirée familial. Ton repas préféré suivis d’un film et si tu es sage, on ira coucher la petite plus tôt. Je ne travail pas ce soir. » Elle se mordait la lèvre inférieur, le taquinant en un regard. Ils paraissaient beaux, tout cela semblait idyllique. Elle priait pour que cette complicité ne s’évapore pas. Il était son meilleur ami et la seule personne qui obtenait son estime. Lukas, c’était son oxygène. Il la calmait, elle le rendait plus noble. Elle aimait cette vie. Douce fleur qui venait de trouver son papillon.
(c) light of the seven

   





Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.


Dernière édition par Liséa Rosenwald le Sam 13 Aoû - 23:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 21:55

OUAIS. J'SUIS PREUMS.

Bienvenue ici toi kendoiehjdsbdjcdsbq
Allons faire des bébés


Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Luis Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 1342
‹ PSEUDO : bigbadwolf, lise.
‹ FACE & CREDITS : dylan o'brien / bbw + sign. tumblr/halsey
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans depuis le 14 mai.
‹ STATUT CIVIL : Marié à Aloisia Freidrich, devenue Rosenwald. Cependant le brun n'est pas fidèle. Une rumeur court d'ailleurs à ce sujet, mais elle reste à l'état de rumeur car personne n'a de preuves. En effet, Luis est assez persuasif pour éviter que les autres ne parlent.
‹ STATUT DU SANG : Pur, il serait inconscient d'en douter. Ses capacités magiques démontrent de son sang pourpre, qui coule dans ses veines.
‹ OCCUPATION : Prince héritier à plein temps, exerçant le métier d'avocat principalement parce que c'est amusant. Ambitieux, Luis est incapable de ne pas travailler. Même si il n'exerce plus autant qu'il le voudrait, il a aime retourner au bureau pour s'occuper de quelques richissimes sorciers capables de se payer ses services.
‹ SCOLARITÉ : Goldadler, bien sûr, dans le pavillion des purs. Très bon étudiant, il n'a jamais raté dans une seule branche.
‹ ALLÉGEANCE : A sa famille, à sa mère, à lui-même.
‹ LOCALISATION : Berlin.
‹ INVENTAIRE : Son téléphone portable (qu'il déteste), un portefeuille qui ne le quitte jamais et son alliance, bien sûr, qu'il ne retire jamais.
‹ COMPÉTENCES : charisme (niv. 2), leadership (niv. 1), cruauté (niv. 2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 21:57

WESH T BELLE (mais arrête de te taper mon bro stp What a Face What a Face)
Bienvenue I love you


and i'll use you as a warning sign, that if you talk enough sense then you'll lose your mind, and i'll use as a focal point so i don't lose sight of what i want. and i moved further than i thought i could, but i missed you more than i thought i would. and i found love where it wasn't supposed to be, right in front of me.

.
Revenir en haut Aller en bas

Magdalena Feuerbach
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 964
‹ PSEUDO : appletini
‹ FACE & CREDITS : margot robbie & SWEET DISASTER ; tumblr
‹ MULTICOMPTES : roskana dashkov
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept années de vie qui se sont écoulées brusquement sans laisser de trace
‹ STATUT CIVIL : mariée, depuis peu, au deuxième fils de la branche majeure des Fuchs
‹ STATUT DU SANG : à n'en pas douter, son sang est aussi pur que le cristal
‹ SCOLARITÉ : ancienne membre du pavillon erde, diplomée de l'académie goldadler il y a déjà quelques années
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion.
‹ COMPÉTENCES : ténacité (niveau 2), fraternité (niveau 1), persuasion (niveau 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 21:57

Une Rosenwald t'es quand même canon Arrow
Bienvenuue bella !


    fear of love
    underco. △ underco. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Sam 13 Aoû - 22:05

@Lukas > Tu crois pas qu'un enfant c'est déjà bien

@Luis > Sorry, he's MIIIINEEEEEEE Je crois même qu'il me regarde plus que toi

@Magdalena > J'adore le prénom

Merci à vous et encore bravo pour le travail Le forum est vraiment canon et complet




Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 0:05

Dormer
Je plussoie Magda , t'as pas choisi les meilleurs mas t'es belle quand même
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 0:06

J'ai pas eu le choix, on m'a marié

Merci




Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.
Revenir en haut Aller en bas

Lukas Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 951
‹ PSEUDO : summer child, co.
‹ FACE & CREDITS : Dylan O'Brien, songbird (av) wood spoon (sign)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-cinq ans.
‹ STATUT CIVIL : Marié depuis trois ans et déjà père.
‹ STATUT DU SANG : Un sang pourpre coule dans ses veines, porteur aussi du fardeau de la consanguinité.
‹ OCCUPATION : Guérisseur à la tête du service diagnostic de l'hôpital magique Günther Bartholomaeus.
‹ SCOLARITÉ : de 2000 à 2008.
‹ ALLÉGEANCE : sa famille avant tout, à sa mère, puis son frère malgré leur distance.
‹ LOCALISATION : Berlin la belle, entre le palais où il réside et l'hôpital où il travaille.
‹ INVENTAIRE : Une pince à cravate toujours accrochée, en forme de rose, son portable toujours dans la poche en cas d'urgence, un carnet encorcelé pour prendre des notes pendant ses débriefing avec son équipe. Son alliance, son portefeuille en barda dans lequel une photo de sa fille a sa place
‹ COMPÉTENCES : empathie (1), fraternité (1) & impulsivité (2)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 0:09


Congratulation
Vous venez de passer l'épreuve de la validation
TADAAAAAAAAM. Une pluie de paillette et d'amour s'abat sur toi pour fêter ta validation. Elle est pas belle la vie? En tout cas, tu as fièrement courageusement bravé l’épreuve de la fiche de présentation et voilà ce que j'en ai pensé :
bon, je triche, j'ai lu l'histoire hier et j'ai stalké, so Arrow Elle est parfaite pour Lukas, elle est géniale en Taborska, elle est tout comme il faut et même plus -si elle veut bien faire un 2e enfant :out:-
Donc c'est bien sûr que je te valide, et en posant mes fesses sur ta liste RP
Allez, les choses sérieuses commencent. Avant toutes choses, n'oublie pas de recenser ton personnage dans les différents registres, que ce soit pour l'avatar, mais aussi pour une place dans une famille, dans ce coin-là. Une fois fais, tu trouveras des compagnons de jeux par ici, en plus de te créer ta propre fiche, tu peux t'incruster sur celle des autres. Ils adorent ça. Et si tu as une idée bien plus précise, tu pourras sans doute ravir un futur membre en lui proposant un scénario de ton cru, par ici. N'hésite pas à aller jeter un coup d’œil à nos différents registres, pour t'y recenser et pour réclamer et dépenser tes points RP ! par ici, (c'est même plutôt conseillé). Voilà, tu n'as plus qu'à laisser ton empreinte dans cette belle histoire et pourquoi pas, créer le carnet de bord de ton nouveau personnage, par ici.
Allez, j'en ai finis avec toi, tu n'as plus qu'à nous rejoindre sur le flood. Si ce n'est pas déjà fais, vil petit membre de mon cœur.
(c) light of the seven




Just because logic doesn't seem that important when I fall in your eyes. Just because you're there and I don't know how to react. You know that, you see this dark hole between us and you know I'm tired to jump over once again.
Revenir en haut Aller en bas

Liséa Rosenwald
impérialiste de la Rose

avatar

‹ MESSAGES : 731
‹ PSEUDO : Littlewolf aka Hélène.
‹ FACE & CREDITS : Natalie Dormer. Avatar : Stolen Paradise & Signature : anaëlle.
‹ MULTICOMPTES : Seena, la fouine.
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : 29 années qu'elle aime mettre en avant comme un bon vin dont on se délecte. Elle est pourtant accro à cette jeunesse qui la rend encore désirable.
‹ STATUT CIVIL : La bague au doigt, le pouvoir entre les mains. Mariée à Lukas par ambition, profitant de son statut et de son nom. Il est son meilleur ami, son confident et son amant mais l'amour n'y trouve pas son compte.
‹ STATUT DU SANG : Le carmin des rois, celui qui reste pur malgré les siècles qui passent. Elle est de ses bourgeoises qui crachent sur les mêlés, détestant leur existence depuis toujours.
‹ OCCUPATION : Femme politiquement engagée mais également directrice d'un cabaret. L'âme d'artiste qui s'évade à travers les corps, sa soif de pouvoir qui l'entraine dans les histoires d'adultes.
‹ COMPÉTENCES : manipulation (niv. 1) ; charisme (niv. 2) ; persuasion (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 0:15

Merci mon cher mari que j'aime
Par contre, pour le deuxième gamins, tu peux te toucher la nouille




Amour viscérale.
⊹ Vice qui s'écoule dans ton carmin, déposant toutes les armes pour devenir reine du chaos. Tu danses, enivrée de flamme, cherchant à marquer l'histoire de ton point final. Rêves qui s'entassent dans ton esprit, noircissant peu à peu la raison qui te perd.
Revenir en haut Aller en bas

Micaela Löwewald
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 476
‹ PSEUDO : VOYOU. Mais si vous préférez, vous pouvez m'appeler Elodie, ou tout simplement Elo.
‹ FACE & CREDITS : Avatar @Bacaclava| Signature @Solosand | Citation @Slimane-Adieu
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt six années que l'univers gravite autour de ce monstre d'égoïsme.
‹ STATUT CIVIL : mariée. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.
‹ STATUT DU SANG : Fleuve écarlate, aussi pur que royal.
‹ COMPÉTENCES : uc

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 2:35

EN RETARD JE SUIS EN RETARD
Welcome here
belle plante
je t'avoue que je n'ai pas encore lu, mais je me penche sur ta fiche rapidement.
T'es beylle


A nous deux, au passé
Je n'aimerais pas être à ta place quand tu seras en pleurs, devant ta glace en pensant à moi, à tout ce que je t'ai aimé  écœurée de tes amants, ceux qui t'ont abandonnée  
Revenir en haut Aller en bas

Marius Löwewald
impérialiste du Lion

avatar

‹ MESSAGES : 429
‹ PSEUDO : BARJAVEL
‹ FACE & CREDITS : sam claflin (faust)
‹ ÂGE DU PERSONNAGE : vingt-sept ans. des années qui s'écoulent, qui le forgent.
‹ STATUT CIVIL : mariée. une belle femme, celle que l'on voudrait, que l'on désirait. pourtant cela semble si compliqué pour lui.
‹ STATUT DU SANG : pur. une sang pourpre. digne d'un nom royal, il est de la haute société.
‹ OCCUPATION : avocat. une tempête de mots. des paroles qui défilent, une défense sans faille. comme sur un champ de bataille. ambitieux, la défaite n'est pas pour lui.
‹ SCOLARITÉ : diplômé de Goldadler. élève studieux. brillant et remarquable. comme un lion qui brille.
‹ ALLÉGEANCE : impérialiste du lion. avec sa famille. son père. lui.
‹ LOCALISATION : berlin, bel appartement où l'on se perd à cause du luxe.
‹ INVENTAIRE : une alliance au doigt qu'il ne peut retirer. un porte-feuille toujours sur lui. une chaîne autour du poignet offert par sa mère. et un téléphone.
‹ COMPÉTENCES : honneur (niv. 1) // leadership (niv. 2) // tenacité (niv. 1)

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   Dim 14 Aoû - 2:39

bienvenue sur le forum
natalie est un excellent choix
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(LISEA) Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIGHT OF THE SEVEN :: Volubis :: La galerie des portraits :: En règle-